Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

CGT : l'illusion mortelle d'une issue européenne à la crise actuelle

Le récent communiqué de la direction confédérale de la CGT (lire ci-dessous) à propos des décisions de Trump sur la sortie de l'accord nucléaire iranien et de ses conséquences pose de sérieuses questions.

Les conséquences de cette sortie de l'accord sont évidemment extrêmement néfastes ET sur le plan de la paix et de l'équilibre mondial ET sur le plan économique.

Mais qu'attendre de l'Union européenne ?

Que dans leur réponse ses dirigeants partent "de la satisfaction des besoins des populations et de la prise en compte des défis environnementaux » ?

Qu'ils impulsent " une autre construction européenne, sociale, solidaire et démocratique avec l’intervention des citoyens, des travailleurs, pour peser dans le sens de l’intérêt des peuples" ?

Allons donc !

Laisser croire que cela puisse advenir c'est entretenir des illusions mortelles dans le monde du travail !

C'est oublier qu'à la fois la politique macronienne, celle de l'oligarchie en France et celle de l'Union européenne depuis sa fondation est structurée sur la mise en concurrence des travailleurs et des peuples, sur le dumping social organisé pour peser sur les salaires, les dépenses sociales, les dépenses publiques.

Et sur la guerre économique mondiale qui traverse aussi les puissances occidentales par ailleurs coalisées contre les puissances émergentes qui contestent leurs prétentions unilatérales !

La crise d'hégémonie états-unienne accentuant considérablement la pression US sur ses vassaux et alliés !

Le bradage d'Alstom sous chantage extraterritorial à General Electric avec la bénédiction de Macron alors ministre de l'économie de Hollande, le retrait actuel d'Iran de PSA, de Total, d'Accor ... montrent à l'évidence derrière les protestations sur le comportement erratique et imprévisible de Trump que les classes dirigeantes européennes et françaises se comportent en vassales du grand suzerain atlantique et que pour des raisons de classe elles ne l'affronteront pas !

En tout cas pas sur le terrain de la politique sociale !

Simplement elles utilisent la conjoncture inédite actuelle pour pousser les feux vers une Europe fédérale, une Europe de la défense consacrant d'énormes moyens en dépenses militaires au détriment par conséquent des dépenses utiles aux populations.

La politique réactionnaire macronienne de remise en cause systématique de TOUS les conquis de la Libération est donc totalement intégrée à sa politique européenne !

Et c'est au nom de sa capacité à "réformer" la France qu'il se présente au niveau européen en champion d'une Europe régénérée !

Dans la situation actuelle, partir "de la satisfaction des besoins des populations et de la prise en compte des défis environnementaux" ne peut résulter que des luttes autonomes des travailleurs sur leurs propres objectifs sociaux, en les liant à la bataille pour une alternative politique authentiquement au service des travailleurs et par conséquent en dénonçant et en combattant les choix et les orientations du pouvoir français comme de l'Union européenne au service exclusif de l’oligarchie !

La nécessaire remise en cause des privilèges du dollar, des prétentions extraterritoriales des Etats-Unis, la nécessaire mobilisation monétaire pour l'investissement, une véritable politique industrielle, la prise en compte des intérêts sociaux et environnementaux ...

Ne résulteront pas d'une impossible réorientation européenne que ses institutions et ses traités verrouillés ne permettent pas et que ses classes dirigeantes accrochées à leurs privilèges ne laisseront pas faire, 

L’exemple grec en atteste,

MAIS résulteront donc d'un rassemblement populaire lucide sur les enjeux à la construction duquel le mouvement syndical et la CGT en particulier doivent contribuer !

