Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Construire la CONVERGENCES des LUTTES : la FSU du Tarn s’adresse, notamment, aux GILETS JAUNES

Fédération Syndicale Unitaire 81

201 rue de Jarlard 

81000 ALBI

 

Tél / Fax : 05 63 38 34 25

fsu81@fsu.fr

 

D’un côté, le mouvement des GJ, mouvement populaire de grande ampleur soutenu par une grande partie des Français, a franchi le cap des fêtes de fin d’année et repart de plus belle, mettant en avant beaucoup de revendications dont les organisations syndicales n’auraient pas à rougir : hausse importante immédiate du SMIC, des salaires, des pensions et des minimas sociaux, fiscalité plus juste : rétablissement de l’ISF, suppression de  la TVA sur les produits de 1ère nécessité et réduction pour les autres produits, renforcer la place de l’impôt sur les revenus (plus de tranches, plus progressif), accès à la santé et aux soins pour tous, développement des services publics (hôpitaux, crèches, écoles, transport, emploi…)…

 

Dans le même temps, alors que le mouvement des GJ fait aussi entendre l’idée de citoyenneté active fondée sur la compétence du peuple, nous assistons à une convergence de fait dans certains départements avec les organisations syndicales, CGT et FSU en tête, et l’idée monte progressivement de la nécessité de prolonger le blocage initial des ronds-points par le blocage de l’économie.

 

De l’autre côté, Macron et son gouvernement, représentants de l’oligarchie financière et soutenus par les instances internationales du capitalisme, UE en tête, utilisent à la fois répression de grande intensité et désinformation de masse avec la complicité de nombreux médias. Ils utilisent aussi la diversion autour d’un « grand débat » tout en annonçant que celui-ci ne changera rien aux mesures d’ores et déjà mises en place ou annoncées et en particulier la réforme des retraites,  la poursuite de la casse du lycée et du Bac ou la remise en cause des statuts de la FP. Dans la foulée, le « questionnaire » joint à la lettre pour orienter le « débat » vise clairement à mettre en accusation les services publics et à promouvoir un « pacte girondin » accroissant les disparités sociales et territoriales.

 

De la crise historique qui se déroule sous nos yeux ne sortiront pas deux vainqueurs : soit Macron parviendra à la franchir pour mieux appliquer son programme de casse sociale, ouvrant la porte à l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir, soit le mouvement populaire le contraindra à se soumettre ou se démettre, ouvrant alors des perspectives de progrès social, de justice et de fraternité.

 

Dans ce contexte, la FSU 81 prend l’initiative avec la CGT du département de s’adresser aux gilets jaunes pour construire des convergences et, pourquoi pas, des manifestations en commun comme cela se fait déjà dans le Cher, en Haute-Garonne ou dans les Bouches-du-Rhône.

 

Mais la responsabilité des organisations syndicales est engagée spécifiquement dans leur champ d’intervention propre : les entreprises privées et les services publics.

 

Dans ce cadre l’heure est maintenant venue de mettre en débat la construction d‘une grève générale faisant le lien entre toutes les revendications (corporatistes type « stylos rouges » et générales de justice sociale et fiscale) et permettant de franchir un cap dans le rapport des forces par la convergence des luttes.

 

Aussi la FSU 81 s’adresse-t-elle à la FSU nationale afin qu’elle prenne toute sa place d’organisation syndicale de lutte et de transformation sociale en portant à l’interprofessionel la nécessité d’une grève générale à la fin du mois de janvier.


Albi, le 15 janvier 2019
 

 

Commenter cet article