Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

REMARQUES SUR LES MÉDIAS : en regardant le JT de France 2 du 22 juin 2018...[Par Philippe ARNAUD]

Le 22 juin 2018

 

Chers tous,

 

J'ai écouté, ce jour, le journal télévisé de 13 h sur France 2, présenté par Marie-Sophie Lacarrau. Le premier sujet présenté était l'explosion des CDD (Contrats à Durée Déterminée). Ces contrats, dit la journaliste, sont de plus en plus courts, et 1 sur 3 (un sur trois) dure seulement une journée et 8 sur 10 durent moins d'un mois. Le reportage dit que 87 % des contrats signés l'an passé étaient à durée déterminée. Et la durée des CDD a été divisée par deux en 25 ans. Il y avait 6 % de salariés travaillant en CDD en 1982 et 12 % en 2017. Une situation que déplore la ministre du Travail (Muriel Pénicaud).

 

Et Muriel Pénicaud dit : "Aujourd'hui, on peut être en précarité toute sa vie. On peut être en CDD intérimaire même chez le même employeur toute sa vie. Il y a là quelque chose qui ne tourne pas rond".

 

Remarque 1. Contrairement à ce que dit le reportage, la baisse du nombre de CDI (et l'augmentation corrélative du nombre de CDD) ne date pas d'hier. Il me souvient d'avoir été opéré en 1997 (avec deux jours d'hospitalisation) et d'avoir été soigné par une infirmière. En parlant avec elle, j'appris qu'elle n'était pas salariée de la clinique mais sous contrat. Je lui demandai :

- "Vous avez un contrat au mois ?".

- "Non !".

- "Vous avez donc un contrat à la quinzaine ?".

- "Non plus !"

- "A la semaine, alors ?"

- "Pas davantage !"

- "A la journée ?"

- "Même pas ! J'ai un contrat pour deux heures..."

 

Remarque 2. Marie-Sophie Lacarrau est une jeune femme (42 ans). Elle n'a donc pas eu la possibilité d'entendre son arrière-grand-mère (comme moi ma grand-mère, née en 1902) lui dire que, lorsqu'elle était jeune (dans l'adolescence, ce qui correspondait à la période de la guerre de 14), elle allait se "placer", tous les matins [je souligne], sur la place face à l'église, auprès d'un gros paysan [je souligne l'adjectif] qui assignait à chaque jeune (garçon ou fille) la tâche qu'il (ou elle) avait à exécuter pour la journée. Qu'est-ce que cela signifie ? Qu'en un siècle, après des milliers de luttes, de combats syndicaux, de grèves, de lois sociales, de déclarations de droits, on en est revenu au même point ! Un jeune ou une jeune (ou un jeune couple) qui veut se lancer dans la vie ne le peut pas : parce que pour acheter ou louer un appartement, pour contracter un emprunt (pour achat d'une maison, d'une voiture, de meubles), le bailleur ou le banquier réclament un CDI - et même parfois la caution des parents des deux jeunes. On en est revenu à la précarité du XIXe siècle. Après les lois inspirée par le CNR (Conseil National de la Résistance), les patrons ont réussi, 73 ans après, à tout démolir...

 

Remarque 3. La ministre du travail ne manque pas de souffle de déplorer ("Aujourd'hui, on peut être en précarité toute sa vie", "Il y a là quelque chose qui ne tourne pas rond") une situation qu'elle s'est elle-même employé à aggraver ! En effet, c'est cette même ministre qui a promulgué une loi travail qui, dans la lignée de la loi El Khomri (passé sous le gouvernement "de gauche" [je souligne les guillemets] de François Hollande, démolit encore plus les droits des salariés : inversion de la hiérarchie des normes (l'entreprise avant la branche, elle-même avant la loi), possibilité d'augmenter le temps de travail, facilitation des CDD, possibilité de baisser les salaires, plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif, etc., etc. Pourquoi les patrons se gêneraient-ils, alors que le gouvernement leur déblaie la voie ?

En effet, de deux choses l'une : ou Muriel Pénicaud voit le rapport entre sa loi (et toutes les autres lois du gouvernement Macron) et la précarisation des salariés, et elle est cynique, ou elle ne le voit pas et elle est bête à manger du foin. Et, dans les deux cas, elle prend les Français pour des imbéciles.

 

Remarque 4. Muriel Pénicaud, en outre, ne manque pas d'inconscience en versant des larmes de crocodile sur la précarisation des salariés français alors qu'elle a touché 4,74 millions d'euros en trois ans, lorsqu'elle était DRH chez Danone, en profitant notamment d'une plus-value boursière liée à la suppression de 900 emplois chez Danone.

 

Je vous saurais gré de vos remarques, compléments, rectifications et critiques.

 

Bien à vous

 

Philippe Arnaud,

Amis du Monde Diplomatique (Tours)

 

 

 

Commenter cet article