Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

source : renaissance communiste 66

source : renaissance communiste 66

 

Hommage à notre camarade René Lefort

 

C’est avec une immense peine que nous avons appris la mort du cama­rade René Lefort.

Ingénieur à la RATP, il adhère à la CGT et au Parti Communiste dans la période qui suit la Libération. Lecteur atten­tif de Marx, de Engels, de Lénine, il a tou­jours su allier un esprit cri­ti­que et un regard acéré sur la poli­ti­que du Parti, avec le res­pect des règles du cen­tra­lisme démo­cra­ti­que. Internationaliste consé­quent, il ne sépa­rait pas le combat quo­ti­dien avec le cadre inter­na­tio­nal dans lequel il se dérou­lait. En par­ti­cu­lier, René sou­li­gnait le rôle que l’Union Soviétique a joué dans le pro­ces­sus révo­lu­tion­naire mon­dial et la défaite qu’a cons­ti­tuée, pour le pro­lé­ta­riat inter­na­tio­nal, le ren­ver­se­ment contre-révo­lu­tion­naire du socia­lisme en URSS et dans les pays socia­lis­tes euro­péens.

René était un polé­miste pas­sionné, qui pou­vait s’empor­ter dans le feu de la dis­cus­sion quand on tou­chait ses convic­tions les plus pro­fon­des. Mais sitôt la contro­verse ter­mi­née, il repre­nait son calme et ne tenait rigueur à per­sonne des désac­cords qui avaient pu se mani­fes­ter. Plus encore, il était capa­ble de modi­fier quel­que temps plus tard son point de vue si les argu­ments de ses contra­dic­teurs lui sem­blaient convain­cants après réflexion. C’est pour­quoi les dis­cus­sions avec lui étaient pas­sion­nan­tes, car tou­jours argu­men­tées au plan théo­ri­que, et tou­jours ouver­tes. Tout le monde en res­sor­tait enri­chi.

Dans les années 70, il s’oppose à la stra­té­gie du pro­gramme commun dont il dénonce l’essence oppor­tu­niste. En 1976, lors du XXIIe congrès du PCF qui ava­lise l’euro­com­mu­nisme liqui­da­teur et la tra­hi­son de classe de la direc­tion du PCF, René se trouve tout natu­rel­le­ment dans le camp peu nom­breux des défen­seurs des prin­ci­pes révo­lu­tion­nai­res du marxisme et du léni­nisme et de l’inter­na­tio­na­lisme pro­lé­ta­rien.

Dès lors, il ne ces­sera pas de com­bat­tre pour que la classe ouvrière retrouve le parti dont elle a besoin pour mener la lutte des clas­ses à son terme : la révo­lu­tion, la dic­ta­ture du pro­lé­ta­riat et le com­mu­nisme. Dans les années 80, il publie un livre ana­ly­sant la poli­ti­que des gou­ver­ne­ments Mitterrand à par­ti­ci­pa­tion PCF et dénon­çant la col­la­bo­ra­tion de classe.

Après la contre-révo­lu­tion en URSS, René par­ti­cipe à la créa­tion du Comité pour la défense d’Honecker et de la Coordination Communiste, aux côtés de Georges Gastaud, de Jean-Luc Sallé, de Maurice Cukierman, et de bien d’autres cama­ra­des. Quels qu’aient été par la suite les che­mins poli­ti­ques emprun­tés, il n’en demeure pas moins que de 1991 à 2000 la Coordination Communiste a joué un rôle majeur dans la prise de cons­cience, chez les com­mu­nis­tes, du carac­tère liqui­da­teur et capi­tu­lard de l’euro­com­mu­nisme et de la « muta­tion » qui en est née. Par ses inter­ven­tions et ses arti­cles dans Intervention Communiste, par son ani­ma­tion de la com­mis­sion inter­na­tio­nale, le cama­rade René Lefort a joué par­ti­cu­liè­re­ment actif dans cette bataille pour tenter de sauver ce qui pou­vait l’être et recons­truire un parti com­mu­niste.

