Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

GILETS jaunes : quel jeu joue Laurent Berger, le chef de la CFDT ?
la une du quotidien "Le Parisien" du 26 novembre 2018

la une du quotidien "Le Parisien" du 26 novembre 2018

Pas étonnant que la CFDT se soit proposée pour mettre un terme à la lutte des gilets jaunes, tenter de les discréditer et à tendre une perche au pouvoir pour essayer de le tirer du mauvais pas dans lequel il se trouve.

 

Pour la direction confédérale de la CGT en particulier il faut cesser d’emboîter le pas à la CFDT, de prôner le « dialogue social » et de se servir du repoussoir RN, pour refuser de s'engager résolument dans la lutte.

 

En cessant donc de fournir des arguments à tous ceux qui - pouvoir en tête - n'ont de cesse de travailler à la marginalisation des organisations syndicales et de toute structure organisée !

 

Et donc en refusant toute espèce d'institutionnalisation !

 

Le cahier des charges : soutenir résolument le mouvement en cours anti-vie chère, anti-Macron et pro exigence démocratique et de dignité, organiser l’action en grand, faire progresser la convergence des luttes de toutes les victimes du système, contribuer à faire la démonstration de la nocivité fondamentale du capitalisme incapable de se « réformer », faire progresser l'exigence d'une autre société égalitaire, plus juste ... et les luttes pour y parvenir !

 

Le 26 novembre 2018 

Le Front syndical de Classe

GILETS jaunes : quel jeu joue Laurent Berger, le chef de la CFDT ?

Le groupe LREM à l'Assemblée recevait ce mardi soir [29/05/2018] le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Une première qui marque la volonté pour les députés de travailler une ligne politique et « d'améliorer » les textes du gouvernement. Une rencontre qui intervenait peu de temps après un rendez-vous entre Laurent Berger et Emmanuel Macron.

C'est ce qu'ils appellent une « soirée Colbert ". Aucun lien avec le ministre de Louis XIV ou sa politique économique. Non, il s'agit seulement du nom de la salle où le groupe des députés La République En marche (LREM) se réunit à l'Assemblée pour débattre ou travailler certains sujets. Ce mardi soir, il recevait - et c'est une première avec un dirigeant syndical - le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, à l'initiative, entre autres, de Richard Ferrand, le patron du groupe, pour « un temps d'échanges à bâtons rompus, sans filtre ", selon son entourage.

Devaient être abordées « les réformes qui arrivent en discussion, pour mieux comprendre les enjeux ". Ainsi du texte « avenir professionnel » de Muriel Pénicaud ou encore du futur projet de loi Pacte, par lequel le gouvernement espère développer la participation et l'intéressement, dispositifs chers à la CFDT.

L'occasion pour Laurent Berger de faire passer quelques messages. En guise d'introduction, le secrétaire général de la CFDT a déclaré avoir «des attentes vis-à-vis de la majorité", «la première » étant «une modernité entre l'économie et le social notamment dans la loi Pacte (...) sur la participation des salariés aux décisions de l'entreprise, sur la définition de l'entreprise. » Il a également évoqué «la stratégie sur la pauvreté ». Alors que la concertation entre les syndicats de la fonction publique et le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt a commencé, Laurent Berger a aussi souligné le «besoin de transformation publique, laquelle ne peut se faire sans les agents ». «Faire contre, cela ne marche jamais » a-t-il prévenu. Revenant enfin sur la méthode, il a rappelé «l'association nécessaire des corps intermédiaires ". 

Rencontre Macron - Berger

L'entourage de Richard Ferrand glissait d'ailleurs avant la rencontre à l'Assemblée que les députés de la majorité « ont toujours discuté avec les syndicats. Il n'y a jamais eu de rupture de dialogue ». Bref, quand les corps intermédiaires se sentent, depuis le début du quinquennat, bousculés par l'exécutif, il s'agissait aussi d'initier une autre relation. 

L'idée de cette rencontre était d'ailleurs dans l'air de longue date, assure-t-on au sein du groupe. Depuis les discussions sur les ordonnances réformant le Code du travail qui ont, au début du quinquennat, fortement déçu la CFDT. Laurent Berger avait alors parlé d'une « occasion manquée ", d'une « réforme pas à la hauteur ». 

 

Commenter cet article

Paco 29/11/2018 07:22

Berger un cire pompes du pouvoir et du patronat
Nocifs pour les frisions travaillent

Paco 29/11/2018 07:20

Berger c’est le côté obscur du syndicalisme
Il cire les pompes du patronat et de Jupiter
Ces gens ne sont pas utiles !!!