Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

cartes de syndiqués du Mantois

cartes de syndiqués du Mantois

À la Libération, la CGT, auréolée pour son rôle actif dans la Résistance et reconstituée sous l'Occupation en 1943, obtient une puissance encore jamais atteinte dans son histoire. En avril 1945, elle s'est donnée deux secrétaires généraux : Léon Jouhaux pour l'ancienne tendance dite "confédérée" et Benoît Frachon pour celle des ex-« unitaires ». A son congrès d'avril 1946, elle revendique plus de 5 500 000 syndiqués. Toujours au lendemain de la guerre, la CFTC a refusé à plusieurs reprises l'unité organique que la CGT lui a proposée.

 

Dans le Mantois, les archives de l'Union locale dénombrent plus de 5 000 syndiqués en mars 1945. Le taux de syndicalisation dans certaines entreprises est faramineux, comme à la filature Le Blan où la CGT syndique 420 travailleurs sur 450 ; des sections syndicales sont créées dans des professions où les salariés sont éparpillés comme chez les femmes de ménage ou les ouvriers agricoles. A la date du 25 janvier 1946, l'Union locale CGT revendique environ 7 000 syndiqués. D'ailleurs, elle envisage d'avoir un permanent et une ligne téléphonique payés par les cotisations (1F,50 par syndiqué). Elle intercède auprès du ministère de la Production industrielle pour recevoir une machine à écrire afin « d'assurer le  bon fonctionnement de son bureau permanent. » (Voir la page La machine à écrire du ministre). 

 

[...]

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS:

voir lien ci-dessous:

voir lien ci-dessous:

Commenter cet article