Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Les banderoles du PRCF et de la JRCF sur leur stand  à la fête de l'Humanité 2018 (photos : el diablo)

Les banderoles du PRCF et de la JRCF sur leur stand à la fête de l'Humanité 2018 (photos : el diablo)

Communiqué du PRCF et des JRCF 

Le 16 septembre 2018

Pour la seconde fois en deux ans, un commando nocturne a lâchement tenté de vandaliser le stand du PRCF, l’an dernier en y détériorant et en y dérobant du matériel politique, cette année en tentant d’incendier une banderole de devanture. Le PRCF félicite les jeunes camarades présents dans le stand qui ont interrompu les brillantes « activités » des pyromanes-vandales, les ont suivis, ont alerté la Sécurité et ont eu la triste surprise de constater qu’il ne s’agissait pas de fascistes déclarés mais de gens qui se réclament du communisme. Nous avons appris le lendemain que d’autres stands qui arboraient la faucille et le marteau et qui ont le tort de déplaire à certains sectaires partisans de l’euro-mutation social-démocrate avaient également été vandalisés par les mêmes sinistres irresponsables.  

 

Nous sommes prêts à participer à une démarche commune à ce sujet avec tous ceux, quels que soient leurs positionnements sur d’autres questions, qui refusent que le banditisme remplace le débat politique et la confrontation idéologique. D’autant que ces personnages ne portent pas seulement atteinte à ceux qui divergent d’avec eux, ils mettent en cause la fête de l’Huma, ce rassemblement annuel des progressistes auquel sont attachés tous les communistes et tous les démocrates de France.

 

Nous étudions la possibilité d’une action juridique à ce sujet, soit seuls, soit « tous ensemble et en même temps » avec ceux qui ont été également ciblés et nous exigeons que les objets dérobés sur d’autres stands soient restitués ou remboursés aux camarades de ces stands.

 

Ce comportement politiquement minable est d’autant plus absurde, dangereux et délétère que tous les débats qui se sont déroulés au stand du PRCF ont fait salle comble et que de nombreux camarades du PCF ont pu exprimer leur vue, soit en exprimant leur accord avec nos idées de Frexit progressiste, soit en nous portant la contradiction de manière fraternelle et civilisée comme il se doit entre militants du progrès social.

 

Au nom du PRCF,

-Léon Landini, président du PRCF, ancien officier FTP-MOI, grand Mutilé de Guerre, Médaille de la Résistance, Officier de la Légion d’honneur, décoré par l’Union soviétique, adhérent au PCF clandestin en 1942

-Pierre Pranchère, vice-président du PRCF, ancien maquisard FTPF, ancien député du PCF, adhésion aux Jeunesses communistes

-Jean-Pierre Hemmen, vice-président du PRCF, fils de Fusillé communiste de la Résistance

-Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, fils de Résistant, ancien responsable UJCF dans les Alpes-Maritimes, dans le Lot et dans l’Hérault

-Gilliatt De Staërck, animateur national des JRCF

-Annette Mateu-Casado, responsable du stand, fille de communistes espagnols anti-franquistes

 

SOURCE :

Commenter cet article