Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

La lettre électronique Hebdo de CUBAcoopération [Les nouveautés depuis le 2 août 2018]

Cette semaine encore, un copié/collé d’un article de José Fort, publié par le quotidien "La Marseillaise" et qui donne à lire un point de vue plus conforme à la réalité, sur l’attentat perpétré contre le Président du Venezuela Nicolas Maduro.

 

Tentative d’assassinat contre Nicolas Maduro

 

Le président vénézuélien Nicolas Maduro sort indemne d’une tentative d’assassinat. Il accuse les forces réactionnaires locales, les Etats-Unis et le président sortant colombien d’être à l’origine de l’entreprise criminelle. En France et en Europe, hormis Moscou qui a condamné l’attentat, on attendait toujours hier soir des réactions.

 

Le discours de Nicolas Maduro venait à peine de commencer samedi à l’occasion du 81e anniversaire de la garde nationale dans la plus grande avenue de Caracas lorsqu’une première déflagration a retenti. Maduro, son épouse et les hauts gradés regardent vers le ciel, incrédules. Quelques instants après, deuxième explosion .


Deux drones viennent de déverser des explosifs sans atteindre la tribune présidentielle. Le président sous la protection de sa garde rapprochée quitte la scène alors que les participants à l’événement se dispersent cherchant à se protéger d’une possible réplique. Bilan : neuf militaires blessés.

 

La première information relatant l’événement, comme par hasard, vient de Miami, la capitale de la Floride, repaire tra- ditionnel pour les retraités dictateurs latino en exil, la pègre vieillissante du continent et l’ « opposition » vénézuélienne notamment d’extrême droite. Peu de temps après, un tweet nébuleux revendique l’attentat. Un nouveau pas vient d’être franchi dans l’agression contre le Venezuela et son choix bolivarien de développement.

 

On peut ne pas partager les choix démocratiques issus des urnes vénézuéliennes. On peut ne pas partager l’orientation socialisante du pouvoir légalement élu. On peut, pourquoi pas, ne pas apprécier la personnalité du chef de l’État. On peut regretter les violences survenues au cours des derniers mois. On peut refuser de constater la réalité du sabotage économique. On peut, naïvement, faire fi des manoeuvres des États-Unis et sa CIA à la longue tradition de coups d’état et d’assassinats. On peut, on peut... On peut aussi essayer de comprendre les raison véritables des tentatives de déstabilisations du pays, de ses institutions allant jusqu’aux pires coups tordus.

 

Il faut se souvenir que le 11 août 2017, interrogé depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, Donald Trump avait lâché qu’il n’écartait pas « une possible option militaire si nécessaire » au Venezuela. L’histoire sud américaine (et pas seulement) est jalonnée d’exemples d’interventions étasuniennes visant à contrarier les choix des peuples. Le souvenir du Chili est toujours présent. Le Vénezuéla a besoin de paix, de stabilité. Pas de violences manipulées depuis ailleurs.

 

Dimanche, les agences de presse reprises par la plupart des médias semblaient mettre en doute la réalité de la tentative d’assassinat tandis que les « autorités » officielles françaises et européennes s’abstenaient de condamner les actes terroristes commis à Caracas.

 

José Fort.

 

TOUTES LES INFORMATIONS EN LIN CI-DESSOUS:

Commenter cet article