Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

LA FONCTION PUBLIQUE : un rôle fondamental dans la vie de la cité

Éducation

              santé

                       transports

                                       services administratifs

                                                                         finances

                                                                                       sécurité

 

De tout temps, même à l'époque de la royauté, le pouvoir politique a eu besoin d'une administration et d'un personnel administratif pour faire fonctionner l'État. Progressivement, depuis la Révolution de 1789 a été mis en place ce que nous connaissons aujourd’hui sous l’expression fonction publique, c’est à dire l’ensemble des agents, recrutés sur concours attestant d'une compétence, qui occupent des emplois permanents dans les trois grandes fonctions publiques, étatique, territoriale et hospitalière. Ces règles ont été consignées dès 1946 dans le "statut du fonctionnaire " fixant précisément les droits et devoirs des agents de l'État.

 

La fonction publique a un rôle fondamental dans la vie de la cité qu’il s’agisse de l’éducation, de la santé, des transports, des services administratifs, des finances, de la sécurité… C'est elle qui assure la stabilité et la continuité de l'État dans les périodes troublées notamment. Son fonctionnement est régi par une règle, celle de la solidarité nationale et de la justice, chacun devant avoir le même droit au service rendu, service que l’impôt rend légitime et possible.

 

Or, depuis plus de dix ans les gouvernements successifs ont engagé une réduction drastique de la fonction publique : non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, blocage des salaires, suppression de postes remplacés de plus en plus par des contractuels. Tout ceci s'accélère sous le gouvernement Macron, allant même jusqu'aux attaques de plus en plus fortes contre le statut du fonctionnaire. Les conséquences en sont une moindre qualité des services, voire leur disparition dans certaines parties du territoire et bien entendu un mécontentement grandissant des populations qui, insatisfaites à juste titre, se trompent souvent sur l’origine du mal qu'elles voient dans l’existence même de la fonction publique et donc des fonctionnaires.

 

La fonction publique a pourtant impérativement besoin de fonctionnaires compétents et stables.

 

La sécurité de l'emploi, tellement décriée en ces temps de chômage de masse, est seule capable d'assurer l'indépendance vis à vis du régime en place et donc la continuité du service public.

 

Loin d'être un archaïsme, Le statut est d’abord une protection des citoyens. En protégeant les fonctionnaires de l’arbitraire, il évite l’instrumentalisation de l’administration à des fins partisanes par un pouvoir politique quelconque... [Il est] ,à ce titre, l’un des piliers sur lesquels repose toute société démocratique... C’est pourquoi ...[ces principes sur lequel repose le statut du fonctionnaire] doivent demeurer, quelles que soient les évolutions de la société".(1)

 

Sécurité de l'emploi, indépendance vis à vis du pouvoir et continuité du service sont les principes de base du statut des fonctionnaires. Ce qui est incompatible avec les règles du capitalisme mondialisé.

 

 

(1) extrait du portail de la fonction publique

 

SOURCE :

Commenter cet article