Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Dans les Bouches-du-Rhône la CGT assume et assure : 25 000 manifestants dans la rue à Marseille

Le 4 décembre dernier, la CGT 13 réunie en comité départemental décidait de poursuivre son combat de résistance et de reconquête. Se lamenter sur le fait que nous n’avions pas réussi à stopper les ordonnances ce n’est pas le genre de la maison.

Le gouvernement Macron peut bien claironner ce qu’il veut cela n’empêchera pas la première organisation du département de continuer à lutter. Loin d’attendre l’arme au pied le grand mouvement social national de convergence que toutes celles et tous ceux qui sont opposés aux choix actuels et au recul social de plus en plus grand appellent de leurs voeux, la CGT 13 prenait ses responsabilités et lançait un mouvement d’ampleur pour un pacte de progrès social dans notre département. Faisant cela elle aide d’ailleurs au-delà de son département en donnant non pas un modèle mais un exemple de ce qui peut être fait pour résister et gagner face aux offensives actuelles du camp d’en face.

Ils l’ont dit avec force : les salariés de la centrale mettront en échec le projet de fermeture et les 450 licenciements qui l’accompagnent

Profession par profession les salarié-e-s étaient invité-e-s à dire ce qu’ils refusaient dans les choix actuels, ce qu’ils voulaient et donc leurs raisons de s’engager dans la lutte.

Tracts multiples par branches et par entreprises, livret édité par la CGT 13, appel à signer pour un autre avenir pour le département... les salariés depuis le 
4 décembre étaient appelés à s’exprimer et à s’engager dans la lutte. Les multiples contacts pris ont renforcé les propositions de la centrale syndicale.
Dans son argumentaire la CGT pointe : l’augmentation des salaires, des retraites et des indemnités pour les sans emploi, la redistribution des richesses créées par les salariés sous forme de salaire mais aussi en réduisant le temps de travail à 32h (ce qui permettrait de créer 2 415 870 emplois et en finir avec les contrats précaires), maintien et développement des atouts industriels, des financements pour les services publics afin d’assurer leurs missions au service de l’intérêt général « en garantissant à tous le droit élémentaire de se soigner, de se loger, de s’éduquer », un financement de la Sécurité sociale (maladie, famille, retraite, chômage, logement) basé sur les cotisations, par la mise à contribution des revenus du capital et non sur l’impôt.

La CGT rappelle au passage que: 
- « la fraude et l’évasion fiscale représentent a minima 80 milliards d’euros par an, 
- plus de 230 milliards d’euros d’exonérations et de cadeaux fiscaux sont offerts chaque année au patronat. 
- L’argent existe donc bien pour répondre aux besoins ».

Le 22 février 2018 était l’aboutissement de cette première étape de la mobilisation. Le résultat est sans appel : 25000 dans les rues de Marseille !

Dans les Bouches-du-Rhône la CGT assume et assure : 25 000 manifestants dans la rue à Marseille

Les travailleurs de Coca en grève depuis le 14 février contre les 128 licenciements annoncés par un des groupes leaders mondiaux en matières de profits. [1]

Dans le cortège on remarquait les personnels de santé, les salarié-e-s de Carrefour, les territoriaux, les employé-e-s de la sécu...mais aussi nombre de salariés de petites entreprises venus crier haut et fort leur volonté d’agir et de résister aux mauvais coups.

 

Dans les Bouches-du-Rhône la CGT assume et assure : 25 000 manifestants dans la rue à Marseille

L’accueil de jour, encore une structure sociale menacée de fermeture...et dans la rue salariés et usagers pour réclamer le maintien de l’institution.

En fin de matinée, lors de la dispersion devant la préfecture, les manifestants regonflés à bloc, se donnaient déjà rendez-vous pour les prochaines mobilisations et en particulier celle du 22 mars.

 

[1] on peut verser à la solidarité financière en envoyant un chèque à UD CGT 13 23 bd Charles Nedelec 13003 Marseille en précisant « grève Coca » ou en passant à Rouge Midi qui fera suivre.

SOURCE :

Commenter cet article