Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La POLITIQUE PARLEMENTAIRE et le PARTI COMMUNISTE : l’arène électorale, l’expérience et les leçons de la GRÈCE et du Parti Communiste grec (KKE)

Article de Giorgos Marinos, membre du Bureau Politique du Comité Central du Parti communiste de Grèce (KKE) dans l'édition d'août 2018 d'African Communist - la revue théorique du Parti communiste sud-africain (SACP)

 

Traduction en français NK pour Solidarité Internationale PCF
 

Nous aimerions remercier le Parti communiste sud-africain de nous avoir donné l'occasion de tenter de partager avec nos camarades quelques éléments fondamentaux de l'expérience du Parti communiste de Grèce (KKE). A notre avis, l'échange de vues sur les questions de la lutte de classe et du mouvement communiste renforce nos connaissances et notre expérience.

 

INTRODUCTION

Le KKE a été fondé en tant que parti de la classe ouvrière il y a un siècle, en novembre 1918, à la suite de la fusion du mouvement ouvrier avec le communisme scientifique, sous l'impact décisif de la révolution socialiste d'Octobre.

 

Dans les années 1920 et 1930, le parti faisait ses premiers pas tout en étant à l'avant-garde de la lutte populaire. Il fut confronté à la répression de l’État bourgeois, à la dictature en 1925 et 1936, à de sévères conditions d'illégalité, d'emprisonnement et d'exil.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de la lutte pour la libération, il a joué un rôle de premier plan dans la fondation du Front de libération nationale (FLA) et de l'Armée populaire de libération nationale grecque (ELAS) qui ont libéré une grande partie du pays des forces d'occupation nazies, où des cellules du pouvoir populaire, des milices populaires, des structures de justice populaire, des gouvernements locaux furent formés.

 

Après l'éviction de la machine de guerre allemande et la libération du pays, le parti, en raison de sa stratégie erronée, n'est pas allé de l'avant pour affirmer le pouvoir d’État. Au contraire, il s'est enfermé dans un effort pour assurer un développement démocratique sans heurts ; il a signé des accords inacceptables avec les forces bourgeoises ; il a participé au gouvernement bourgeois en septembre 1944 avec 6 ministres et, en février 1945, il a rendu ses armes.

 

En d'autres termes, notre Parti n'a pas été en mesure d'utiliser la situation révolutionnaire créée fin 1944 et qui a pris fin en 1946 après une période de déclin.

Dans des conditions de dure répression, en 1946, notre parti s'est lancé dans la guérilla, il a fondé l'Armée démocratique de Grèce qui a combattu héroïquement pendant trois ans, une lutte qui constitue le point culminant de la lutte de classe en Grèce. La guerre civile a été gagnée par la classe bourgeoise soutenue par l'impérialisme britannique et américain et en 1949, les militants de l'ADG ont cherché refuge dans les pays socialistes.

 

[…]

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

Commenter cet article