Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

INFO LUTTES CGT des cheminots [N°29 du 19 mai 2018]

+ 12 %, c’est l’augmentation du taux de grévistes le 19/05 par rapport au 18/05 (chiffre provisoire de la direction).

394, c’est le nombre de cheminots qui ont rejoint la CGT

depuis le 22 mars2018

 

La direction de la SNCF et le gouvernement doivent se préparer à vivre un moment pénible le 23 mai prochain lors de la promulgation officielle du « VOT’ACTION »

Les cheminots ne désarment pas et entament une semaine revendicative intense.

Au-delà de la consultation qui, à ne pas en douter fera mentir le Président de la SNCF, il faut faire monter la température et donc le rapport de forces.

 

Le 22 mai, les agents de la fonction publique manifesteront en tous points du territoire. Parce que nous sommes attachés aux services publics dans la diversité de leurs missions, la Fédération CGT appelle les cheminots à participer aux manifestations organisées ce 22 mai et à rejoindre celles et ceux qui se battent pour l’amélioration et le développement du service public !

 

Le 23 mai, les organisations syndicales CGT, UNSA, SUD – Rail, CFDT officialiseront les résultats de l’opération «VOT’ACTION » à 10h00. A l’heure où s’écrivent ces lignes, la participation est importante. L’implication des cheminots de tous collèges et l’engagement particulièrement significatif des cadres dans cette consultation sont à mettre au crédit de l’action engagée. Le « Résident » de la place aux Etoiles à St Denis pourra toujours se convaincre de l’illégitimité du résultat, il devra toutefois en accepter la teneur comme nous le ferons.

 

Le même jour, de nombreuses initiatives seront organisées sur le territoire et en Ile de France, devant le siège de la SNCF.

 

Le 24 mai, nous entamerons le 2ème jour de la 11ème séquence de grève.
Celui-ci devra démontrer au gouvernement et à la direction SNCF toute notre détermination à la veille de la seconde rencontre avec le 1er ministre.

 

Le 25 mai, Edouard PHILIPPE recevra à nouveau les organisations syndicales. A cette occasion, la CGT renouvellera l’exigence d’ouverture de négociations tripartites organisations syndicales /gouvernement/patronat afin d’envisager un autre avenir pour le service public ferroviaire.

 

Le 26 mai, la CGT, aux côtés de 42 autres organisations, qu’elles soient syndicales, lycéennes, étudiantes, associatives ou partis politiques, appelle à des manifestations sur l’ensemble du territoire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. A ce titre, les cheminots auront une nouvelle fois toute leur place dans les cortèges ! 

 

La Fédération CGT les appelle à participer massivement à ce initiatives populaires !

 

 

 ILS SOUTIENNENT LES CHEMINOTS !

La lutte menée par les cheminots est populaire. Elle dépasse les frontières de la SNCF. Des intellectuels, artistes, économistes, sociologues, des ONG s’engagent à travers des appels à soutenir les cheminots.

 

Quelques signataires … Christophe Alévêque, acteur; Yvan Le Bolloc’h, comédien, musicien ; Benoît Delepine, comédien ; Bruno Gaccio, scénariste Sanseverino, chanteur ; Soan, chanteur Bruno Solo, acteur ; Corinne Masiero, comédienne ; Gérard Mordillat, romancier, cinéaste ; Armelle Andro, démographe ; Swan Arlaud, acteur ; Patrick Bard, romancier, photographe ; Laurent Binet, romancier ; Geneviève Brisac, écrivaine ; Dominique Cabrera, cinéaste ; Laurent Chalumeau, auteur ; Stéphanie Chevrier, éditrice ; Antoine Comte, avocat ; Odile Conseil, journaliste ; Didier Daeninckx, romancier ; Abdelkader Djemaï, écrivain ; Bruno Doucey, poète, éditeur ; Patrick Fort, romancier ; Dan Franck, écrivain, scénariste ; Dominique Grange, chanteuse ; Robert Guédiguian, réalisateur ; Nedim Gürsel, écrivain ; Christophe Honoré, réalisateur, écrivain ; Gustave KeVern, réalisateur ; Leslie Kaplan, écrivaine ; Razmig Keucheyan, philosophe ; Lola Lafon, auteure ; Luc Lang, écrivain; Catherine Lévy, sociologue ; Robert Linhart, écrivain ; Michael Lowy, sociologue ; Mako, dessinateur ; Thierry Maricourt, écrivain ; Roger Martin, romancier ; Toni Negri, philosophe ; Malik Ouzani, peintre, sculpteur ; Marc Perrone, musicien ; Roland Pfefferkorn, sociologue ; Philippe Pivion, écrivain ; Claude Ponti, auteur ; Jean-Bernard Pouy, romancier ; Pierre Pradinas, metteur en scène ; Patrick Raynal, romancier ; Emmanuel Renault, philosophe ; Christian Salmon, écrivain et chercheur ; Jean-Marc Salmon, chercheur en sciences sociales ; Catherine Samary, économiste ; Bernard Stiegler, philosophe ; Murielle Szac, romancière, éditrice ; Tardi, dessinateur ; Jean-Jacques Vanier, acteur ; François Vantrou, réalisateur ; Panchika Velez, metteur en scène ; Éric Vuillard, écrivain ; Stéphane Woitowicz, acteur ; Jean-Claude Zancarini, professeur émérite, ENS Lyon, Gérard Aschiéri, syndicaliste enseignant, membre du CESE ; Corinne Barre, économiste, professeur de SES, Christophe Baumgarten, avocat ; Amar Bellal, enseignant génie civil à l’université de Rennes, rédacteur en chef de Progressistes ; Michel Bilis, directeur d'hôpital honoraire ; Frédéric Boccara, économiste, université Paris 13, membre du CESE ; Jean-Jacques Bordes, consultant ; Arlette Buvat, réalisatrice ; Léon Caquant, économiste, professeur de SES ; Pierre-Antoine Chedagneau, étudiant, association Contre-courants, HEC ; Ulf Clerwall, économiste ; Viviane Debarges, infirmière, Membre de la direction de la Fédération CGT Santé et action sociale ; Hervé Defalvard, économiste, maître de conférences à l’université Paris-Marne la Vallée ; Bernard Devert, syndicaliste, CGT métallurgie ; Claude Didry, sociologue, directeur de recherches au CNRS ; Yves Dimicoli, économiste, ancien membre du CAE ; Denis Durand, économiste, codirecteur de la revue Economie & Politique ; Jean-Marc Durand, économiste ; Jean Finez, sociologue, université Grenoble-Alpes, membre du réseau de recherche sur les chemins de fer Ferinter ; Alain Grandjean, économiste ; Thierry Kirat, économiste, directeur de recherche au CNRS, économiste atterré ; Claude Laridan, économiste ; Didier Le Reste, syndicaliste etc…..

 

SOURCE:

Commenter cet article