Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

photo d'illustration (source: resumenlatinoamericano.org)

photo d'illustration (source: resumenlatinoamericano.org)

NICARAGUA: Résolution du Forum de Sao Paulo

La XXIV° Rencontre du XXIV qui a eu lieu les 15, 16 et 17 juillet 2018 se prononce sur les événements qui se sont déroulés depuis le mois d'avril dans la République sœur du Nicaragua :

 

Nous condamnons l'ingérence et l'interventionnisme étranger du Gouvernement des Etats-Unis à travers ses agences au Nicaragua qui organisent et dirigent l'extrême-droite locale pour appliquer encore une fois sa formule connue appelée « coup d'Etat doux » pour renverser des Gouvernements qui ne correspondent pas à leurs intérêts, ainsi que l'action partiale des organismes internationaux subordonnés aux desseins de l'impérialisme comme la Commission Inter-américaine des Droits de l'Homme (CIDH).

 

Nous condamnons les actions de déstabilisation violentes et terroristes de la droite putschiste qui, conformément à la stratégie appliquée dans d'autres pays comme le Venezuela, prétend en pas reconnaître l'ordre constitutionnel du Nicaragua après l'échec de son objectif initial de renverser le Gouvernement sandiniste présidé par le Commandant Daniel Ortega Saavedra qui a encouragé le dialogue et le consensus en tant que moyen pour surmonter la crise.

 

Nous dénonçons les graves actes de barbarie et les violations des Droits de l'Homme commises par la la droite nicaraguayenne putschiste et terroriste grâce à la négation du droit à la libre circulation, à la destruction et à l'incendie de logements et d'édifices publics, à des enlèvements, des tortures et des assassinats ainsi que la prise en otage de villes entières par les hordes criminelles des groupes fascistes au service de impérialisme nord-américain qui ont imposé la terreur et la mort parmi leurs habitants, en particulier dans la population sandiniste. 

 

Nous reconnaissons le droit légitime à se défendre exercé par le Gouvernement sandiniste face aux agressions perpétrées contre lui par les laquais de l'Empire, la légitime défense qui a été présentée par les médias de droite comme des massacres du peuple comme ils cherchent à présenter comme des prisonniers politiques les criminels et les tortionnaires capturés par les autorités nicaraguayennes.

 

Nous manifestons notre profond chagrin pour les morts survenues suite à la vague de violence qui a secoué le Nicaragua, instaurée et soutenue par les secteurs réactionnaires proches de l'impérialisme nord-américain. Des morts que les médias de droite ont manipulées en les présentant comme le produit de massacres perpétrés par les autorités alors qu'en réalité, elles ont été la conséquence d'affrontements provoqués par al droite fasciste comme l'a démontré le fait qu'il y a autant de morts dans les rangs de l'opposition que dans les rangs sandinistes, selon les propres experts envoyés par l'OEA. Pendant ce temps, pour sa part, la CIDH, malgré son évidente partialité contre le Gouvernement, s'est vue obligée de reconnaître qu'il n'y a pas eu de torture contre les personnes arrêtées par la Police nationale, ce qui contraste avec les agissements des groupes putschistes envers les personnes qui sont tombées entre leurs mains. 

 

En conséquence, nous soutenons la poursuite des enquêtes et l'éclaircissement de tous les crimes commis ainsi que la sanction envers les responsables. En ce sens, nous soulignons le rôle de la Commission pour la Vérité.

 

Nous soutenons les convocations du Gouvernement du Nicaragua en faveur de la paix et nous affirmons qu'il faut surmonter cette situation grâce au dialogue dans le cadre de la Constitution et de la loi.

 

Nous soutenons le Gouvernement du Nicaragua à cause de ses avancées dans la rétablissement de l'ordre et des droits du peuple nicaraguayen, dont le droit à la libre circulation, violés par les putschistes de droite.

 

Nous appelons toutes les forces progressistes et révolutionnaires du monde à renforcer la solidarité envers la lutte du peuple frère du Nicaragua pour le rétablissement de la paix face aux tentatives criminelles de déstabilisation de l'oligarchie et de la droite pro-impérialiste en se joignant tous au slogan #NicaraguaQuierePaz.

 

Fait à la Havane, Cuba, le 17 juillet 2018.

 

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

SOURCE EN ESPAGNOL:

Commenter cet article