Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

 GRAND PARIS:  Les départements d’Île-de-France mobilisent contre leur disparition
Christian Favier, président PCF du Val-de-Marne, craint qu’une suppression des départements n’entraîne une « désorganisation», de toutes les politiques menées aujourd’hui par les départements. Il cite un exemple : l’aide sociale à l’enfance. Photo : capture d'écran

Par Pierre Duquesne

Sept présidents des départements d’Ile-de-France (cinq de droite, deux de gauche) dénoncent un déni démocratique après des révélations dans la presse de la disparition des trois départements de petites couronnes envisagée par l’exécutif.

Ils ont tous mis le badge « J’aime mon département ! » au revers de leur veste. Les sept présidents des départements d’Ile-de-France (cinq de droite, deux de gauche) ont appelé à la mobilisation de la société civile, hier, pour s’opposer à la disparition des trois départements de petites couronnes. Ce scénario serait envisagé par l’exécutif dans le cadre des évolutions liées au Grand Paris, d’après des révélations dans la presse publiées avant Noël. Ils seraient remplacés, dans le scénario préparé par le préfet de Région, par les 12 Etablissement publics territoriaux,  intercommunalités créés officiellement le 1er janvier 2017 et réunissant entre 300 000 et 500 000 habitants. Seule la ville de Paris, qui est devenue elle-même un « territoire » compte 2,3 millions d’habitants […]

 

LIRE LA SUITE :  

 

L’APPEL D’ÉLUS D’ILE-DE-FRANCE POUR une MÉTROPOLE AMBITIEUSE, SOLIDAIRE et DÉMOCRATIQUE avec les DÉPARTEMENTS D’ILE-DE-FRANCE

 

Considérant l'apport historique de la décentralisation en matière de développement des services publics et de démocratie locale,

Considérant la pertinence de la mise en œuvre des politiques publiques au plus près des habitants,

Considérant l'amélioration substantielle de la qualité des anciennes infrastructures de l’État transférées aux collectivités territoriales, singulièrement aux Départements,

Considérant la commune comme socle de la démocratie locale dans la République,

Considérant l'appui indispensable des Départements, de grande comme de petite couronne, envers les communes et les intercommunalités,

Considérant les spécificités de la Région Capitale et le besoin de renforcer la lisibilité de l’architecture institutionnelle du Grand Paris pour assurer, notamment, le renforcement de son rayonnement à l’international,

Considérant le besoin de renforcer la solidarité territoriale et le rôle des Départements piliers de la mise en œuvre de la solidarité nationale,

Considérant le manque manifeste d'information et de concertation de la population et des élus locaux concernant le projet de réforme institutionnelle du Grand Paris, Considérant le besoin de stabilité institutionnelle pour permettre aux acteurs locaux de mener à bien leurs projets en direction des habitants et des acteurs économiques,

Considérant les dangers pour les habitants et le service public du scénario qui serait privilégié par le Préfet de la Région d’Ile-de-France préconisant notamment la suppression des départements d’Ile-de-France au profit de 11 établissements publics territoriaux et d’un grand nombre de « districts » ainsi que le renforcement de la Métropole du Grand Paris dans ses limites actuelles,

Considérant que ce scénario ne démontre ni sa pertinence, ni son efficacité, qu’il affaiblira durablement l’investissement public et qu’il constitue une menace pour l’autonomie communale à terme,

 

Nous, élus d’Ile-de-France signataires de cet appel, demandons :

- Une Métropole, épousant les contours de la Région Ile-de-France, fondée sur un projet ambitieux, solidaire et démocratique, respectant l’autonomie des collectivités territoriales, à commencer par les communes et les Départements,

- La concertation des élus locaux d’Ile-de-France à propos de la réforme institutionnelle du Grand Paris.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article