Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Chères Amies, Cher Amis,
Nous revenons souvent sur notre site sur les conséquences du blocus qui frappe Cuba depuis de trop nombreuses années.

Ces conséquences sont lourdes, et affectent le développement de l’île dans de multiples domaines.

Ce blocus qu’imposent les Etats-Unis envers Cuba, contrairement à ce que peuvent croire certains, n’est pas levé, et n’a pas disparu, mais, au contraire se renforce ces derniers temps.

Après une certaine embellie, avec le Président Barack Obama, qui sans y mettre un terme, avait quelque peu atténué les effets du blocus, les décisions récentes de l’administration des Etats-Unis, sous la direction de Trump, visent à en renforcer les effets.

Encouragé par les évolutions en cours dans cette région, les Etats-Unis viennent de décider, à partir du 15 mars, de réactiver une loi, la loi Helms-Burton, adoptée en 1996, et dont le titre III, jusqu’ici non mis en œuvre, a pour objet de poursuivre devant les tribunaux états-uniens, tous ceux qui, et quelque soit leur nationalité, feraient des affaires avec les entreprises et les structures cubaines qui ont été nationalisées après la Révolution.

Cette loi Helms-Burton, et notamment son titre III, est contraire au droit international.

Elle n’avait, à l’époque, et donc aujourd’hui encore, que comme objectifs de faire plier le gouvernement de Cuba, en générant une pénurie qui entrainerait une révolte de la population cubaine afin d’en changer la gouvernance.

Cette doctrine des Etats-Unis, appelée doctrine Monroe, est aujourd’hui réactivée avec la mise en œuvre de ce fameux titre III, qui fait que toute personne ou structure, de n’importe quel pays, peut mettre en œuvre les tribunaux des Etats-Unis pour obtenir un dédommagement lié à la nationalisation décidée à Cuba. 
C’est une extraterritorialité qui est contraire au droit international.

D’autant que, à l’époque de la nationalisation, les autorités cubaines avaient établi, en conformité avec les règles du droit international, une indemnisation des biens nationalisés. Cuba a toujours proposé, et avait même prévu les éléments financiers et réserves pour cette indemnisation.

Mais aujourd’hui, c’est bien de nouveau, une volonté de l’administration des Etats-Unis, sous la conduite de Trump, en réactivant cette loi, d’aggraver les conséquences du blocus.

En effet, les entreprises qui travaillent avec Cuba, vont s’inquiéter de la mise en œuvre de cette loi et de son titre III, avec 206 entités cubaines pour l’instant citées, lesquelles touchent des secteurs importants de l’économie cubaine.

L’objectif est donc bien de freiner, si ce n’est d’empêcher les investissements d’entreprises de tout pays à Cuba.

Beaucoup de structures et d’organismes internationaux se sont déclarés contre cette loi Helms-Burton.

C’est notamment le cas de l’Union Européenne.

Il nous faut obtenir des déclarations fortes, voir des positions fortes pour que cette loi illégale ne trouve pas sa mise en œuvre.

Notre association, Cuba Coopération France, qui œuvre pour le développement de la coopération entre la France et Cuba, agira avec détermination afin que cette loi illégale n’entrave pas nos projets qui ont pour objectif de développer les échanges entre nos deux pays, et pour le bien des populations.

Je vous laisse découvrir les nombreux articles de notre site qui parlent de la réalité de Cuba.

Bonne lecture.

Michel Humbert,
Vice président de Cuba Coopération France
Codirecteur de la lettre hebdomadaire et du site de CCF

PLUS D’INFORMATIONS EN LIEN CI-DESSOUS :

Commenter cet article