Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

Le mercredi 14 mars 2018, j'étais l'invité de BFM Business pour parler de la réforme de la SNCF par ordonnances voulue par Emmanuel Macron. J'ai expliqué que « l'urgence » annoncée de cette « réforme » n'était due qu'à la soumission du président de la République à la Commission européenne, qui demande que le quatrième « paquet ferroviaire » soit transcrit dans le droit français avant la fin de l'année.

 

Ce « paquet ferroviaire » est celui qui prévoit l'ouverture à la concurrence du transport de voyageur sur les lignes régionales en 2020 puis sur les lignes nationales en 2023.

 

Face au libéral Jean-Marc Sylvestre, j'ai défendu le service public du rail et ai expliqué que dans tous les pays où elle avait eu lieu, la libéralisation du rail arrivait toujours au même résultat : une baisse du service rendu et une augmentation des coûts.

 

En Angleterre, par exemple, les foyers dépensent en moyenne 14% de leurs revenus dans les transports contre 2% en France. En Allemagne, un billet de train sur une distance de 500 kilomètres coute deux fois plus cher qu'en France. Enfin, j'ai signalé que le changement de statut de la SNCF (sa transformation en société par actions plutôt qu'en établissement public) n'avait qu'un seul objectif : préparer sa privatisation.

 

Quand bien même le gouvernement affirme aujourd'hui le contraire. C'est en tout cas ce qu'on a pu constater avec d'autres entreprises comme GDF pour laquelle une méthode similaire avait été adoptée.

Antoine Léaument

SOURCE :

