Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo d'illustration (capture d'écran Arte)

photo d'illustration (capture d'écran Arte)

Face aux événements d'Iran, soyons vigilants !

par Jean LÉVY

 

"canempechepasnicolas" posait dès hier la question (*) de la responsabilité des Etats-Unis dans les événements qui ensanglantent depuis quelques jours l'Iran.

"Le Monde" confirme - en s'en réjouissant - le rôle moteur de Washington, de Donald Trump en particulier,  pour qui c'est "le moment du changement " à Téhéran. Et le quotidien du soir de citer le "Wall Street Journal" selon lequel "l'administration Trump fait pression sur nombre de capitales étrangères pour qu'elles apportent leur soutien aux manifestants, et préparerait des sanctions contre les entités qui organisent la répression du mouvement".

 

Mais de quel mouvement s'agit-il ?

 

"Le Monde" répond à sa manière sur six colonnes à la Une. Il titre, sans point d'interrogation   :"Iran : pourquoi la rue conteste le régime" et s'explique sur toute la page 2, sans cacher l'intense sympathie que lui procurent les événements :  "Les manifestants iraniens bravent la répression".  Et le correspondant du journal de décrire "la "tension nouvelle (qui) régnait dans les rues de Téhéran lundi Ier janvier".  Convenant  que les manifestations étaient "d'ampleur limitée" au cinquième jour du mouvement, le journaliste écrit :" dans la nuit de lundi à mardi, six personnes auraient été tuées alors qu'elles tentaient de s'emparer d'armes dans une station de police à Qahderijan, dans la région d'Ispahan. Un policier et un militaire ont également été tués et trois autres ont été blessés, lundi, dans la même province".

 

Nous sommes loin de "manifestations" sociales pacifiques...

 

Quant à l'ampleur des rassemblements observés à Téhéran, le correspondant du "Monde" note : "Dans le centre de la capitale, les forces de l'ordre, lourdement déployées, ont à plusieurs reprises dispersé la foule, lundi, sur l'avenue Enghelab, où les stations de métro demeurées ouvertes continuaient à déverser un flot de passants." Et de convenir : "Il était difficile de distinguer parmi eux les manifestants et de se faire une idée précise de leur nombre". 

 

Quant à la répression dénoncée comme violente par tous les médias , le correspondant du "Monde" convient que "l'Etat traite encore avec une relative prudence ces manifestations inédites". Et de préciser : "Lundi, lors d'une rencontre avec des parlementaires, le président Rohani a reconnu de nouveau la légitimité de cette colère". Mais, qu'il n'accepterait aucune violence...

 

Donc, il y a une contestation sociale en Iran, mais aussi des actions armées dirigées contre l'Etat. Le pouvoir n'accepte pas ces dernières et réagi avec vigueur. Que ferait l'Elysée si des bâtiments publics et les forces de l'ordre étaient l'objet d'attaques armées ? Et si celles-ci recevaient le soutien ouvert d'une puissance étrangère ?


Les précédents récents d'Ukraine et de Syrie où les Etats-Unis, flanqués de leurs vassaux, le gouvernement français parmi eux, se sont impliqués d'une manière ouverte et provocante, politiquement et militairement, en soutien aux forces subversives, doivent nous alerter devant le danger d'une nouvelle intervention étasunienne, cette fois en Iran, toujours pour des considérations économiques - le pétrole - et stratégiques,  face à la Russie et à ses alliés, l'Iran en l'occurrence.

Nous voilà avertis.

 

Soyons vigilants

 

J.L.

 

(*) http://canempechepasnicolas.over-blog.com/ 2018/01/21-morts-en-iran-des-troubles-qui-suscitent-l-interet-de-l-etranger-des-etats-unis-par-exemple.html

 

 

LIRE ÉGALEMENT LE POINT DE VUE DE JIH WACHILL PUBLIÉ SUR FACEBOOK:

Je suis resté silencieux à propos des développements récents en Iran, attendant d'avoir quelques éléments pour y voir plus clair. Et contrairement à pas mal de gens qui, une fois de plus, se laissent appâter par une imagerie "romantique révolutionnaire", je suis à titre personnel extrêmement dubitatif et circonspect sur ce mouvement, y compris sur sa portée réelle.

