Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

Maurice Audin à Alger par Ernest Pignon Ernest (photo d'illustration)

Maurice Audin à Alger par Ernest Pignon Ernest (photo d'illustration)

Ce coup d’éclat du président français fait croire que l’assassinat en 1957 de Maurice Audin - durant un des moments les plus cruciaux de la guerre nationale de libération de l’Algérie - relève d’un passé désormais révolu car renié et condamné de la façon la plus solennelle au nom de l’Etat français par celui qui incarne la République.

 

Cette reconnaissance est d’abord le fruit de luttes ininterrompues menées par les progressistes, les humanistes et les communistes français depuis plus de 60 ans pour que le crime soit reconnu. Cette lutte avait commencé avant l’enlèvement de Maurice Audin. Elle s’est amplifiée après en faisant du cas du professeur de mathématique enlevé et tué sous la torture un cas emblématique pour tenter d’empêcher les tortionnaires de continuer à supplicier en toute impunité les Algériens dans leur combat pour l’indépendance.

 

Cette reconnaissance va aiguillonner le combat contre les aventures impérialistes sans cesse poursuivies de l’armée française. L’opinion anticolonialiste ne se laissera pas duper par la manœuvre du chef de l’Etat français. Le comportement de l’armée française ne changera pas. Elle est l’instrument militaire de la politique impérialiste de la France. Son objectif est de protéger par tous les moyens ses monopoles dans tous les pays. Elle intervient brutalement quand ses multinationales sont en danger. Il faudrait écrire des pages entières pour relater les multiples interventions de son armée contre les peuples qui se rebiffent. On peut suivre sa trace à travers les massacres abominables des peuples qui lui résistent et les millions de morts laissés sur le terrain.

 

Rappel de quelques faits avérés de massacres sanglants qu’il ne faut pas oublier, Madagascar 100.000 morts, mai 1945 en Algérie 45.000 morts, guerre du Vietnam, des centaines de milliers de morts, guerre d’Algérie, 1 million de morts. Sans parler des nombreuses ingérences militaires brutales qui se poursuivent partout un peu partout en Afrique.

 

Aujourd’hui encore son armée combat au côté de son mentor les USA en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, au Mali, en Centre Afrique. Elle dispose de nombreuses bases militaires en Afrique. Il faut rajouter les nombreux coups d’État sans oublier surtout l’occupation de notre pays pendant 132 ans.

 

C’est le 11 juin 1957 qu’Audin fut arrêté par les parachutistes. Brutalement arraché à sa femme et ses enfants. Pendant cette terrifiante « bataille d’Alger ». Une expression fallacieuse fabriquée par Massu et ses acolytes pour justifier toutes les exactions criminelles. Elle fait croire que l’armée française affrontait militairement un adversaire comparable à elle en armes et en effectifs mais fourbe, dénué de toute morale, irrespectueux des règles de la guerre en tuant à coup de bombes des civils européens désarmés.

 

Non, c’est suite au déclenchement de notre lutte armée que l’armée française va mener dans tout le pays une répression terrible contre notre peuple pour annihiler toute résistance contre l’occupation coloniale française. C’est Alger qui va en être le symbole. Ses parachutistes, massacreurs de peuple, armés jusqu’aux dents vont pénétrer dans Alger pour tuer, assassiner, torturer des milliers d’habitants sans défense. Ils vont arrêter arbitrairement puis soumettre systématiquement des milliers de gens pris au hasard dans la rue à la torture, arme principale de la sanglante répression. Le bilan est très lourd, 3000 disparus en l’espace de quelques mois dans les quartiers algériens d’Alger.


La villa Susini va devenir le symbole de la souffrance et de la mort, on ne sortait pas toujours vivant de ce sinistre lieu. Le camp de Beni-Messous dont personne ne parle servait de base arrière pour cacher les milliers d’Algériens atrocement suppliciés. Les détenus affreusement blessés, certains ayant subi des coups de rabot dans le dos, ou le chalumeau sur les parties génitales, ongles arrachés, brûlures de cigarette, bouteille dans l’anus et d’autres actes sadiques que seuls des esprits assurés de l’impunité pouvaient imaginer. Les conditions de vie n’étaient guère meilleures, les détenus couchaient à même le sol, sans couverture en compagnie des poux et des punaises, conditions sanitaires inexistantes, pas d’eau, impossible de se laver, latrines en plein vent exhalant une insupportable puanteur. Le camp de Beni Messous a vu passer des milliers d’Algériens rescapés de la torture. Certains furent estropiés à vie.

 

Audin a été arrêté dans ce terrible contexte avec ces milliers d’Algériens. Il est mort en martyr pour son pays l’Algérie. Maurice Audin était notre camarade, membre de notre parti, il est mort en communiste algérien.

 

Nous saluons la victoire du combat qui a duré plus de 60 ans de tous ceux qui se sont mobilisés, en particulier, de Josette sa veuve courageuse qui s’est battue toute sa vie, pour obliger l’État français à reconnaître ce crime atroce.

 

Liès Sahoura

 

SOURCE:

 

Commenter cet article