Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

La VRAIE VIE d'un contrôleur de la SNCF...

« Je suis contrôleur, cheminot, pas malheureux mais loin d'être privilégié ni responsable de tous les maux de la SNCF. Ceci n'est pas une complainte, juste un constat.

- J'ai 28 jours de congés dont je ne dispose que très peu car ma période d'été m'est imposée par périodes de 3 semaines de mai à octobre

- Je ne suis pas payé lorsque je suis en grève (Grève qui me coûte entre 55 et 70 euros par jours)

- J'ai 10 jours de RTT qui me sont imposés.

- 50% des congés que je pose me sont refusés.

- Je ne touche pas de prime de charbon ni de prime de non prime.

- Je bosse les Week-end et fériés (majoration horaire week-end : 4,22 euros brut, majoration jour férié :25% ou récupérable)

- Mes heures de services sont totalement irrégulières avec des prises à 4h00 et de fin de services au-delà de minuit (majoration horaire de nuit : 2,14 euros brut)

- En règle générale je découche (hôtel pas forcement tops ou foyers) 1 à 2 nuits par semaine. De ce fait je peux être « utilisable » 8h00 après ma fin de service de la veille.

- Je suis constamment exposé aux incivilités d'une partie des voyageurs, soit sans raison, soit excédés par les nombreux retards qu'ils subissent.

- J'ai un quota (qui augmente d'année en année) de PV ou billets à faire afin que mon chef me fasse évoluer dans ma carrière et rémunération.

- La plupart du temps je me restaure sur le pouce avec une gamelle entre deux trains ou un casse dalle SNCF à 6-7 euros.

- Mon activité figure parmi les métiers les moins appréciés des Français et les médias s'en donnent à cœur joie pour nous descendre.

- Si par malheur, je chope du diabète, un problème cardiaque, une baisse de l'ouïe ou de la vue et j'en passe et des meilleurs, je perds mon emploi et suis relégué au placard engendrant une perte de salaire avoisinant le 6 à 800 euros net.

- Si je prévois de partir en retraite à mes 57 ans 1/2 je toucherais une pension d'environ 1100 euros

- Si je ne me lève pas ou en retard, je suis responsable de la suppression de mon train et met des centaines de voyageurs dans une fâcheuse position.

- J'ai du mal à avoir des activités culturelles et sportives régulières du fait de mes horaires et repos décalés.

- Je bénéficie de facilités de circulation pour moi et ma famille, mais honnêtement quand on passe la moitié de sa vie en train, on aspire à autre chose pendant notre temps libre.

- Lorsque mes amis ou ma famille font la fête, j'y renonce une fois sur deux du fait de mes horaires.

- Je déclare 26500 euros par ans au bout de 25 années de boutique. Ça n'est pas le plus petit salaire à la SNCF ni le plus gros !

J'en ai sûrement oublié, complétez et pour les rageux, balayez devant votre porte... »

 

SOURCE : Facebook G.P.

Commenter cet article

Touti 06/03/2019 16:16

Je me permet de rajouter,
Je commence ma carrière après 3 à 12 mois de formation avec obligation de réussite ou c'est la porte.
Mon salaire durant la formation est un smic et c'est à moi d'avancer les frais d’hébergement nourriture fourniture qui me seront remboursé 2 mois plus tard après avoir fournie les justificatifs.
Mon premier salaire après formation c'est 1250 €uro brut + prime de travail de 210brut euro environ. A cela s'ajoute un complément de salaire pour arriver au SMIC (et oui il faut quand même un smic)
Il faut compter entre 4 à 8 ans pour que le traitement de base arrive au smic (Traitement de base sncf = Salaire brut + Prime de travail)
Les évolutions de carrière (type manager) son limité par formation interne d'une durée variable (entre 6 mois et 1 ans et il faut bûcher sur 75% de son temps libre sinon l'examen est trop difficile)
Pour une évolution il faut également "l'accord" de son responsable hiérarchique (en gros bien cirer les chaussures).
Lors de l'embauche vous signez un contrat de mobilité (en gros vous déménagez la ou l'on vous place)
Votre travail est constamment "flické" car à la moindre erreur vous avez une chance de tuer jusqu’à 2400 personnes d'un coup... Du coup tout est archiver pour mieux mettre le coupable en prison. (sacré privilège sa).
Le port de l'uniforme SNCF est équivalent à celui des forces de l'ordre. En cas d'outrage ou de menace si vous ne gardez pas votre sang froid constamment c'est double peine aux yeux de la lois.
(il reste beaucoup a dire..)