Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

FRONT SYNDICAL DE CLASSE : Urgence sociale et mobilisation générale

Depuis plus de deux mois, les Gilets Jaunes animent un vaste mouvement social, d'ampleur historique et massivement soutenu dans leur diversité par les classes populaires qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts.

 

Pouvoir d’achat, justice fiscale, lutte contre les privilèges, défense des services publics, affirmation d’une conscience populaire démocratique contre le mépris professé par l’oligarchie… ce sont bien des revendications progressistes qui se sont imposées par-delà le message initial du ras le bol des taxes, sur lequel la macronie a espéré au début pouvoir surfer pour accélérer son programme de destruction des conquis du programme du Conseil National de la Résistance autour du thème cher aux libéraux : moins d'impôts pour moins de services publics. Ce mouvement social a mis le pouvoir en difficulté au point de lui faire craindre une insurrection populaire généralisée et de le contraindre à des reculs, certes insuffisants mais bien plus importants que ceux que les organisations syndicales ont pu obtenir depuis des années.

 

Face à cette situation, le gouvernement, soutenu par une poignée de « foulards rouges » sortant leurs carrés Hermès, s'appuie sur la propagande de masse et sur une répression de grande ampleur qui occasionne blessures, mutilations, arrestations arbitraires, signes chaque jour plus évidents de l'avancée du processus accéléré de fascisation de nos institutions que la très liberticide loi anti-manifestation approfondira encore.

 

Régression sociale et régression démocratique vont de pair.

 

En réalité, le pouvoir du CAC 40 et de la troïka (UE, BCE, FMI), incarné par le banquier Macron, a besoin de la dérive totalitaire pour imposer sa politique de classe, qui d'un côté enrichit toujours plus les grands empires financiers, et qui de l'autre détruit les vies du plus grand nombre et les structures qui organisent le lien social.

 

Et si Macron l’emporte, il aura le champ libre pour finir de détruire ce qui reste du système social français imposé par les luttes sociales : les dossiers Fonction Publique, allocations chômage ou retraites sont déjà ficelés. De même que l'installation d'une démocratie de basse intensité marquée par l’affaiblissement programmé des institutions législatives et judiciaires, garantissant pourtant dans la constitution l'organisation des contre pouvoirs au pouvoir exécutif... Ces contre-réformes ont un objectif très clair, celui de l'affaiblissement de la souveraineté populaire, prise en étau entre contre-réformes des institutions et marche forcée vers une Union Européenne fédérale qui n'a plus besoin que d'un Vice-Consul dans chaque pays membre pour avancer le projet impérialiste d' "intégration européenne".

 

Dans cet affrontement, malheur au vaincu !

Malheur en particulier aux citoyens et travailleurs qui pourraient voir s'évanouir entièrement les dispositifs de solidarités adossés aux institutions du périmètre national républicain. 
 

C’est dire la responsabilité du mouvement syndical dans le moment actuel alors que les directions nationales ont fait jusqu’à présent preuve soit d’un soutien sans faille au gouvernement soit d’une prudence confinant à l’attentisme, voire même appuient le projet d'intégration de la France dans l'ordre juridique et monétaire de l'Union Européenne.

A la base (syndicats, UL,UD), la situation est tout autre, et dans de nombreux départements, des convergences entre Gilets Jaunes et organisation syndicales se développent au point de déboucher sur des initiatives communes : réunions, manifestations le samedi, blocages, soutien à des grèves locales…

 

Le 5 février, dans le cadre de l’appel de la CGT à une journée de grève interpro, les convergences se font encore plus explicites et de nombreux appels de gilets jaunes en appellent à la participation au 5 février et à la construction d’une grève générale.

 

Face à un pouvoir qui met en danger les conditions de vie de peuple, fait tirer sur les manifestants, ne cesse de transgresser des dispositions essentielles de la constitution, il n'est plus possible de tergiverser. Il est indispensable de lancer toutes nos forces dans cette bataille de construction d’un grand mouvement populaire mariant manifestation de masse, grèves, blocage de l’économie afin de mettre ce pouvoir déjà si fragilisé face à sa réalité : celle d’un pouvoir ultra-minoritaire et rejeté qui n’a aucune légitimité pour poursuivre sa casse sociale et démocratique et qui doit laisser la place pour une toute autre politique au service du peuple travailleur et des retraités qui eux aussi ont participé à créer les richesses.

 

Le Front Syndical de Classe

Le 2 février 2019

 

Commenter cet article