Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

ÉLECTIONS en RÉPUBLIQUE TCHÈQUE : Victoire de la droite « populiste », recul historique du Parti communiste (KSCM)

ÉLECTIONS EN RÉPUBLIQUE TCHÈQUE : TRIOMPHE DES PARTIS POPULISTES DE DROITE, EFFONDREMENT DU PS DU PREMIER MINISTRE SORTANT, MAIS AUSSI DU PARTI COMMUNISTE DE BOHÈME-MORAVIE (KSCM).

ML pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf », 2 novembre 2017

 

Des élections législatives avaient lieu le dimanche 22 octobre 2017 en République Tchèque. Elles ont été marquées par un triomphe de partis populistes de droite. La participation, en léger progrès, a atteint 60,8%.

 

Les partis de gouvernement traditionnels sortent décimés. Les socio-démocrates (CSSD) du premier ministre sortant, Bohuslav Sobotka, s’effondrent, passant de 20,5% à 7,3%. Le parti chrétien-démocrate recule de 6,8% à 5,8%.

 

Le grand gagnant du scrutin est le parti populiste ANO (« OUI »), eurosceptique mais opposé à une sortie de l’UE. Il arrive en tête avec 29,6% des voix (+10% par rapport à 2013). Il a tiré profit de sa participation, en partenaire critique, au gouvernement sortant. Son président, Andrej Babis, au profil « trumpien » - milliardaire qui entend gérer le pays comme une entreprise – est en charge de constituer le prochain gouvernement.

 

D’autres partis de droite et d’extrême-droite progressent aussi. Le parti ODS, libéral de centre-droit, remporte 11,2% (+3,5%) sur un programme de baisse d’impôts pour les riches et les entreprises. Le nouveau parti d’extrême-droite, ouvertement anti-immigrés, raciste et nationaliste, le SPD, atteint 10,6% pour sa première participation aux élections législatives.

 

Le parti populiste « Pirates », difficile à classer, mais peut-être à comparer avec le Mouvement 5 Etoiles italien, arrive 3èmeavec 10,8% (+8,1%).

 

En revanche, le parti ultra pro-UE, TOP09 s’effondre de 12,0% à 5,3%, concurrencé par nouveau parti également « libéral-européen », STAN, qui enregistre 5,2%.

 

Le mécontentement, le vote-sanction contre les politiques antisociales, le rejet populaire de l’UE ont tourné, en République Tchèque, comme en Allemagne ou en Autriche dernièrement, à l’avantage des forces de droite et d’extrême-droite, tout aussi antisociales mais plus démagogiques, populistes, voire racistes.

 

La situation est d’autant plus préoccupante en République Tchèque qu’il y existe un fort parti communiste, le KSCM, Parti communiste de Bohème-Moravie, disposant d’une assise ouvrière historique. Le KSCM est le seul parti héritier des partis communistes des Pays de l’Est à avoir refusé de changer de nom, de renier son histoire après 1989/1991.

 

A ces élections, le KSCM chute également, tombant de 14,91% des voix en 2013 à 7,76%, bien qu’ayant été dans l’opposition. Ce recul historique, qui le place au plus bas de son histoire, pose question. Les perspectives politiques de rapprochement avec la social-démocratie, l’acceptation croissante de l’UE (le KSCM est membre observateur du PGE), les tentatives de « transformations » internes n’ont-elles pas participé à banaliser le Parti communiste, à lui faire perdre son efficacité comme force de protestation, de résistance, portant une alternative radicale ?

 

Poser la question, c’est un peu y répondre.

 

La direction du KSCM entend-elle pourtant continuer sur la même voie ?  Les premières réactions après l’échec historique semblent montrer que le risque existe. A suivre.

 

SOURCE :

Commenter cet article