Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Mai 2018 : tous ensemble dans les actions, tous ensemble le 26 pour la marée populaire contre le pouvoir !

1er mai réussi, vote magnifique des salariés d'Air France contre leur direction, les organisations syndicales de capitulation (CFDT en tête) et les médias aux ordres, 5 mai massif et déterminé… Décidément, ce printemps 2018 n'en finit pas de déjouer les pronostics intéressés émis tous les jours sur les ondes pour annoncer que le mouvement social s’essouffle…

 

Bien au contraire, ce à quoi nous assistons dans les luttes multiples au sein desquelles la combat des cheminots contre l'euro-privatisation et l'euro-casse des statuts a une importance stratégique centrale, c'est à la montée en puissance de la volonté d'en découdre contre le pouvoir de l'oligarchie capitaliste, c'est à l'appel massif des bases au « tous ensemble en même temps » nécessaire pour instaurer le rapport des forces à la hauteur de l'attaque générale que mènent Macron, l'UE, le Medef.

 

Comment gagner ?

 

Les mouvements gagnants de l’histoire du pays nous livrent les clés de la construction d'un mouvement social gagnant, de 1936 à 1995 en passant par 1945 ou 1968. Quand l'unité se fait sur la base des revendications, quand le rapport de forces et la lutte des classes sont revendiqués face à l'adversaire qui la mène consciemment, quand le blocage des profits capitalistes est utilisé en même temps que d'autres formes de luttes comme les grandes manifestations nationales, quand les organisations du monde du travail syndicales, politiques et associatives marchent main dans la main, la force du peuple travailleur est irrésistible.

 

Aujourd'hui, Fonction Publique, EHPAD, hôpitaux, retraités, SNCF, universités, justice, air France, énergie, propreté, commerce, action sociale, Ford… Ce sont des dizaines de luttes qui se déroulent au même moment contre le même adversaire (sans oublier la massive grève générale en Guadeloupe).

 

Cheminots, électriciens-gaziers, fonctionnaires, étudiants, salariés du privé délocalisés ou se battant pour la hausse des salaires, petits paysans et artisans étranglés, salariés uberisés, retraités appauvris, chômeurs soumis à l'arbitraire administratif… sont en position de pouvoir rassembler un vaste « tous ensemble » contre les forces du capital, seul moyen de gagner au lieu de perdre les uns après les autres. Pour ce faire, il est indispensable de montrer que les revendications liées à chacune des luttes se rejoignent contre le pouvoir qui dégrade la situation de tous, contre le néolibéralisme agressif de Macron, du MEDEF et de l'Union Européenne.

 

C’est maintenant que nous pouvons faire basculer le rapport de forces en faveur de tous ceux qui n’en peuvent plus de subir les politiques austéritaires qui détruisent les vies, les emplois, les solidarités, les services publics, sacrifient la jeunesse, ruinent le pays…

 

Aux salariés, paysans, chômeurs, retraités, étudiants, fonctionnaires de pousser pour cela ; aux organisations du monde du travail de s'engager dans cette voie sans manœuvres ni arrière-pensées, sans entretenir surtout la division notamment entre syndicalisme et politique. L'heure est à la construction de fronts reliant acteurs associatifs, culturels, syndicaux et politiques pour la conquête de la démocratie populaire, économique et sociale.

 

En ce sens, l'importante manifestation unitaire du 14 avril à Marseille à l'initiative notamment de l'UD CGT 13 a ouvert la voie. Il faut amplifier cette démarche et la généraliser dans tout le pays.

 

7 mai (rassemblement national des cheminots), 15 mai (marée blanche des hospitaliers à Paris), 22 mai (journée nationale de grève de toute les Fonction Publique), 26 mai (manifestation nationale unitaire - « marée populaire » contre Macron)… : participons et faisons grandir toutes les initiatives qui veulent stopper Macron dans sa course en posant la nécessité d’un grand mouvement « tous ensemble en même temps » alliant grèves, blocages de la production et manifestations de masse.

 

Le Front Syndical de Classe

 

Le 6 mai 2018

 

SOURCE:

Commenter cet article