Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La lettre Hebdo de Cuba Coopération [Les nouveautés depuis le 14 juin 2018]

Une bonne nouvelle ! Cette semaine, comme à l’avenir une fois par mois, le billet hebdomadaire changera de clavier ! C’est notre ami Michel Humbert, qui fidèlement à accepter de s’y coller. Ancien Maire de Fleury-Mérogis, fin connaisseur de la réalité cubaine, il est un des acteurs importants de la coopération décentralisée au sein de notre association. Bienvenue.
Roger Grévoul

 

Cuba est un pays étonnant.

Pour ceux qui connaissent un peu cette grande île, ou ceux qui la découvrent, un paradoxe ne manque pas de surprendre.

 

L’état cubain, pour des raisons historiques et de choix de société est très protecteur.

Tous les domaines de la société cubaine, les domaines régaliens et ceux assurant une protection de haut niveau des habitants, comme la santé, l’éducation, la sécurité, l’accès à la culture pour tous, ou encore l’alimentation, la distribution énergétique, les moyens de transport lourds, la téléphonie sont supervisés par l’état, pour en assurer un accès le plus équitable pour tous.

 

Et cependant, avec cette vision de la responsabilité collective, il est rappelé sans cesse la responsabilité individuelle de chacun dans le bon fonctionnement de la société.

 

C’est important car, à Cuba, chacun doit aussi avoir la conduite, le comportement, le respect des autres sans se défausser sur la collectivité ou l’état. C’est une démarche de la société où l’éducation dès le plus jeune âge joue un rôle très important.

 

Ainsi lors d’accident de circulation, par exemple, si l’état de la voirie, ou l’état des véhicules peuvent laisser à désirer, il est sans cesse rappelé que les conducteurs doivent impérativement tenir comptent de ces conditions dégradées pour adapter leur conduite. Si vous abimez votre voiture dans un trou sur la route, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous même de ne pas avoir vu ce trou, même si non signalé.

 

Pour autant, l’état cubain prend toutes ses responsabilités pour la collectivité. Ainsi pour diminuer la consommation énergétique toutes les ampoules incandescentes ont été remplacées gratuitement, une pour une, par des ampoules basse consommation. Et il est rappelé sans cesse qu’il faut économiser, en éteignant et en ne gaspillant pas, alors que le prix à payer pour l’usager est très faible et que lui ne constitue pas un frein. C’est la responsabilité individuelle pour le bon fonctionnement de la société.

 

Avec la période cyclonique qui commence, l’état met tout en œuvre pour assurer la protection des habitants. Et des exercices sont organisés, aussi bien avec les organismes de protection civile qu’avec les habitants ou les diverses structures publiques et privées pour garantir un haut niveau de préparation en cas de catastrophe grave. L’objectif premier étant la protection de la vie humaine.

 

Et chacun participe donc à ce travail collectif, en respectant avec rigueur et discipline les consignes qui sont transmises.

 

C’est pourquoi l’entraide et la solidarité sont des valeurs fortes de la société cubaine, l’état accompagnant toujours sa population pour aider les plus en difficultés.

 

La question de la responsabilité individuelle au service de la responsabilité collective, et l’inverse également, va se poser fortement dans le travail initié à Cuba pour la révision de la constitution qui avait été adoptée en 1976. Car il s’agit d’adapter la constitution cubaine aux évolutions de la société et de son environnement, tout en gardant les valeurs fondamentales de justice, de solidarité et de partage permettant à chacun son épanouissement au sein de la collectivité.

Nous suivrons attentivement les débats et les travaux de cette très importante étape de la société cubaine.

 

Michel Humbert, 
Vice-président de Cuba Coopération France

 

TOUTES LES INFORMATIONS EN LIEN CI-DESSOUS:

Commenter cet article