Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Dans son édition de mars 2019, Le Monde Diplomatique  a consacré un dossier à la question européenne intitulé « Une union à refaire (1) ». En parallèle paraissait dans les colonnes du Monde une tribune de Pierre Khalfa et Aurélie Trouvé sur le même thème (2). Le Média Presse publie ici la tribune de Guillaume Beaudoin, membre du collectif Citoyens Souverains. Au-delà des divergences, parfois réelles, entre les différents contributeurs, il déplore l’occultation d’un certain nombre d’enjeux et l’absence de remise en cause des fondements de l’ordre néolibéral.

  

UN MARCHÉ UNIQUE INVISIBLE

 

Le point sans doute le plus criant est qu’aucun contributeur ne remet en cause le marché unique. Or, si l’euro est bien un problème, le marché unique, fondé sur la libre circulation des biens et services, est un outil puissant de délocalisations/non-localisations et de compression des salaires, et constitue un obstacle fondamental à n’importe quelle politique de transformation sociale. De surcroît, cette absence d’interrogation sur le marché unique occulte l’un des rôles de la monnaie unique. Celle-ci est nécessaire à la mise en place de la concurrence généralisée au sein de l’UE : si un pays pouvait dévaluer pour restaurer sa compétitivité, la pression à la baisse des salaires serait alors beaucoup moins efficace.

 

A cet égard, on ne peut qu’être consterné par les propos de Yanis Varoufakis affirmant que « les murs qui entravent la libre circulation des personnes et des marchandises sont une réponse réactionnaire au capitalisme », au prix d’une référence datée et bancale, pour ne pas dire grotesque au marxisme, en l’espèce à Lénine, comme si la situation historique et économique était identique. Rosa Luxembourg condamnait elle aussi le protectionnisme (3). Mais à son époque, il s’agissait d’empêcher la constitution d’un marché national. A l’heure où les multinationales contournent les frontières pour écraser le monde du travail, un minimum de dialectique devrait amener à défendre le protectionnisme (4), ou, a minima, à se montrer moins caricatural.

 

L’EUROPÉISME, MALADIE SÉNILE DE L’INTERNATIONALISME

L’européisme n’est pas nécessairement un internationalisme. Il y a la aussi un chantier idéologique pour la gauche qui est totalement abandonné [...]

 

 

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

 

Commenter cet article