Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

La RÉFORME de la SNCF serait le DÉBUT de la DÉSAGRÉGATION de L’ÉTAT

Roland Hureaux est un haut-fonctionnaire qui comme gaulliste et souverainiste est classé à « droite », pour autant son analyse sur la réforme de la SNCF nous semble particulièrement pertinente, c’est pourquoi nous avons décidé de la relayer sur notre blog.

 

******

La RÉFORME de la SNCF serait le DÉBUT de la DÉSAGRÉGATION de L’ÉTAT

 

Par Robert HUREAUX

Essayiste

 

Beaucoup, en particulier à droite, n’ont pas saisi le danger que représenterait pour notre pays un éventuel succès de Macron dans la réforme du statut des cheminots.
Si ce statut saute, c’est, dans la brèche ainsi ouverte, le statut de la fonction publique elle-même qui serait remis en cause.

 

Les libéraux s’en réjouiront. Ils n’ont pas saisi que cet effacement des statuts sera la porte ouverte à un recrutement massif de contractuels dont on peut d’ores et déjà prévoir les critères, au vu de l’état d’esprit qui règne dans les hautes sphères de l’État : priorité à la diversité, discrimination positive, haro sur les « mâles blancs » !

 

L’État français, l’État républicain, avec ses forces et ses faiblesses – et les faiblesses tiennent bien plus aux reformes hasardeuses qu’on lui a infligées depuis trente ans qu’à un vice congénital -, représente le dernier bastion d’une certaine France. Recrutés parmi les nationaux, au travers de concours qui n’ont longtemps pas laissé place à la faveur, les fonctionnaires de l’État assurent la pérennité nationale à travers les générations.

 

On dénigre, aujourd’hui, beaucoup le corporatisme mais c’est lui qui a fait la force de la France. Les Ponts et Chaussées ont équipé le territoire, les Mines accompagné le développement industriel, le Génie rural celui de l’agriculture ; instituteurs, postiers, gendarmes avaient d’abord le souci de faire du bon travail jusqu’à ce que des réformes destructrices ne démoralisent ces professions.

 

La doctrine dominante, d’inspiration anglo-saxonne, veut remplacer l’esprit de corps par un système de primes de type « pavlovien » : quelle régression que de passer d’un agent de l’État fier d’appartenir à un corps et d’être reconnu par ses pairs à un employé anonyme courant après les primes, lesquelles sont déjà, là où le système a été mis en œuvre, distribuées dans l’opacité et l’arbitraire !

 

Au Royaume-Uni, une gestion entièrement libéralisée est loin de faire l’unanimité : hausse incontrôlée du prix des billets, trains supprimés et réduction du personnel conduisent près de deux Britanniques sur trois à souhaiter une renationalisation complète, comme le rapportait un article de La Tribune en janvier 2017. Un rapport récent du Parlement met en cause les effets délétères, tant pour le personnel que pour les voyageurs, de la gestion, selon ces nouveaux principes, d’une filiale de la SNCF outre-Manche.

 

La réforme de la SNCF, comme celle qu’on veut appliquer à l’État, est la mise en œuvre des principes dogmatiques de libre concurrence qui inspirent les directives de Bruxelles, lesquelles ne tiennent aucun compte de la spécificité des pays. Peut-être même ont-elles l’ambition sournoise de détruire celle de la France, d’araser la spécificité de notre pays – pour, quelque part, l’affaiblir.

 

Spécificité particulièrement remarquable de notre pays : un monde rural vivant, ordonné et diversifié que des forces obscures s’attachent à normaliser, lui aussi : l’extension de la logique libérale à la SNCF conduira, n’en doutons pas, à un délaissement supplémentaire des territoires.

 

Face à ce libéralisme dogmatique, beaucoup d’économistes pensent que la libre concurrence intégrale n’est pas adaptée et que, dès lors qu’il n’est pas question de dédoubler les réseaux, une gestion intégrée est préférable.

 

Beaucoup, à droite, se targuent aujourd’hui de se dire « conservateurs » : eh bien, qu’ils le soient jusqu’au bout, qu’ils se soucient donc de conserver cette grande réussite qu’ont été nos « chemins de fer français » !

 

SOURCE:

 

Commenter cet article