Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Pour en finir avec le DIESEL, rien de plus simple : on ordonne aux constructeurs d’arrêter la production de MOTEURS diesel neufs

Le prétexte invoqué par le gouvernement pour justifier la hausse des taxes sur le diesel, c’est de contraindre les conducteurs à abandonner un carburant “nocif”.

Prétexte évidemment bidon, comme le sont en général toutes les pseudo-incitations fiscales. Les incitations ou les régulations fiscales sont des prétextes faux-cul pour encaisser du pognon et rien d’autres.

La fiscalité n’a jamais incité une merde à devenir propre, ni corriger les inégalités de revenus en les redistribuant post-impôts. C’est du pipeau attrape-couillons. (Vous remarquerez d’ailleurs que ça ne les empêche pas de relever AUSSI les taxes sur les autres carburants.)

Corriger les hérésies avant qu’elles ne se produisent, pas après

Pour corriger une anomalie ou une hérésie, on agit AVANT qu’elle ne se produise, pas après. La seule façon d’enrayer la consommation de ce produit polluant qu’est le diesel, c’est d’interdire la fabrication de moteurs neufs fonctionnant avec ce carburant. Point. En moins de cinq années, le parc automobile fonctionnant au diesel serait réduit à peau de chagrin.

Outre les militants immatures qui ne veulent pas participer aux manifestations du 17 novembre « pour ne pas faire le jeu des fachos » qui en seront eux aussi (cette histoire de « faire le jeu », c’est la branlette des militants), beaucoup hésitent pour des raisons purement écologiques : oui, le diesel est un produit hautement polluant.

Mais il y a d’autre manières de manifester son hostilité au diesel : en manifestant le 17 novembre et en réclamant des mesures plus adéquates pour lutter contre le diesel que des taxes faux-cul qui ne sont que des rentes prélevées sur le plus modestes (vous remarquerez qu’ils évitent soigneusement de taxer ce carburant dégueulasse pour voyageurs riches qu’est le kérosène des avions).

En refusant de participer au blocage des routes le 17 novembre, les militants immatures auront juste, eux, “fait le jeu” du gouvernement.

SOURCE:

Commenter cet article

Méc-créant 11/11/2018 20:42

Pas de fausse polémique mais la remarque n'est pas stupide. On peut toutefois faire quelques rappels. Par exemple, les premiers "vrais" écologistes étaient de fervents défenseurs du diésel, considérant que l'utilisation du produit moins raffiné était une façon plus économe et responsable d'exploiter les ressources pétrolières. Ce qui pouvait être défendable...alors qu'à cette époque le diésel fumait plein pot. De même, brandir l'alibi de l'écologie pour s'en prendre aux diésels des particuliers, c'est aller bien au-delà de la propagande ou de l'intox: c'est les prendre carrément pour des cons. La pollution des voitures au diésel --et on ne devrait que le regretter-- est ridicule par rapport à celle due aux paquebots, aux porte-conteneurs, aux avions, aux poids lourds. Poids lourds qui sillonnent l'Europe en tous sens et que notre micron de service a décidé de multiplier pour...remplacer les trains! On sent bien le mec combattant férocement la pollution! (Ne parlons pas du matériel militaire de terre, mer ou air, c'est hors concours...). On voit donc que si écologiste varie, souvent au gré des vents politiciens, la question de la pollution due au diésel ne trouvera aucun début de réponse en la faisant peser seulement sur les citoyens et les usagers. Car restera toujours la question incontournable: peut-on être réellement un peu écolo sans être fondamentalement anti-capitaliste? Les partis dits verts, même divers, et Monsieur Hulot, n'ont pas perdu du temps à y penser.
Méc-créant.