En 2000, lors de la scis­sion de la Coordination Communiste, le cama­rade Lefort a suivi la ten­dance mino­ri­taire. Les diver­gen­ces étaient pro­fon­des, comme l’évolution ulté­rieure l’a montré. Mais pour autant, ces diver­gen­ces sont des diver­gen­ces entre révo­lu­tion­nai­res, et pour René Lefort, cela ne devait rien chan­ger à son atti­tude fra­ter­nelle lors­que nous nous croi­sions dans les mani­fes­ta­tions, les ini­tia­ti­ves conjoin­tes URCF-PRCF, à la fête de l’Huma. Il gar­dait l’espoir que nos deux cou­rants se retrou­ve­raient à un moment ou à un autre pour recons­truire le Parti com­mu­niste dont le pro­lé­ta­riat de notre pays a besoin urgem­ment dans la lutte contre le Capital, pour la paix et le socia­lisme.

En lui ren­dant un cha­leu­reux hom­mage aujourd’hui, le Parti Communiste Révolutionnaire de France veut témoi­gner que nous par­ta­geons le même espoir et la même convic­tion : quel­les que soient les dif­fi­cultés ren­contrées par le mou­ve­ment révo­lu­tion­naire, en fin de compte, le com­mu­nisme triom­phera.

À ses enfants, à ses cama­ra­des, notre Parti pré­sente ses condo­léan­ces fra­ter­nel­les. Nous incli­nons res­pec­tueu­se­ment nos dra­peaux devant René Lefort.

 

Le 27 septembre 2017

 

Le PCRF [Parti Communiste Révolutionnaire de France]

 

****

 

Le PRCF incline son drapeau en hommage au camarade René LEFORT, qui vient de mourir

 

Membre éminent du PRCF, longtemps militant émérite du PCF et dirigeant de la CGT-RATP, fin théoricien marxiste, l’un des fondateurs de la Coordination communiste pour la renaissance révolutionnaire du PCF, militant du comité Erich Honecker pour la Solidarité Internationaliste et figure historique de notre organisation parisienne, notre camarade René LEFORT vient de mourir à un âge avancé.

Le secrétariat national du PRCF adresse dès aujourd’hui à ses proches et à ses camarades parisiens ses condoléances les plus attristées à l’occasion du décès de ce militant intègre, totalement dévoué au communisme, au syndicalisme de classe et à l’internationalisme, qui s’est dressé avec une lucidité pionnière contre l’opportunisme liquidateur, que ce soit contre la liquidation gorbatchévienne ou, en France même, contre ce qui ne s’appelait pas encore la « mutation » et contre les dérives vers les pratiques syndicales destructives de la collaboration de classes.

Dès que nous en saurons plus, nous informerons les camarades sur l’organisation des obsèques de notre grand camarade.

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF [Pôle de Renaissance Communiste en France]

 

****

 

L'Association Nationale des Communistes ( ANC ) de France se joint à l'hommage à Rene Lefort 

qui vient de nous quitter. C'était un militant communiste exemplaire, qui a su s'opposer aux dérives opportunistes du PCF des 1981 et à la "mutation " présidée par Robert Hue, soutien actuel de Macron. Il s'est toujours interdit les visées carriéristes qui ont détruit l'image de notre idéal aux yeux des travailleurs qui le partageaient. Il a toujours refusé la division des communistes fidèles à leur idéal, et le sectarisme dans nos rangs. C'est sur ces bases que cet anti-impérialiste conséquent à été membre du Collectif Communiste Polex des sa création en 2002, et lui est resté fidèle malgré les interdits sectaires tant que son état de santé l'y a autorisé.

Nous transmettons à sa famille nos condoléances militantes.

Francis Arzalier, bureau de l'ANC, Collectif Polex

Commenter cet article