Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

« Tous ensemble ! » ... « Tous ensemble ! » ... Oui, mais pourquoi faire ? [Par Jean LÉVY]

 

À PROPOS DE DEUX APPELS à « GAUCHE »...

 

D'accord, pour inverser le rapport de forces, il faut que le peuple français se rassemble. Encore faut-il préciser quelle société nous voulons construire ensemble. Et dénoncer les causes réelles, de la situation dans laquelle la France et les Français se trouvent, au-delà du rejet des seuls personnages politiques qui ont mené et mènent toujours la France au désastre. Ainsi activité par activité - la protection sociale et la santé, le droit du travail, l'école, les transports, le logement, les libertés publiques et celle de l'information, le système parlementaire lui-même - on mesure le recul historique des conditions de vie imposées au quotidien aux citoyens, il va de soi de poser les questions :

 

Pourquoi cette situation, pourquoi notre pays se fissure ?

Mais les initiateurs de ces appels au rassemblement sont muets sur ce questionnement.

 

Or, comment faire l'économie de cette analyse, si ce n'est volontairement faire l'impasse sur les raisons objectives du délitement de la France ...

 

Car, il faut le dire clairement : depuis des décennies, la France et son peuple sont pris en otage par les forces du capital financier qui veulent faire de l'Europe leur terrain de chasse au taux de profit le plus haut possible et cela dans les délais les plus brefs. C'est dans cet esprit que ces forces économiques nous ont imposé la construction d'un espace politique de libre circulation du Capital, des biens, des marchandises, et parmi celles-ci, celle des hommes. Ils ont appelé cet espace de rapine, l’Union européenne.  Et qu'ils nous ont imposé une monnaie unique, l'euro, pour faciliter leurs échanges... 

 

Certes, pour prendre les peuples de notre continent dans la nasse - on ne prend pas les mouches avec du vinaigre -, il fallait construire un monde mythique d'où les objectifs du capital seraient bien sûr camouflés.  L'Union européenne préconisée devint par enchantement une terre de rêve, d'où les guerres seraient exclues, un vert paradis sur terre !  Et de démanteler les frontières, mais aussi les droits sociaux, les libertés de choix des citoyens, considérés comme autant d'obstacles à la libre circulation des capitaux.

 

C'est cette politique qui prit un coup d'accélérateur à partir du traité de Maastricht et du traité de Lisbonne, l'arnaque qui fit du NON majoritaire des Français à une constitution européenne, un OUI d'Etat à une Union renforcée. 

 

Nous payons tous les jours cette marche forcée à L'Europe fédérale - avec une liquidation de fait des nations et des Etats - perspective que le banquier-Président Macron veut nous imposer en marche forcée.

 

Ses prédécesseurs à l'Elysée ont tracé la route depuis les années 80. De "gauche" comme de droite, tous les présidents et leurs gouvernements ont engagé la France dans la voie européenne, jetant par-dessus bord l'indépendance nationale, la souveraineté du peuple, nos frontières protectrices, la liberté de penser autrement.

Les forces qui ont partagé le pouvoir depuis plus de trente ans ont conduit notre pays à ce qu'il est aujourd'hui.

 

Laisserons-nous Emmanuel Macron accentuer encore cette politique suicidaire ?

Les bonnes âmes qui aujourd'hui aimeraient incarner l'opposition en prônant le rassemblement de la gauche se gardent bien de rappeler la véritable histoire de ces dernières décennies. Rien dans leurs appels ne fait état des raisons réelles qui ont fait de la France ce pays en voie de délitement, que chacun peut mesurer à l'aulne de son quotidien.

 

Dans ces conditions, que signifie les "Rassemblements" auxquels les signataires nous convient ?

 

Il en est de même des appels à droite, qui se prétendent eux aussi "d'opposition", tel celui de Nicolas Dupont-Aignan, qui omet de stigmatiser la "construction européenne" comme arme de destruction massive des nations. 

 

Tous ces essais de "gauche" comme de droite, qui veulent "regrouper" sans évoquer ni les raisons du déclin de la France en tant que peuple-nation, ni la rupture nécessaire avec la mise en résidence forcée de notre pays au sein de la prison européenne, toutes ces tentatives sont vouées à l'échec. En dissimulant les raisons profondes de la descente aux enfers de la France, ces "rassembleurs" laissent libres l'oligarchie, le monde des affaires, les administrateurs du CAC 40 de poursuivre impunément leur œuvre destructrice à la tête de l'Etat.

 

Le véritable rassemblement du peuple français, comme en juin 40, c'est celui qui préconise face à ces forces de l'Argent, qui ont accaparé le pouvoir politique en France et qui ont réduit celle-ci en esclavage au nom de l'Europe nouvelle, une résistance ouverte à tous les Français qui veulent rester libres et maîtres de leur destin.

 

Jean Lévy sur son blog :

Commenter cet article