Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Boulevard de l'Hôpital à Paris le 1er mai 2018 après le passage des "casseurs", sur le mur, l'emblème communiste, peint à la hâte, comme pour entretenir la confusion ... (photo : el diablo)

Boulevard de l'Hôpital à Paris le 1er mai 2018 après le passage des "casseurs", sur le mur, l'emblème communiste, peint à la hâte, comme pour entretenir la confusion ... (photo : el diablo)

Gilets pare-balles, boucliers tactiques, cocktails à l'acide : l'association UPNI a confié à RT France ses craintes face aux organisations d'ultragauche qui passent les frontières et s'illustrent lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

 

Après la flambée de violence qui a embrasé la manifestation du Premier mai à Paris, l'Union des policiers nationaux indépendants (UPNI) tire le signal d'alarme : «En pleine menace terroriste, on a 1 200 personnes cagoulées qui pénètrent dans la capitale française. Ils sont identifiés et repérés, mais on les laisse faire», alerte un membre du bureau de cette association de gardiens de la paix qui a répondu aux questions de RT France.

 

RT France : Selon les déclarations du syndicat Unsa-Police, les ordres sont venus tardivement pour intervenir à l'encontre des casseurs du Premier mai. Le préfet de police de Paris Michel Delpuech réfute cette thèse et ajoute qu'il fallait protéger «un millier» de «badauds» et de «curieux» qui s'interposaient entre les belligérants et les forces de l'ordre. Accordez-vous du crédit à cette explication ?

 

UPNI : Ce n'est pas du tout crédible. Par ailleurs, les services de renseignements savent très bien qui participe à ces manifestations. Ces individus dangereux laissent également des traces derrière eux. On a de la chance d'avoir si peu de blessés : des cocktails à l'acide ont été retrouvés après l'intervention[…]

 

LA SUITE DE L’ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS :

Les commentaires de Jean Lévy :

Ainsi, prévenu depuis des jours de la présence de groupes violents lors de la manifestation du 1er Mai, information relayée par les médias, plus de 1200 encagoulés ont pu à loisir incendier et briser des magasins, défoncer le macadam et lancer de nombreuses grenades sans être inquiétés !...Et cela plus durant d'une demi-heure sans intervention de la police...Celle-ci, concentrée à distance, n'avait reçu aucun ordre d'intervenir de la part du préfet de police, selon le syndicat UNSA Police. Cette passivité s'expliquerait par la volonté de ne pas confondre casseurs et badauds, répondent les autorités. Mais comment celles-ci ont pu laisser se concentrer en avant de la manifestation syndicale, plus d'un millier d'individus, tous de noir vêtu, sac au dos bien visibles et bien remplis, sans la moindre intervention policière ? Le plan du quartier montre que le pont d'Austerlitz permettait de filtrer la foule précédant le défilé. 

 

Ainsi, en plein Paris, "on" peut casser le bitume et incendier à loisir sans intervention de la police, qui d'une manière générale, n'observe pas une telle délicatesse quand elle en a reçu l'ordre...

 

Résultat : la traditionnelle manif' syndicale du 1er Mai a été clouée au sol par un millier casseurs bien organisés, qui, d'avance, avaient annoncé leur coup. 

 

On peut s'étonner que cette "action d'éclat" soit attribuée à l'ultra-gauche par le pouvoir et ses médias, ceux-ci s'en remettant, sans ciller, à la revendication de leurs auteurs. Il ne suffit pas de barbouiller les murs avec la faucille et le marteau pour garantir la qualité de "communiste" à ces groupes violents. L'incendiaire du Reichstag à Berlin en 1933 avait bien la carte du PC sur lui, alors qu'il n'était que la main des nazis...

 

Car, en définitif, qui a été victime des violences du 1er Mai, si ce n'est le mouvement social porté par la CGT, privé de manifestation ? Et qui peut s'en réjouir d'autres que Macron et son pouvoir engagés dans un bras de fer avec les salariés en lutte ?

 

Jean LÉVY

sur son blog:

Commenter cet article