Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

Les États-Unis sont-ils impliqués dans la préparation d'un coup d'État au VENEZUELA ?

Le Venezuela redoute une intervention militaire de l'OEA

Caracas a dénoncé de récents propos de l'OEA, organisation basée à Washington, pour son incitation à l'intervention militaire contre Nicolas Maduro. Selon le New York Times, les Etats-Unis seraient impliqué dans la préparation d'un coup d'Etat.

Caracas va-t-elle tomber à cause d'une ingérence militaire extérieure ? C'est ce que craint le gouvernement de Nicolas Maduro. Sur Twitter, la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez a ainsi déclaré le 15 septembre que le Venezuela allait dénoncer, devant l'ONU et d'autres instances internationales, le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, que Caracas accuse de «promouvoir une intervention militaire dans [son] pays et [de] menacer la paix en Amérique latine et aux Caraïbes».  

 

La veille, lors d'un voyage en Colombie, Luis Almagro s'était effectivement montré ouvert à la possibilité de l'option militaire au Venezuela.

 

[…]

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

Luis Almagro, secrétaire général de l'OEA (en bas à droite)

Luis Almagro, secrétaire général de l'OEA (en bas à droite)

Luis Almagro, secrétaire général de l'OEA , condamné pour avoir encouragé l'intervention au Venezuela


La Havane, 15 septembre (PL) - Les dirigeants politiques et les organisations d'Amérique latine ont condamné aujourd'hui le Secrétaire général de l'OEA Luis Almagro pour avoir encouragé l'intervention militaire au Venezuela.

 

Attaquer le Venezuela, c'est attaquer l'Amérique latine ", a averti le président bolivien Evo Morales sur son compte Twitter, où il a rejeté l'appel à l'agression lancé par Almagro contre le pays sud-américain.

 

La veille, lors d'une visite dans la ville colombienne de Cúcuta, le chef de l'OEA avait affirmé qu'en ce qui concerne l'intervention militaire pour renverser le gouvernement de Nicolás Maduro, aucune option ne devait être exclue.

 

Il est inacceptable qu'Almagro lance un tel appel", a déclaré Gabriela Montaño, présidente de la Chambre des députés de Bolivie.

 

Le législateur a rappelé la déclaration en tant que zone de paix signée par les chefs d'État de la région lors du sommet de 2014 de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac) à La Havane.

 

Pour le président de la Conférence permanente des partis politiques d'Amérique latine et des Caraïbes (Copppal), le dominicain Manolo Pichardo, les déclarations d'Almagro réaffirment le rôle de l'OEA comme instrument au service des États-Unis.

M. Pichardo a rappelé le silence complice et l'attitude adoptée par l'Organisation des États américains contre le coup d'État au Honduras et contre le gouvernement légitime de Dilma Rousseff au Brésil.

 

De nombreux exemples montrent que l'OEA, qui a légitimé l'intervention militaire américaine en République dominicaine en avril 1965 pour empêcher le retour du gouvernement démocratique de Juan Bosch, continue d'être un instrument pour justifier les agressions contre l'Amérique latine et les Caraïbes ", a-t-il dit.

 

Lors de sa récente visite à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, le secrétaire général de l'OEA a rencontré des migrants vénézuéliens et a déclaré que ce problème est résolu avec la chute du président Maduro.

 

En réponse à ces déclarations, la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez a annoncé que son pays allait dénoncer Almagro devant l'ONU pour avoir encouragé une intervention militaire et attaqué la paix.

 

Rodriguez a accusé le fonctionnaire d'essayer de faire revivre les pires records d'ingérence armée impérialiste dans la région.

 

Récemment, l'ambassadeur de Caracas auprès de l'OEA, Samuel Moncada, a averti que derrière les tentatives d'installer un canal humanitaire pour aider les migrants vénézuéliens est l'objectif d'une intervention militaire dans son pays.

 

SOURCES EN ESPAGNOL et en FRANÇAIS :

 

 

 

Commenter cet article