Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo-montage d'illustration

photo-montage d'illustration

Après des semaines d'activité sur le terrain, les gilets jaunes, ou du moins certains d'entre eux, envisagent d'emprunter la voie du suffrage. Une occasion leur semble offerte avec les élections européennes. Ainsi, pensent-ils, ils seront à même de traduire leur popularité, acquise en tant que mouvement contestataire, en représentation parlementaire.

 

Cette perspective semble aller de soi...

 

Et pourtant, cette voie serait sans issue démocratique.


Elle serait contraire au but recherché.

 

Pourquoi ?

 

D'abord, le Parlement européen, par sa fonction et ses objectifs, vise à l'ancrage de la France dans un espace où est exclu l'idée même de souveraineté nationale, l'Union européenne.  Celle-ci revendique pour elle-même cette souveraineté. Le président de la République ne cache pas son adhésion à ce projet funeste qui priverait les citoyens français du droit de décider de ce qui est bon ou mauvais pour leur pays. Or, ce droit constitue la cheville ouvrière du mouvement des gilets jaunes...

« Dire que tout va changer parce qu'il y a un nouveau gouvernement, c'est prendre ses désirs pour des réalités (…) Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens » Jean-Claude Juncker

Ensuite, la participation au scrutin à l'Assemblée européenne suppose un choix de candidats parmi ceux-ci, pouvant entraîner des divisions fatales au mouvement, et le dépérissement de celui-ci. Cela serait faire un cadeau au pouvoir macronien qui, d'avance, s'en lèche les babines. Celui-ci n'attend que le dépérissement de cette force populaire de contestation, issue des profondeurs de notre pays.

 

D'autre part, et cette consultation électorale réjouit par avance toute la Macronie ; une liste « Gilets jaunes » ne ferait que diviser les forces qui se présentent comme hostiles au Président de la République, sans mordre sur l'électorat qui lui est favorable. Autrement dit, présenter une telle liste serait faire un cadeau à Emmanuel Macron, qui ne manquerait pas de s'en prévaloir comme d'un nouveau plébiscite...

 

Les gilets jaunes doivent concevoir d'autres angles d'attaque contre le pouvoir élyséen. Une de leur force, c'est d'incarner l'idée d'une rupture avec le régime de pouvoir personnel au service des grands intérêts financiers. Bâtir une France démocratique où les citoyens seraient les seuls juges des intérêts de leur nation, demeure avec le Referendum d'Initiative Citoyenne, la clef de voûte de leur action.

 

Il faut concrétiser cette volonté !

En préparant un acte fondateur qui fasse date dans notre histoire.

 

Dans cette perspective, tout en restant vigilant au quotidien face aux manœuvres du pouvoir et à ses velléités de reprendre le terrain perdu, ne serait-il pas temps d'organiser concrètement la consultation de masse de nos concitoyens par le biais d'États Généraux où seraient rassemblés et publiés leurs cahiers de doléances ?

 

Tenues à Paris dans une vaste enceinte prestigieuse - le Stade de France ? -  prête à recevoir des dizaines de milliers de gilets jaunes, porteurs de ces doléances, ces Assises nationales seraient préparées au niveau local, le plus près du peuple et sous son contrôle. Pourquoi ces Assemblées de base ne se tiendraient-elles pas le même jour au chef-lieu de canton, dans une mairie accueillante - dans le cadre de fêtes populaires de la liberté. 

 

Ces perspectives d'action, leur annonce solennelle constitueraient un événement politique central qui bousculeraient tous les calculs du pouvoir, sa volonté de reconquérir le terrain perdu, y compris par la répression.

L'initiative resterait au peuple et à ses gilets jaunes

 

Jean Lévy

sur son blog:

 

Commenter cet article