Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

« Quand l’extrême droite résistait, quand la gauche collaborait »  deux émissions de France 5 commentées par Annie Lacroix-Riz [Radio-Galère]

Annie Lacroix Riz, historienne contemporaine, spécialiste de l'entre deux guerres et de la collaboration en France était l'invité de COMAGUER le 10 janvier 2018 sur Radio Galère. Un entretien à écouter attentivement et qui mérite une diffusion auprès du plus grand nombre.

******

 

« Quand l’extrême droite résistait, quand la gauche collaborait »   

Sous ce titre alléchant et racoleur qui relève incontestablement de la généralisation abusive,  la chaine publique France 5 a programmé à la fin de 2017  deux documentaires de 55 minutes entrecoupés d’images d’archives dans lesquels 3 historiens, Olivier Wievorka, Simon Epstein et Pascal Ory dressent le portrait de divers personnages dont les parcours politiques individuels avant 1939 , entre 1939 et 1945 et après-guerre peuvent apparaitre  sinueux ou comme ils disent en abusant du qualificatif «  complexes ».

 

Pourtant opportunistes, arrivistes, corrompus, retourneurs de vestes, sont des personnages assez classiques dans l’histoire universelle et la France, à l’occasion de la seconde guerre mondiale et de ses préparatifs en a nourri son lot, ces repositionnements, changements de camp étant favorisés par l’évolution globale d’un conflit où la classe française dirigeante est passée d’un pan européisme résolu ( et résolument anticommuniste) sous férule nazie lequel est, avec ou sans le Reich, loin d’avoir complètement disparu  à un atlantisme pro-capitaliste de soumission totale, politique, économique militaire et intellectuelle à l’hégémonie étasunienne.  

 

Cette démarche historiographique n’est pas nouvelle. Les livres d’Olivier Wievorka consacrés à la résistance datent de plusieurs années et celui de Simon Epstein historien franco-israélien (*) .Un paradoxe français : antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, date lui de 2008.

 

Cette nouvelle cuisson de travaux antérieurs vient donc illustrer le travail permanent de confusion idéologique entretenue caractéristique de l’envahissant discours macronien.  

 

Annie Lacroix-Riz est certainement aujourd’hui  l’historienne française qui, pour avoir pendant plusieurs décennies exploité les archives française, étasunienne, allemande et quelques autres, connait le mieux cette période de notre histoire et a publié une série de livres qui, rassemblés, constituent le portait le plus pénétrant et le mieux documenté de la classe dirigeante française de 1920 à 1950.

 

Elle commente ces deux émissions dans les DOSSIERS DE COMAGUER sur RADIO-GALÈRE 

 

(*)Simon Epstein est né à Paris en 1947. Il fonde le Comité de soutien aux Juifs d'URSS (CSJU) en 1970 et est élu secrétaire général du Mouvement sioniste de France (MSF) en 1972. Vivant en Israël depuis 1974, il est économiste à la Direction du budget au ministère des Finances à Jérusalem. Depuis le milieu des années 1980, il se consacre prioritairement à la recherche sur l'antisémitisme et sur l'histoire du peuple juif. Il enseigne à l'Université hébraïque. (Source : Institut universitaire Elie Wiesel)

 

 

Commenter cet article