Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Monument de la République des Conseils au parc des statues du communisme à Budapest (source: Flickr)

Monument de la République des Conseils au parc des statues du communisme à Budapest (source: Flickr)

SOURCE : Le blog « HISTOIRE ET SOCIÉTÉ »

 

Note de Danielle Bleitrach :

 

Je déserte momentanément ce blog parce que j’ai entamé mes mémoires. J’y prends un plaisir extrême. Périodiquement j’ai ressenti le besoin d’écrire, de me retirer de la vie quotidienne pour ce passage à l’écriture. Ces périodes me sont sinon un bonheur, comme celui éprouvé aujourd’hui, en tous les cas un soulagement… Peut-être tout a-t-il été déclenché par ce texte qui doit être publié, traduit en Hongrois, dans un ouvrage collectif sur la république des Conseils de Budapest. Le 22 mars 2019, nous irons avec Monika, qui a aussi écrit un texte que j’ai publié. Nous irons donc elle et moi retrouver Judith, notre amie hongroise et les camarades hongrois qui éditent ce livre pour en faire la présentation. Il y est question de mon adhésion au PCF en 1956, mais de bien autre chose. Quand je suis revenue de mon séjour en Hongrie au début de cette année, j’ai tenté de faire publier ce texte et je me suis adressée à la revue Cause commune. On m’a expliqué qu’avec ses 30.000 signes comprenant les intervalles, il était trop long et « on » m’a proposé de le faire passer sur le « lit de Procuste », mais j’ai préféré le réduire moi-même à 14.000 signes parce que je n’imaginais que trop ce qu’il conviendrait selon eux d’éliminer. Je tenais absolument à ce que la « chute », une remarque de Lukacs sur la manière de ne pas jeter le bébé avec l’eau sale reste. Une mauvaise querelle m’a été cherchée. Je me suis mise en colère, trop c’était trop, depuis 2003, quinze ans de censure et de diffamation, les tricheries du dernier congrès, trop c’était trop. Rien ne changeait et il me serait jusqu’à la fin refusé le respect, le tout de la part des gens qui se gargarisaient avec la démocratie. C’est là que j’ai choisi une manière de grève militante, je continuerai à payer mes cotisations, conserver le droit de vote qui m’a permis d’approuver la liste de Ian Brossat. Mais je n’assume plus ni réunions, ni distribution de tract. Il est temps pour moi d’arrêter de guerroyer, rien ne dépend de moi, et j’ai le droit de choisir les activités dans lesquelles je trouve un ultime épanouissement : l’écriture en fait partie et effectivement je retrouve ce bonheur dans la solitude peuple de dialogues vrais et imaginaires. Voilà celui que je voulais entamer une fois de plus avec vous. D.B.

[…]

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

Commenter cet article