Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

 

Par Karine Bechet-Golovko

En mai, vont se dérouler les élections européennes, autrement dit l'élection des députés européens. Avant de se demander pour quel parti et député voter, il est important de se poser une autre question : veut-on que les décisions vitales pour le pays et la population soient prises, non plus au niveau national, mais à un niveau supra-national, indépendamment de l'intérêt national ? Si oui, il faut aller voter - peu importe que ce soit pour les uns ou les autres ; si non, alors il est fondamental de faire autre chose. S'habiller en jaune, s'occuper de ses proches, écrire une lettre, ouvrir un livre. Bref, rester dans la vie réelle. Celui de l'Etat et de la Nation, ce monde démocratique, autant qu'il soit possible de l'être. Un monde sur lequel, au moins, les populations peuvent avoir prise.

A l'approche des élections européennes, toute une série de sondages, plus engagés les uns que les autres sont organisés, avec le seul but de nous convaincre d'une chose : aller voter, le vote va de soi. Pour qui, cela est secondaire, mais il faut aller voter. Car il faut légitimer le système de l'Union européenne et un fort taux d'abstention est une catastrophe. Pour eux. Le Parlement européen a besoin de renforcer sa légitimité, puisqu'il est la vitrine "démocratique" du système européen […]

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

 

Commenter cet article

Sébastien Roquand 15/03/2019 22:39

les députés européens n'ont aucun pouvoir selon le traité de Lisbonne.

leur rôle n'est que consultatif et ils mâchent un peu le travail à celui qui entérine les directive: le conseil de l'UE

le récent épisode sur le Glyphosate a montré que le parlement européen n'a aucun pouvoir: les députés avaient voté son interdiction mais le commissaire européen chargé de l'agriculture voulait une reconduite à 5 ans, ceci a été validé par la majorité du conseil de l'UE: le glyphosate a été renouvelé pour 5 ans.
leur rôle, c'est de dire "oui" à la commission européenne et s'ils disent non, c'est le conseil de l'UE qui dit oui (les membres de la commission étant désigné par le conseil de l'UE)

mais ne pas voter est tout aussi inutile qu'un député européen

ce qu'il faut, c'est voté pour la vrai opposition afin de lui donné des élus au parlement pour plusieurs raison:
*dénoncé l'UE et expliqué au peuple ce qui se passe dans l'UE comme Nigel Farage l'a fait (c'est Nigel Farage, député européen qui a obtenu le referendum sur le Brexit grâce à la montée du UKIP par son patronage)
*les élus européens pourront parrainé un vrai candidat d'opposition comme M Asselineau (les prochaines élécetions verront à mettre des batons dans les roues de l'UPR encore plus qu'en 2017)
*des élus permettront de financer le parti via des versements de ses députés pris dans leur salaire (beaucoup de partis demlande à leurs élus de payer une cotisation importante aux partis qui les a fait élire)
*des élus obligent les médias à leur accorder un temps de paroles

donc, voter UPR: ça ne vous coûtera rien et ça servira la vraie opposition