Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

Panne Gare Montparnasse : QUAND LE BUSINESS DÉRAILLE ! [CGT cheminots]

La journée du 03 décembre dernier a été une « journée noire » pour le ferroviaire, les cheminots en service et les usagers de la SNCF.

 

La direction de la SNCF avait programmé depuis plusieurs mois des travaux en gare de Paris Montparnasse inhérents à un changement de logiciel afin de mieux gérer les itinéraires et augmenter la capacité du nombre de trains à la sortie de la gare.

 

Les problématiques sur les installations, la dégradation des infrastructures en général, s’amplifient sur le territoire national à l’instar de ce qui s’est passé au poste de circulation de Vanves au mois de juillet 2017.

 

Cette situation dégradée est vécue dans différents points du territoire. Pour exemple, depuis le 29 novembre, une panne sur une installation électrique au poste central de circulation ferroviaire à Miramas paralyse l’ensemble du trafic Voyageurs et Marchandises. Dernièrement, une aiguille cassée a bloqué le trafic à Saint-André-le-Gaz en Isère.

 

La CGT des cheminots et ses représentants locaux dénoncent et font régulièrement remonter les informations de terrain dans les Instances de Représentation du Personnel internes, sans qu’il n’y ait de réaction de la part de la direction.

La logique business développée ces dernières années par la direction de l’entreprise favorise la mise en place de calendriers de travaux trop contraints qui ne permettent pas aux cheminots de travailler sereinement, appuyée par des réductions budgétaires drastiques entraînant des milliers de suppressions d’emplois dans les chantiers.

 

Nous le constatons, les organisations du travail craquent, les cheminots aussi (nous déplorons 9 suicides et 1 tentative de suicide depuis le mois d’août dernier).

 

Le gouvernement fait le choix d’un désengagement financier et stratégique qui dégrade le service public ferroviaire. La Fédération CGT des cheminots estime que cette situation démontre à quel point il est urgent que les pouvoirs publics reprennent la main sur la SNCF qui est une entreprise publique.

 

Nous dénonçons depuis de nombreuses années une gestion « par activité » (TER, Voyages, Fret, etc.), voire par axe, qui n’a eu comme effet que de désorganiser la production ferroviaire, ne permettant pas aux cheminots de mieux travailler ensemble dans une logique de production globale.

 

Les choix de gestion de la direction de l’entreprise d’externaliser des charges de travail à des entreprises privées, de faire appel de plus en plus à la sous-traitance, ne permettent plus à l’entreprise de maîtriser l’ensemble de la chaîne de production qui nécessite des interfaces, de la complémentarité entre les cheminots de différents services.

La seule réponse apportée pour l’heure est la tenue des Assises de la Mobilité, dans lesquelles le sujet des trains est exclu, le rapport confié à Jean-Cyril SPINETTA qui doit statuer sur les questions ferroviaires ainsi que le Conseil d’Orientation des infrastructures présidé par M. Philippe DURON.

Cette stratégie n’a pour seul objectif que de créer l’illusion d’un débat national, qui serait pourtant nécessaire, sur l’avenir du ferroviaire alors que le futur projet de loi gouvernemental dit « d’orientation des mobilités » dans lequel sera fait état des modalités d’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire est certainement déjà écrit.

 

La CGT estime que le Service Public SNCF doit être développé, son avenir ne peut plus rester entre les mains de joueurs de Monopoly.

 

Le 4 décembre 2017

SOURCE :

 

Commenter cet article

eric genial 07/12/2017 17:58

La politique de privatisation est imposée par les GOPE de l'u.e et l'état Français est obligé d'OBEIR sinon sanction ! Une seule solution FREXIT avec l'UPR ! upr.fr