Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Fidel Castro (1926-2016)

Fidel Castro (1926-2016)

Dans le monde, plus de 3 milliards de personnes mourront prématurément de faim et de soif. Loin d’être exagéré, ce chiffre est une estimation prudente. J’y ai beaucoup réfléchi depuis la rencontre, le 26 mars 2007, entre le président Bush et les constructeurs automobiles américains. La sinistre idée de transformer la nourriture en carburant est donc définitivement devenue la grande orientation économique de la politique étrangère de Washington [le président américain a annoncé qu’en 2007 les Etats-Unis devraient utiliser 132 milliards de litres de biocarburant]. On sait aujourd’hui qu’une tonne de maïs ne peut produire en moyenne que 413 litres d’éthanol. Il faut donc 320 millions de tonnes de maïs pour produire 132 milliards de litres d’éthanol. Le prix moyen du maïs dans les ports américains s’établit à 167 dollars la tonne [124 euros]. Et, selon la FAO, la production de maïs en 2005 aux Etats-Unis était de 280,2 millions de tonnes.


On ne manquera pas de nous citer toute une ribambelle de réussites exemplaires enregistrées par les agriculteurs américains, expérimentés et bien organisés, en termes de productivité par homme et par hectare. Bien évidemment, tout cela nécessite de lourds investissements et n’est à la portée que des entreprises les plus puissantes, qui ne fonctionnent pas sans consommation d’électricité et de carburant. Appliquez donc cette recette aux pays du tiers-monde, et vous verrez combien de personnes, parmi les masses affamées de notre planète, cesseront de consommer du maïs. Pis encore, on peut imaginer des prêts aux pays pauvres pour qu’ils produisent de l’éthanol de maïs ou à base de n’importe quel aliment. Je vous garantis qu’il ne restera pas un seul arbre à l’ombre duquel pourra s’abriter l’humanité pour se protéger du réchauffement climatique.


D’autres pays prévoient déjà d’utiliser non seulement le maïs, mais aussi le blé, le tournesol et le colza, voire d’autres plantes, afin de produire du carburant. Pour réduire la consommation de carburant de leurs voitures et nourrir leurs animaux, il faudrait que les Européens importent l’intégralité de la production mondiale de soja. A Cuba, les alcools étaient des sous-produits de la filière sucrière obtenus après trois extractions du sucre contenu dans le jus de canne à sucre. Mais le changement climatique affecte déjà notre production sucrière. L’alternance de grandes sécheresses et de pluies diluviennes permet à peine de maintenir cent jours de production à un rendement correct pendant les quelques mois de nos doux hivers : les quantités de sucre produites par tonne de canne ou de canne récoltée par hectare s’avèrent insuffisantes. Tous les pays du monde sans exception, qu’ils soient riches ou pauvres, pourraient économiser des milliards de dollars d’investissements et de dépenses de carburant par un geste simple que tous les foyers cubains ont déjà accompli : remplacer les ampoules à incandescence par des ampoules fluorescentes à économie d’énergie. Voilà comment donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement de la planète, sans pour autant condamner toutes les masses pauvres du monde à mourir de faim.

 

Fidel Castro

 

SOURCE : GRANMA La Havane

Repris par Courrier International

Commenter cet article