Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Élections SYNDICALES dans la FONCTION PUBLIQUE : Tourner la page de la Charte d'Amiens ?
Élections SYNDICALES dans la FONCTION PUBLIQUE : Tourner la page de la Charte d'Amiens ?

« Une victoire de la CFDT, le 6 décembre, marquerait la défaite du syndicalisme contestataire tel que le pratique la CGT depuis son origine. Aux rayons des symboles, un tel résultat serait une vraie révolution ... » Le Figaro le 10 septembre 2018

Publié initialement par le Front Syndical de Classe:

D'ici le 6 décembre prochain, 5,2 millions d’agents publics sont appelés à voter pour choisir leurs représentants du personnel dans les 3 fonctions publiques : d'état, des collectivités locales et de la fonction hospitalière.

 

C'est là l'objectif pratique immédiat de ces élections.

 

Il s'agit donc de choisir les représentants syndicaux dans les organismes consultatifs de la fonction publique (CT, CAP, CCP) pour un mandat d’une durée de quatre ans. Dans le cadre du renouvellement général des instances, seront également renouvelés les mandats des représentants des CHSCT ainsi que des conseils supérieurs (CSFPE, CSFPT, CSFPH et CCFP).

 

Mais au-delà de cet enjeu spécifique à la fonction publique un autre enjeu se profile, celui-là concernant tous les travailleurs et le mouvement syndical dans son ensemble.

 

Et c'est "le Figaro" qui révèle l'objectif des classes dirigeantes, du patronat et du macronisme au pouvoir : en finir en France avec la prédominance d'un syndicalisme de lutte au profit d'un syndicalisme de "compromis", autrement dit de compromission, de gentil "dialogue" et de "concertation" approuvant tous les mauvais coups de l'oligarchie contre les conquis sociaux du monde du travail.

 

La CFDT et ses dirigeants constituant un véritable cheval de Troie dans l'organisation de la défense de ces conquis et devant barrer la route à toute contre-offensive de reconquête.

 

Situation qui exige de s'en entretenir avec les travailleurs sans polémique outrancière mais en soulignant la vérité et la réalité des enjeux.

 

 Pour eux il s'agit donc ni plus ni moins de s'en prendre radicalement à plus d'un siècle de combats, de sacrifices immenses jalonné par des défaites certes, mais aussi par de retentissantes victoires sur les classes capitalistes comme en 1936 (congés payés, semaine de 40 heures ...), 1945 (nationalisations des secteurs clés, Sécurité sociale universelle, comités d'entreprise ...) 1968 ...

 

Choses qu'ils n'ont jamais véritablement digérés !

 

Nous avons une approche critique de ce qu'est à l'heure actuelle l'orientation majoritaire de la direction confédérale de la CGT comme on vient encore de le constater avec la détestable lettre commune avec la CFDT au MEDEF affirmant l'attachement au "dialogue social".

 

Mais nous ne perdons pas de vue un seul instant qu'à partir de ses bases militantes, de sa culture historique la CGT demeure et de loin le lieu où précisément se concentre la conscience que ce qui caractérise le rapport du monde du travail au capital c'est l'antagonisme, un antagonisme de classe irréductible qu'aucun dialogue ne viendra combler !

 

Ce qui explique d'ailleurs qu'en dépit des dérives réformistes au sommet de ces 25 dernières années, la CGT fait l'objet d'un acharnement médiatique et politique de tous les tenants de l'exploitation capitaliste qui vise à lui attribuer tous les défauts et à l’affaiblir !

 

C'est pourquoi à l'occasion de ces élections tout doit être mis en œuvre pour que la CGT, réalise le score électoral le plus haut possible !

 

Et il n'y a pas un instant à perdre !

 

Tout en construisant la résistance à Macron comme le 9 octobre peut en être le signal dans la durée !

 

Il en va effectivement de l'avenir du mouvement syndical dans notre pays et donc du sort des travailleurs eux-mêmes !

 

Commenter cet article