Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

L'ÉLOGE des FRONTIÈRES [Par Régis Debray]

Commenter cet article

Méc-créant 17/10/2018 21:46

Sans avoir lu le bouquin de Debray, je constate qu'il touche à une question qui est rarement étudiée avec sérieux de nos jours. Il y a, consciemment ou non, une confusion entre suppression des frontières et secours aux réfugiés, et entre existence des frontières et rejet des réfugiés. Pour ceux qui prônent sans nuance la suppression des frontières, ils semblent avoir totalement évacué de leur pensée qu'il ne peut y avoir aucune démocratie sans frontière, sans référence territoriale (exemples, avec quelque trivialité: on voit mal pourquoi la décision de créer une pissotière à Ventabren, Bouches du Rhône, devrait être approuvée par les habitants d'Arras,"chef-lieu-du-Pas-de-Calais"...alors que décider de la destruction du Pont du Gard aurait bien du mal à ne concerner que les riverains du site...). C'est, au contraire, la destruction des états "qu'on" a fait exploser sous nos bombes, effaçant des frontières jusqu'alors mondialement reconnues, qui génèrent de tels mouvements de populations. C'est d'ailleurs ce que recherchent la plupart des migrants: une frontière sûre où se mettre à l'abri de la guerre et de la misère. La frontière n'interdit en rien le secours aux personnes en détresse, elle peut même, dans bien des cas, le faciliter. Penser que les frontières et les nations seraient causes premières de la violence et des guerres, c'est omettre totalement le rôle des forces qui mènent le monde et utilisent les ressorts nationalistes pour servir leurs buts. C'est ne voir que le marteau en oubliant le bras qui frappe...La frontière est une forme de distinction, distinction qui est généralement nécessaire pour établir l'égalité. On ne peut penser et écrire que A=B QUE parce que A et B sont distincts: deux éléments séparés sont nécessaires pour établir une égalité. Dire A=B c'est dire que A N'EST PAS B, et réciproquement, sans cela il n'y aurait pas d'égalité possible mais peut-être "unicité". Les frontières ont souvent posé problème aux idées parfois très généreuses mais leur disparition totale serait loin de garantir un quelconque progrès ou bien-être humain: tous les conquérants, les nazis il y a peu de temps, en ont supprimées et l'immondialisation capitaliste s'en régale. Certaines seront à éliminer définitivement d'autres sont à sauvegarder méticuleusement. Un exemple? La Terre...
Méc-créant.