SOURCE : FSC

GUERRE COMMERCIALE

Indistinctement les salariés en sont les premières victimes

Sortie de l’accord sur le nucléaire iranien, taxes sur l’acier et l’aluminium, la politique de Trump oblige à s’interroger sur les conséquences de ces décisions et sur la capacité de la France et de l’Europe à développer une politique industrielle. Les seuls perdants d’une guerre économique seraient les travailleurs de tous les pays.
Il est nécessaire d’agir pour impulser la construction d’une réponse, en France et en Europe, qui parte de la satisfaction des besoins des populations et de la prise en compte des défis environnementaux. C’est le seul chemin pour bâtir la paix ici et ailleurs.
La mise en compétition des pays, la mise en concurrence des travailleurs font que la politique industrielle européenne est inexistante. C’est encore plus vrai pour la France dont l’obsession à offrir aux actionnaires des dividendes toujours plus élevés a conduit à des sous-investissements massifs dans l’appareil productif, la recherche, la formation, les qualifications, les salaires. Cela rend notre système productif encore plus sensible aux politiques des autres pays en la matière avec des répercussions directes sur l’emploi.
L’arme de justice extraterritoriale américaine a déjà servi à liquider certains de nos fleurons industriels. Le scandale d’Alstom et de la vente de la branche énergie à Général Electric revient sur le devant de l’actualité avec le piétinement par Général Electric de son engagement à créer 1000 emplois en France.
Nous sommes dans un affrontement qui dépasse les enjeux commerciaux à court terme.
Pour résister, il est nécessaire d’avoir une véritable politique industrielle pour notre pays et que la France joue son rôle pour impulser la construction d’une politique industrielle européenne qui fait cruellement défaut.
Pour la CGT, le moment est venu d’une mise à plat des questions fondamentales :

-  clarification de la logique des échanges. Multilatéralisme maîtrisé. Ni libre-échange, ni fermeture des frontières ; 
-  remise en ordre du système monétaire international et fin du privilège du dollar. Mobilisation de la création monétaire en euro au service d’un nouveau développement ; 
-  élaboration d’une politique industrielle européenne et nationale ouverte aux coopérations mutuellement avantageuses ; 
-  prise en compte des intérêts sociaux et climatiques dans les échanges. Mesures en faveur des pays les moins développés ; 
-  fin du privilège juridique d’extraterritorialité de la législation américaine.

Loin d’un repli, la mise en place de mécanismes de coopération ainsi que de filtres aux frontières de l’Europe pour « avantager » les produits correspondants à des normes sociales, environnementales, fiscales dignes de ce siècle et la vérité des prix pour favoriser les produits issus d’une économie réellement circulaire avec des circuits courts constitueraient une ébauche de réponse.
Au final, il s’agit d’impulser une autre construction européenne, sociale, solidaire et démocratique avec l’intervention des citoyens, des travailleurs, pour peser dans le sens de l’intérêt des peuples.

Montreuil, le 28 juin 2018

SOURCE:

Commenter cet article

Méc-créant 11/07/2018 00:05

Décidément, une analyse toujours aussi claire et pointue de la part de la direction de la CGT. D'un côté, l'affirmation d'une "impossible réorientation européenne" --que l'on pourrait considérer comme un renouveau d'une certaine prise de conscience-- et, de l'autre, "AU FINAL, il s'agit d'impulser une autre construction européenne, sociale, solidaire, démocratique..."
Outre qu'il n'est gravé dans aucune bible --sinon celle du capitalisme le plus vil que la Terre ait porté-- qu'il soit absolument nécessaire d'envisager une "construction européenne", si l'on souhaite entrevoir, si peu que ce soit, d'éventuelles futures coopérations entre les pays, il est d'abord fondamentalement nécessaire que leurs populations aient retrouvé souverainetés populaires et nationales. Pour longtemps encore, seules les nations --particulièrement en Europe-- peuvent permettre que s'exerce un semblant de démocratie, laquelle est incompatible avec un territoire ou un nombre d'individus...indéfinis...jusqu'à l'infini.
Quels cons tous ces Résistants ayant donné leur vie pour la souveraineté de leur pays: ils n'avaient rien compris à l'Histoire...nouvelle!...
Méc-créant.