Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Des documents internes du gouvernement des ÉTATS-UNIS présentent les grandes lignes d’un programme de « GUERRE ÉCONOMIQUE » contre le VENEZUELA

Des documents internes du gouvernement des États-Unis présentent les grandes lignes d’un programme de "guerre économique" contre le Venezuela (The Grayzone)

 

Par Ben NORTON

 

Un document interne du gouvernement révèle des tactiques de "guerre économique" et d’"armes financières" que les Etats-Unis utilisent contre le Venezuela au nom de la "promotion du capitalisme".

 

Le Venezuela a souffert d’une crise économique ces dernières années, et alors que le gouvernement américain et les médias commerciaux ont blâmé cette situation difficile uniquement sur le parti socialiste au pouvoir, des documents internes du gouvernement américain reconnaissent que Washington a utilisé ce qu’il décrit clairement comme des "armes financières" pour mener une "guerre économique" contre cette nation sud-américaine riche en pétrole.

 

L’aveu discret confirme ce que le gouvernement de Caracas répète depuis des années : Les États-Unis mènent une guerre économique contre le Venezuela, le pays qui possède les plus grandes réserves de pétrole du monde.

 

Les sanctions paralysantes imposées par l’administration Donald Trump ont privé le Venezuela de milliards de dollars.

 

Le premier rapporteur des Nations Unies à se rendre dans le pays depuis deux décennies, le juriste Alfred de Zayas, a déclaré à The Independent que les sanctions internationales dévastatrices imposées au Venezuela sont illégales et pourraient constituer un crime contre l’humanité.

 

Le professeur Steve Ellner, un éminent spécialiste de la politique vénézuélienne qui vit et enseigne dans le pays depuis des décennies, a expliqué dans une interview accordée à Moderate Rebels que les sanctions ont isolé économiquement Caracas : "La crainte de représailles de la part de l’administration Trump a poussé la communauté économique mondiale abandonner l’économie vénézuélienne. Cela équivaut pratiquement à un blocus du Venezuela."

 

Début 2019, l’administration de Trump renforça les mesures. Le 23 janvier, le gouvernement américain a initié un coup d’Etat politique au Venezuela en reconnaissant le leader de l’opposition de droite non élu Juan Guaidó comme soi-disant "président intérimaire".

 

M. Guaidó, qui était un inconnu pour 81 % des Vénézuéliens, selon un sondage effectué en janvier, a tenté d’usurper le gouvernement légitime du président Nicolás Maduro, réélu lors des élections présidentielles de 2018 qui ont été volontairement boycottées par l’opposition soutenue par les États-Unis.

 

Cette tentative de coup d’État en cours est le point culminant d’une campagne de déstabilisation menée depuis deux décennies par les États-Unis pour briser la révolution bolivarienne au Venezuela. Caracas a longtemps décrit cette campagne comme une campagne de guerre économique. Et des documents internes du gouvernement américain montrent que c’est exactement ça.

 

Les "armes financières" et la "guerre économique" des Etats-Unis

 

Alors que le coup d’état fait rage au Venezuela, WikiLeaks a publié un extrait de ce qu’il a décrit comme le "manuel du coup d’Etat américain", le livret des Forces d’opérations spéciales de l’Armée de terre sur la guerre non conventionnelle (PDF).

 

[…]

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

Macron choisit qui doit être Président du Venezuela au nom de la démocratie, alors qu'il entretient des rapports d'amitié et de coopération militaire avec des États qui violent l'ensemble des droits démocratiques de leurs peuples, tels l'Arabie saoudite, l'Egypte ...

 

Il s'agit-là d'une ingérence au plus haut niveau de l'État, faite par celui qui dit représenter la France, Emmanuel Macron, alors que celui-ci dénonce en permanence "l'ingérence russe" dans les affaires françaises à travers les médias...

 

Et si Nicolas Maduro reconnaissait Eric Drouet, responsable des Gilets jaunes, comme Président intérimaire de la République française, en attendant un Referendum d'Initiative Citoyenne ? 

 

Jean LÉVY

sur son blog

Commenter cet article