Commenter cet article

conte 18/03/2018 15:11

J'ai apprécié vos interventions face à Sylvestre. Nous ne pouvons pas oublier que le néolibéralisme est une IDEOLOGIE et dogmatique de surcroit contrairement aux propos de Sylvestre. L'accumulation des profits, le commerce sans limites, ne peuvent que nous conduire en faisant très court, qu'a une destruction de notre terre et du vivant, et que les plus riches ou plus chanceux survivent éventuellement. La raison n'est plus là. Je vous adresse une courte synthèse réalisée à plusieurs sur Hayek (deux pages) AU NOM DE LA SCIENCE, IL N’Y A PAS D’ALTERNATIVE.
Friedrich Von Hayek, philosophe, psychologue et économiste viennois, a été l'un des principaux
penseurs du néo-libéralisme le siècle dernier ( surnommé le pape du libéralisme). Il développe dans
l’épilogue de ses trois derniers ouvrages (1980), qui représente la synthèse de ses travaux, les
fondements de « l'ordre politique d'un peuple libre » . Thatcher a été très influencé par ses théories,
et la grande Bretagne sera un terrain de mise en pratique de sa pensée. Ce qui a eu des effets
considérables sur l'idéologie qui sous tend la construction européenne, aidé en cela par les
ordolibéraux allemands dont Von Eucken qui en fut l’un des chefs de file ( l’ordo-libéralisme allemand
figure au travers des termes « une économie sociale de marché hautement compétitive » dans le
traité de Lisbonne ).
. La Grande Bretagne par l’intermédiaire de Francis Arthur Cocfield commissaire anglais chargé du
commerce et vice-président a maîtrisée la rédaction du livre blanc, devenu ensuite l’acte unique en
février 1986, grâce à Jacques Delors qui a mis tout cela en musique.
Il a été membre une partie de sa vie, de l'école de Chicago en qualité de professeur de sciences sociales
et morales . Ses recherches en ce domaine le conduisent a élaborer une nouvelle théorie « scientifique » que
l’on pourrait inclure dans le champ de la neuropsychologie, du connexionnisme, assez proche du courant
béhavioriste. Hayek a très certainement été une pièce maitresse idéologique dans la mondialisation de
la pensée unique néolibérale.
Il obtint également le prix Nobel d’économie en 1974 et remplaça Von Eucken à sa mort, à
l’université de Fribourg. Churchill, Thatcher, Pinochet, Reagan et Raymond Barre qui l’a traduit en
France et bien d’autres, se sont beaucoup inspirés de ses travaux. Peter Drucker viennois et proche
d’Hayek est devenu le « pape » du management aux USA.
Il faut aussi signaler Stephen Harper ancien premier ministre du Canada, qui se revendique de la
pensée d’Hayek et qui a été le porteur politique du CETA. Son école financée par les fondations des
multinationales s’est structurée autour de la société du Mont Pèlerin (think tank international)
Il est également bon de rappeler qu’il rend responsable de la dernière guerre les différents
socialismes, et que dès lors il n’a de cesse de combattre toute forme de projet raisonné des hommes.
Dans l'épilogue de ses derniers ouvrages « Droit, législation et liberté », il écrit " La culture n'est ni
naturelle, ni artificielle, elle n'est ni transmise génétiquement ni rationnellement élaborée. Elle est
transmission de règles de conduite apprises, qui n'ont jamais été inventées et dont la fonction reste
habituellement incomprise des individus qui agissent". "C'est cette évolution culturelle que seul
l'homme a subie" qui le différencie des animaux. Hayek introduit ainsi l'évolution par sélection des
règles et pratiques concomitante à l'évolution biologique de l'homme. On le voit la raison n’existe pas,
mais il ne se prive pas lui-même, de l’utiliser.
A signaler qu’il s’inspire tout comme l’école autrichienne d’économie, d’ Herbert Spencer
sociologue, philosophe et psychologue anglais qui est le fondateur de la théorie organiciste. Spencer
est l’auteur de l’expression « survie des plus aptes ». Ce dernier construit sa pensée selon des
conceptions évolutionnistes, contrairement à Darwin qui lui use d’une conception plus dialectique.
Hayek écrit : "L'esprit est enrobé dans une structure traditionnelle et impersonnelle de règles
apprises, et son aptitude à mettre en ordre son expérience est une réplique héritée du canevas
culturel que chaque esprit individuel trouve tout fait". "Le cerveau est un organe qui nous permet
d'absorber la culture mais non de l'inventer". Les éléments des structures complexes possèdent des
régularités de comportement, des aptitudes à suivre des règles. D’où selon lui, l’idée d’ordres
spontanés.
L'un des plus important ordre spontané auto-généré , est la vaste division du travail qui implique
l'ajustement mutuel des activités des gens qui ne se connaissent pas. "Ce fondement de la civilisation
moderne fut en premier compris par Adam Smith en termes du fonctionnement d'un mécanisme de
rectification par contrecoup" ce qu’il appelait « la main invisible » et qu’à présent, la science
cybernétique allait selon lui expliquer mais nous attendons toujours cette explication scientifique. Le
processus du marché fonctionnerait grâce à l'utilisation de signaux impersonnels de celui-ci, qui
disent aux gens comment faire pour adapter leurs activités à des évènements dont ils n'ont pas
connaissance directement. Pourtant Hayek affirme que l’on doit parfois orienter l’évolution de l’ordre, en
perfectionnant les règles ou en privilégiant certaines règles relatives à la propriété et aux contrats. Un tel ordre
bien sûr n’est plus du tout spontané .
La reconnaissance du troc, de la propriété privée du sol, la concurrence, la variabilité des prix, les
prêts d'argent moyennant intérêt sont des normes. Toutes ces normes furent des brèches dans la
solidarité qui unissait les groupes restreints de chasseurs et qui ont ainsi fait advenir la liberté
individuelle. Avec un tel projet plus aucune organisation publique n’est possible.
"L'homme n'a pas adopté de nouvelles règles de conduite parce qu'il était intelligent; il est devenu
intelligent en se soumettant à de nouvelle règles de conduites" L'homme n'a jamais inventé ses
institutions droit, langage, morale qui sont le fruit d'une croissance spontanée et non d'un dessein.
La revendication d'une juste redistribution afin d'allouer à chacun ce qu'il a droit est un atavisme
fondé sur des émotions originelles: le partage au sein du groupe primitif de chasseurs. "Et c'est à cette
sensibilité largement prédominante que font appel prophètes, philosophes, moralistes et
constructivistes en proposant de créer délibérément un nouveau type de société"
Bien entendu selon Hayek, toute cette construction ne peut pas être une construction imaginé par
l’homme et c'est donc au nom de la SCIENCE qu'il développe ses valeurs. La science économique ainsi
conçue, devient la théorie générale du comportement humain, ne laissant place à aucune autre
pensée. Le marché doit fonctionner sans intervention humaine Il termine ses trois ouvrages, par une
violente critique de Freud, qu’il traite quasiment de sot et de superstitieux, toujours au nom de la
science. La conscience et l’inconscient n’ont pas lieu d’être. La conscience est tout au plus un amas
complexe de neurones.

Comment aussi pourrions-nous faire l’apologie de la liberté et de la démocratie et ne retenir le
progrès humain que comme le seul produit de la sélection la plus avantageuse pour l’humanité. Dans
l’épilogue d’Hayek, Il n’est jamais question ni de responsabilités ni de choix, alors à quoi bon la
politique ? Quand au « peuple libre » qu’il appelle de ses voeux, il n’aboutit CERTAINEMENT pas au
sujet libre.
C’est une pensée sans dialectique, sans autres, au nom d’un savoir absolu. Un savoir qui se veut
universel applicable sur le même mode à chacun d’entre nous.
Il est pour le moins délirant de prétendre au nom de la SCIENCE, que nous serions tous
universellement dépositaire d’un « cerveau qui nous permet d'absorber la culture mais non de
l'inventer » .
Christian.conte90@orange.fr
Nombreuses références dont :
(1) http://www.catallaxia.org/wiki/Friedrich_A._Hayek:Esquisse_de_biographie#Chicago
(2) http://www.er.uqam.ca/nobel/philuqam/dept/textes/Hayek_et_la_theorie.pdf
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_de_l%27esprit