Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

source : l'humanité

 

Algérie 8 mars 2018: journée de luttes des femmes à l’échelle internationale

Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme

La journée du 8 mars 2018 ne peut être réduite à une simple fête entre femmes de toutes conditions sociales. Elle ne peut être qu’une journée de luttes organisées et unies, de réflexion sur le moyen de faire entendre leur voix pour les ouvrières des secteurs économiques publics ou privés, les employées du secteur administratif public, éducation, santé, les femmes de petits paysans, les étudiantes et toutes les femmes de condition modeste qui ne vivent que de la vente de leur force de travail.

Les femmes des classes populaires subissent le plus le poids de la politique économique et sociale d’un pouvoir aux mains de la bourgeoisie et des oligarques. Ces classes se sont enrichies par le pillage des biens du pays et l’exploitation forcenée de la classe ouvrière, par la fraude fiscale et sociale, par les cadeaux financiers de l’Etat.
Les conséquences de la crise financière provoquée par la chute des recettes pétrolières ne touchent que les travailleurs et les masses populaires. Les salaires sont bloqués depuis des années. L’inflation qui s’est accélérée ces dernières années frappe durement les salariés et les retraités. La hausse générale des prix réduit leur pouvoir d’achat et augmente la part de la bourgeoisie dans la répartition du revenu national. Les familles du peuple ne peuvent plus boucler les fins de mois sans renoncer à acheter de nombreux biens dont les prix ne sont plus à leur portée.

Dans le secteur privé, les femmes subissent le diktat et l’humiliation des patrons. Elles sont très nombreuses celles qui travaillent durant de longues heures dans des locaux insalubres et pollués pour des salaires de 8000 dinars et même moins, bien en dessous des 18000 DA du salaire minimum qui n’a pas bougé depuis plus de 6 ans. L’Etat qui est celui des riches et des puissants ferme les yeux sur leur terrible situation.
L’UGTA, syndicat lié au pouvoir, est complice. Les patrons mettent à la porte tout homme et toute femme qui tentent de s’organiser dans des syndicats pour se défendre.
Les étudiantes des écoles normales supérieures en grève depuis des mois pour obtenir un poste à proximité de leur lieu de résidence parental craignent de ne pas pouvoir avec leur futur salaire louer un logement et de subvenir à leurs besoins minimum. Les femmes célibataires qui n’ont pas le moyen de s’acheter un logement ou même d’en louer sont exclues du bénéfice du logement construit par l’Etat. Les préjugés contre les femmes se sont renforcés avec l’expansion de l’idéologie rétrograde propagée sous couvert de l’Islam.

La journée du 8 mars n’est pas seulement un jour de fête. Le pouvoir et les bourgeoises veulent faire oublier l’instant d’un jour les tourments des femmes de condition modeste. Ils veulent la réduire à des cérémonies de danse, de chants et de distribution de confiserie dans une atmosphère de coexistence entre exploitées et exploiteuses. Le 8 mars n’abat pas la barrière qui sépare en deux camps opposés des classes aux intérêts fondamentalement antagoniques. 

Cette journée est aussi une journée de luttes contre l’arbitraire d’un régime qui pense étouffer le combat des femmes pour le progrès en leur interdisant de s’organiser librement ou de manifester sur la voie publique. C’est également une journée qui s’inscrit dans les luttes de tous les jours pour s’opposer à la politique sociale antipopulaire du régime tout en veillant dans la plus grande vigilance à ne pas permettre aux forces de la régression, de l’obscurantisme, du séparatisme, aux forces internes alliées aux puissances impérialistes d’exploiter leurs justes revendication en vue de remplacer les gouvernants actuels discrédités par d’autres « plus neufs » pour continuer ou aggraver la même politique de classe.

Le 8 mars est une journée de luttes et de solidarité à l’échelle mondiale pour le travail, le logement, l’égalité suivant le principe «  à travail égal, salaire égal », l’émancipation de toutes formes d’exploitation et de dépendance, les libertés démocratiques dont la classe ouvrière a le plus besoin pour défendre ses intérêts. C’est une journée de solidarité avec les femmes victimes des ingérences militaires des puissances impérialistes, du fascisme, du sionisme, des forces de la régression et de l’obscurantisme en Palestine, Libye, Syrie, Irak, Sahara occidental, Afghanistan, Ukraine, Colombie, Honduras, etc. C’est une journée de lutte pour la paix mondiale dangereusement menacée par le capitalisme en crise, pour le démantèlement des armes nucléaires et de toutes les armes de destruction massive.

Pour les communistes algériens et algériennes, la lutte de tous les jours des femmes exploitées, des épouses des exploités, pour une société où chacun ne vivra que de son travail est indissolublement liée à la lutte pour renverser le pouvoir de la bourgeoisie, la lutte pour le socialisme.

Le 8 mars 2018 

SOURCE :

Commenter cet article