Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

Rejoindre Macron, c’est trahir De Gaulle [TRIBUNE LIBRE]

Par Ferréol Delmas - Le 22 février 2018

 

Les « gaullistes » qui rejoignent Macron ne savent pas ce qu’ils font. Le président est l’antithèse du général. Quand De Gaulle avait « une certaine idée de la France », Macron en a une de la finance. Un rappel à l’ordre gaullien du plus vieux mouvement de jeunes gaullistes, l’Union des Jeunes pour le Progrès (UJP). 

 

Se dire gaulliste à vingt ans n’est pas facile. De Gaulle est mort en 1970 et le terme « gaulliste » en lui-même peut paraître dépassé. Ce qui est incontestable, en revanche, c’est que l’héritage de la droite française, depuis la Seconde Guerre mondiale, a été façonné par la personne et la pensée du père de la Ve République. Si être gaulliste peut sembler désuet en 2018, il est urgent d’être gaullien, c’est-à-dire de concevoir l’action publique principalement au travers du prisme de la préservation de la souveraineté nationale et de la préoccupation d’une nécessaire solidarité nationale.

 

Macron, une certaine idée de la finance

 

Aujourd’hui, l’Union des Jeunes pour le Progrès (UJP), mouvement de jeunesse fondé en 1965 à la demande du général de Gaulle, est considéré comme le gardien du « gaullisme social ».

 

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Commenter cet article

Méc-créant 01/03/2018 21:40

Hé, bon petit diable, je n'ai jamais insinué le contraire, je ne faisais que mettre le nez du fervent gaulliste dans la m...mélasse de son analyse foireuse baignée de mauvaise foi. Même la publication de tels articles peut, parfois, éclairer la pensée de ceux qui en ont encore besoin. Par contre, je ne pense pas qu'il soit utile de publier ce message, juste un échange personnel.
Adicias (vieille salutation provençale).
Méc-créant.

Méc-créant 01/03/2018 13:11

La légèreté et le flou de votre "analyse" manifeste l'absence de votre bonne foi, à commencer par votre foi au gaullisme. Pour De Gaulle, en effet, "la politique de la France ne se fait pas à la Corbeille!" et vous sauriez soutenir sans honte que tous les "leaders" de votre droite ont soigneusement respecté ce principe politique essentiel? Chirac, Sarkozy, Fillon (comme Hollande), tous fervents défenseurs de l'UE (comme De Gaulle?) et prenant leurs ordres aux macs du CAC? Pompidou, dites-vous? Ce n'est donc pas en son cerveau qu'a murie l'idée géniale de commencer à endetter l'Etat auprès des banques privées? Grand progrès pour l'indépendance et la souveraineté! De Gaulle avait su prendre en compte (peut-être par simple réalisme politique et social) le programme du CNR...que tous les gouvernements successifs ont démantelé méthodiquement. Tout vrai "gaulliste" conséquent, défenseur des souverainetés populaire et nationale, se devrait aujourd'hui d'en définir les conditions premières: sortie de l'UE, de l'euro et de l'OTAN...pour ensuite remettre en cause la domination écrasante de la finance sur les Etats, du capital sur le travail.
Je pense que, si gaullisme il y a, il peut aisément se passer de la plupart des gaullistes proclamés...
Méc-créant.

El Diablo 01/03/2018 17:24

A toutes fins utiles, je répète, une nouvelle fois, que publication sur ce blog ne vaut pas systématiquement approbation par son administrateur - Salut et fraternité