Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

CHIFFRES DU CHÔMAGE La baisse n’est toujours pas là !

Les derniers chiffres du chômage diffusés par Pôle Emploi en décembre 2018 ne sont toujours pas à la baisse. Ce sont, aujourd’hui, 6 327 800 personnes inscrites au chômage toutes catégories confondues alors qu’elles étaient 6 337 400 il y a un mois ; une variation qui laisse voir une augmentation inexorable depuis le mois de juin qui enregistrait 6 062 000 chômeurs inscrits à Pôle emploi...

Les derniers chiffres du chômage diffusés par Pôle Emploi en décembre 2018 ne sont toujours pas à la baisse.


Ce sont, aujourd’hui, 6 327 800 personnes inscrites au chômage toutes catégories confondues alors qu’elles étaient 6 337 400 il y a un mois ; une variation qui laisse voir une augmentation inexorable depuis le mois de juin qui enregistrait 6 062 000 chômeurs inscrits à Pôle emploi. Il faut rappeler qu’en mai 2017 on comptabilisait 6 214 300 personnes inscrites au chômage. La politique de stigmatisation des chômeurs ne fait pas baisser le chômage.


Les chômeurs en catégorie A (chômeurs n’ayant pas travaillé du tout) sont aujourd’hui 3 481 100 contre 3 466 400 en novembre.


La catégorie B (chômeurs ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois) passe de 767 600 personnes en novembre à 757 000 en décembre.


Quant à la catégorie C (chômeurs ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois), elle passe de 1 480 200 en novembre à 1 430 000 aujourd’hui. Nous ne voyons donc pas encore l’embellie annoncée par le gouvernement.


Nous pouvons aussi ajouter les 43 000 personnes placées en chômage partiel pour soi-disant « crise des gilets jaunes ». La crise des gilets jaunes a bon dos car la cause de cette crise économique est bel et bien le refus d’augmenter les salaires et le pouvoir d’achat par le patronat, soutenu par un gouvernement à son service.


Alors que se poursuivent les négociations assurance chômage, ces chiffres montrent qu’il serait encore plus inacceptable de baisser les droits des privés d’emploi comme le souhaitent certaines organisations, sur injonction du gouvernement. Les droits des privés d’emploi doivent, au contraire, êtres revalorisés en donnant les moyens de se former et de chercher un emploi sans avoir à se soucier en permanence de comment remplir le réfrigérateur. La nécessité d’accéder à un emploi stable en CDI et correctement rémunéré est une priorité pour chaque personne en recherche d’emploi.


Dans les négociations passées et comme dans les négociations actuelles, la CGT continuera à se montrer combative et cherchera systématiquement à ce que chaque salarié, privé d’emploi ou pas, se voit attribuer un revenu à hauteur de ses besoins.

Montreuil, le 27 décembre 2018

SOURCE:

 

Commenter cet article