Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Depuis des semaines, les réseaux internet, et l'ensemble des médias français, à l'unisson avec les instances de l'ONU, et les dirigeants de quelques pays musulmans, voire intégristes comme l'Iran ou la Turquie, diffusent des images souvent atroces de massacres, décapitations, et autres exactions, commises en Birmanie (Myanmar) avec la participation de l'armée et l'assentiment des autorités birmanes, à l'encontre de la minorité musulmane, les Rohingyas. Nous avons trop l'habitude des contrevérités assénées par nos médias aux ordres pour avaler sans réfléchir une campagne " compassionnelle ": nos idéologues du Capital et des Impérialismes n'ont jamais eu de scrupule à utiliser à leur profit les massacres et les pogroms, y compris quand ils les ont provoqués.

Ceci dit, ces exactions en Birmanie, qui ont déjà entraîné le départ vers les pays voisins de plusieurs centaines de milliers de réfugiés, affolés par les pogroms meurtriers qu'ils subissent, Ressemblent fort à l'épuration ethnique qu'a connue la Yougoslavie il y a une génération, sur fond de haines xénophobes nationalistes, opposant Croates " catholiques " aux Serbes " orthodoxes " et aux Bosniaques " musulmans ". Il est toujours facile, et faux, d'en faire des guerres de religion, alors que la faute en est aux fascistes qui attisent les haines racistes, et savent manipuler les croyances religieuses. Et aussi aux grandes puissances qui savent cultiver à leur profit les conflits internes à un pays qu'ils veulent voir s'effondrer (l’UE et l'Allemagne ont financé les nationalistes contre la Yougoslavie socialiste). De la même façon, les massacres au Myanmar ne sont pas un conflit entre deux religions, même si ce sont des criminels bouddhistes qui décapitent des musulmans, prétendument au nom de leur religion. Tout au plus cela rappelle à ceux qui l'oublieraient que l’intégrisme, manipulation politicienne de la religion, n'est pas une spécialité musulmane, mais qu'il contamine des minorités dans toutes les religions. Et les fascistes ne sont pas absents non plus parmi les agnostiques ou les athées... Le conflit birman oppose les autorités du pays à une minorité nationale dont elles voudraient bien se débarrasser. Et cela, par le biais de persécutions criminelles et inexcusables, que la présidente Ang Sui, présentée depuis des années comme l'héroïne pure et sans tache des Droits de l'Homme et de le Démocratie par les pays occidentaux, accepte avec sérénité. Les affaires sont les affaires…

Et cela ne doit pas faire oublier les responsabilités en la matière des grandes puissances, prêtes à attiser les haines xénophobes dans le sens qui les arrange : Paris valait bien une messe pour Henri IV, l'influence économique dans cette partie du monde vaut bien quelques centaines de milliers de victimes pour les stratèges de Washington ou d'autres places financières. Jean-Pierre Page, qui pratique cette région du globe et la connaît bien, nous
 fournit à ce sujet quelques clés.

 

Le 2 octobre 2017

Francis ARZALIER

 

SOURCE:

Commenter cet article