 

D'abord, il est assez remarquable de constater certaines similitudes avec le "scénario syrien", même si je ne pense pas que ces événements puissent déstabiliser l'Iran aussi gravement. Là encore, une partie des "durs" du régimes (car ce sont les "conservateurs" qui sont à l'origine des manifestations...) jouent un rôle d'idiots utiles de l'axe atlanto-wahhabite. Ce scénario surréaliste est assez comparable au rôle de "pompiers-pyromanes" joué par d'autres "durs du régime" (le "lobby pro-saoudien"...), parmi les plus intransigeants et corrompus, passés à "l'opposition" en Syrie du jour au lendemain ou presque, ce qui continue à être occulté dans mos médias.

 

Ensuite, il est assez surréaliste de voir lesdits "conservateurs" (utra-religieux donc...) manifester bras dessus, bras dessous avec des partisans d'une sécularisation de l'Etat (et les nostalgiques de la monarchie...), fustigeant Rohani pour certains, Khamenei pour d'autres, les deux indistinctement pour quelques uns, le tout donnant une impression de cacophonie. Les contradictions inhérentes à ce mouvement sont à mon avis ingérables à plus ou moins brève échéance : la question de la sécularisation de l'Etat ne peut que le faire imploser. C'est d'ailleurs du côté des "laïques" que la participation à ce mouvement apparaît pour le plus malvenue dans un moment politique d'avancées politiques favorables. Ce n'est clairement pas le moment opportun pour ceux-là, à moins évidemment que leur agenda politique ne leur soit dicté... de l'étranger ?

 

Et c'est probablement l'aspect le plus gênant dans cette "contestation", semble-t-il "compradore" : elle met en avant des difficultés réelles de la vie pour une masse d'Iraniens, mais de manière totalement démagogique, sans jamais à aucun moment pointer du doigt les sanctions "internationales" (américaines surtout...) contre l'Iran, qui en sont tout de même la principale cause. Mieux : on voit le principal responsable du maintien de ces sanctions et de leur durcissement venir cyniquement manifester publiquement son soutien à un mouvement qui le défausse de ses propres responsabilités.

 

Un chauvinisme "isolationniste" (avec un zeste d'atlantisme non-assumé ?) semble être en réalité le seul élément liant les "contestataires" entre eux : implicitement d'abord, puis explicitement désormais, c'est une remise en cause de l'implication de l'Iran dans la lutte contre Daesh et Cie en Irak et en Syrie, et auprès des résistances palestinienne et libanaise qui fait la jonction. Derrière la question des difficultés de la vie quotidienne, c'est la politique étrangère du pays qui est en réalité attaquée, accusée d'en être la cause. Peu importe ici pour ces "contestataires" que le maximum possible ait été fait pour obtenir la levée des sanctions internationales et que les USA se montrent d'une mauvaise foi assez extraordinaire sur le sujet.

 

Cette "contestation" confine à l'autisme sur ce point capital : elle fait mine de ne pas voir que céder face aux USA sur la politique étrangère ne pourra être qu'un premier pas vers un chemin de croix pour le peuple iranien (et pour pas mal d'autres...), encore pire que les difficultés du moment. Les Russes sont bien placés pour le savoir, qui ont eu droit au saccage de leur économie et de leurs droits sociaux par la mafia eltsinienne après avoir eu la faiblesse et la naïveté de se laisser subjuguer par le mirage de la "société de consommation" et des promesses que les USA ont tôt fait de renier.

 

Mais cette "contestation" va avoir à mon avis sur du moyen et long terme un résultat totalement contraire au but recherché par ses "parrains" : non seulement rien ne sera cédé sur la politique étrangère iranienne, mais tout ces "contestaires" semblent ne même pas saisir qu'en appuyant démagogiquement sur les difficultés du quotidien des classes laborieuses iraniennes, ils pavent en réalité la voie à un retour en grâce et probablement triomphal au pouvoir... d'Ahmadinedjab ! Ce qui constituerait comme résultat le pire cauchemar pour leurs "parrains" atlanto-wahhabites...

 

J.W.

 

SOURCE:

Commenter cet article