Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

Henri Curiel (source photo: Libération)

Henri Curiel (source photo: Libération)

Par Roger Esmiol, Claude Namias. Publié dans le numéro 23 de Contretemps.

 

« Un jour je finirai comme cela de mort violente. Et c’est bien ainsi que je souhaite finir. C’est la plus belle mort. C’est celle du soldat. » (*) 

 

Avant-propos

 

À l’occasion du centième anniversaire de la naissance d’Henri Curiel, nous nous proposons de présenter le parcours politique de cet Égyptien originaire du Caire. Il est né le 13 septembre 1914 d’un père banquier, sépharade, probablement originaire de la ville espagnole de Curiel. Il effectue ses études secondaires, en français, chez les jésuites, où il acquiert une méthode imparable d’argumentation. Il fait également une licence de droit à l’Université du Caire. À sa majorité, en 1935, il choisit la nationalité égyptienne. Il rencontre des intellectuels égyptiens et des antifascistes français, italiens, suisses, grecs. Il découvre la misère des paysans, le travail des enfants dans les filatures de coton. Joseph Hazan, un de ses plus proches camarades, dira : « Il n’a jamais oublié que c’est la misère du peuple égyptien qui l’a conduit au communisme ». À la fin des années 1930, il découvre le marxisme grâce à son frère Raoul et à son cousin Aghion et il étudie de nombreux ouvrages marxistes. Confronté aux retombées de la Deuxième Guerre mondiale, il s’engage dans l’action antifasciste et adhère à l'Union démocratique, essentiellement composée de jeunes Egyptiens et d'étrangers, où on discute surtout de la situation internationale.

 

En juillet 1942, la police égyptienne arrête les Juifs soupçonnés d’être communistes. Henri Curiel connaît pour la première fois la prison. Il y rencontre des militants nationalistes. À leur contact, il mesure la puissance du sentiment national. Libéré en novembre 1942, il organise une École de cadres pour former les militants qui seront à l’origine du Mouvement Égyptien de Libération Nationale (MELN) fondé en janvier 1943. Il ne parle pas très bien l’arabe, mais sa force de conviction est grande. « Intellectuel fragile, mieux fait semble-t-il pour hanter les bibliothèques d’Oxford que les usines de la banlieue du Caire, Henri Curiel exerçait sur de petits auditoires ouvriers une réelle fascination. Sa souple intelligence offrait aux plus frustes des réponses valables, son dévouement désarmait les sceptiques » […]

 

LA SUITE DE L’ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS :

 

Commenter cet article