Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La lettre électronique de CUBA Coopération -Les nouveautés depuis le 21 février 2019 -

Chères Amies, Cher Amis,

 

Pour commencer cet édito, j’emprunte sans fausse pudeur, une des brèves que notre ami Philippe Mano a rédigées pour sa chronique habituelle du jeudi. En quelques phrases il résume fort justement la réalité et la portée de l’événement.

 

Cuba approuve massivement sa nouvelle Constitution
Sous ce titre le journal Le Monde rend compte du résultat du référendum de dimanche dernier. 


Le projet de nouvelle constitution de Cuba, qui remplace celle en vigueur depuis 1976, a été soutenu par 86,8% des électeurs lors du référendum, dont la participation représentait 84,4% du registre électoral, selon des données préliminaires, annoncées lundi par la Commission électorale nationale (CEN).Sur un total de 7.848 milliards de votes, 86,8% ont accepté le nouveau texte, 9% l’ont rejeté et les 4,1% restants correspondaient à des votes blancs ou nuls, a déclaré la présidente du CEN, Alina Balseiro. Ces chiffres incluent les votes de l’exercice électoral de ce dimanche à Cuba ainsi que ceux du week-end dernier en dehors de l’île, auxquels n’ont participé que des diplomates et des membres d’autres missions officielles à l’étranger.


Selon les informations fournies par le CEN, un total de 6 816 169 Cubains ont voté "oui", alors que 706 400 ont voté « non ». Les votes blancs étaient de 198 674, pour un pourcentage de 2,53%, et les nuls totaux, 127 100, représentant 1,62% du total.


À Cuba, aucun processus de ce type n’a eu lieu depuis 1976, année du vote de la Magna Carta actuelle, qui a ensuite été approuvée par plus de 97% des votants, avec un taux d’abstention de 2%.

 

Et je me permets d’ajouter quelques commentaires.

 

Ce vote massif, libre, direct et secret, fait suite aux mois de consultation de la population rassemblant plusieurs millions de participants qui ont transformé le texte initial à plus de 60 % ! Le quotidien « Le Figaro » remarque que : « l’opposition qui appelle habituellement à s’abstenir ou à voter blanc a mené cette fois-ci une campagne énergique en faveur du non, largement relayée par la diaspora émigrée aux USA … « Les églises catholiques et évangélistes ont joué un rôle important dans cette construction de l’opposition ». Pour sa part le quotidien « La Croix » qui soulignait que le scrutin avait valeur de test, signalait : « désormais les Cubains ont accès à internet surtout depuis le déploiement en décembre de la 3G sur l’Île, TWITTER est devenu la caisse de résonnance des voix critiques… »

 

Rappelons que le texte prévoit l’irréversibilité du socialisme dans l’Île, le rôle dirigeant du Parti Communiste Cubain, il élargit les droits et les garantis individuelles, renforce le pouvoir populaire, celui des municipalités, promeut l’investissement étranger, apporte d’importants changements dans les structures de l’État et reconnaît différentes formes de propriété et parmi elles la propriété socialiste de tout le peuple et la propriété privée.

 

Le résultat de ce référendum sur la nouvelle constitution, plurielle qui respecte la diversité, a été acquis dans des circonstances particulières alors que les menaces des États-Unis sont devenues alarmantes. Le Président Trump qui multiplie les attaques contre le Venezuela a déclaré que les jours du communisme sont comptés dans ce pays souverain, mais aussi au Nicaragua et à Cuba ! Il n’exclut aucun moyen pour y mettre fin ! Discours dangereux, à prendre au sérieux et à dénoncer avec force. Il faut que ce Président « va-t’en guerre » se rende » compte que l’Amérique Latine, malgré les menaces, les intrigues, les manœuvres les plus diverses, défend avec raison et passionnément son droit bien mérité de rester une zone de Paix.

 

Et le peuple cubain, héroïque, vaillant et ferme, la direction politique du pays sortent renforcés de ce formidable exercice de pratique démocratique, avec une nouvelle constitution dont ils veulent faire la meilleure arme pour construire le futur de l’Île.

 

Bonne lecture !

 

Roger Grévoul

Président Fondateur de Cuba Coopération France
Codirecteur de la lettre hebdomadaire et du site de CCF

 

PLUS D'INFORMATIONS EN LIEN CI-DESSOUS :

Commenter cet article