Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

 

Le 11 avril, par dizaine de milliers, dans tous les départements et sur 162 rassemblements et manifestations, les retraité-e-s ont exprimé leurs colères et leurs exigences. Dans l’unité, elles et ils ont redit leur refus des attaques gouvernementales contre leur pouvoir d’achat, notamment l’augmentation de la CSG et le refus de revaloriser les pensions...

 

Le 11 avril, par dizaine de milliers, dans tous les départements et sur 162 rassemblements et manifestations, les retraité-e-s ont exprimé leurs colères et leurs exigences.


Dans l’unité, elles et ils ont redit leur refus des attaques gouvernementales contre leur pouvoir d’achat, notamment l’augmentation de la CSG et le refus de revaloriser les pensions.


Au-delà, elles et ils ont dénoncé la politique inégalitaire du gouvernement et exigé d’être enfin entendu-e-s sur :


•    la suppression de la hausse de la CSG et des exonérations de cotisations sociales ;


•   la revalorisation de toutes les pensions en fonction de l’évolution des salaires, le rattrapage des pertes subies depuis 2014 ;


•    un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète ;


•    le maintien et l’amélioration des pensions de réversion ;


•  la prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la Sécurité sociale et l’ouverture d’un droit universel dans le cadre d’un grand service public de l’aide à l’autonomie.
 

Après cette mobilisation massive qui en appelle d’autres, ces légitimes revendications doivent être entendues et satisfaites.

 

Montreuil, le 11 avril 2019

 

SOURCE:

 

Déclaration des 9 organisations syndicales

et associations de retraités.

 

11 AVRIL, ENCORE UNE FOIS

LES RETRAITÉS ÉTAIENT MOBILISÉS.

 

On peut déjà recenser plus de 160 rassemblements et manifestations dans toute la France. Par exemple ils étaient 25 000 à manifester à Paris ou 3 000 à Marseille, plus d’un millier à Bordeaux.

 

Toutes ces initiatives expriment la colère des retraités.

Le gouvernement, mais surtout Monsieur MACRON vont-ils rester sourds ... dingues      face à la colère de centaines de milliers de retraités ?

 

Pour eux, 2 mois de pension en moins en 3 ans, et pour les riches des centaines de milliards d’aides  diverses, cela est insupportable. Salariés et retraités ne supportent pas le dédain du président de la  République.

 

Selon les études du ministère du travail, entre décembre 1999 et septembre 2018, le salaire moyen a augmenté de 47,2 % et les pensions de retraite seulement de 26,7 %. Cette situation s’est aggravée depuis avril 2013, elle s’est accentuée avec le blocage des pensions et les dispositions fiscales prises ces dernières années.

 

Le 0,3 % de revalorisation des retraites en janvier 2019, bien en-deçà de l'inflation qui s'est établie à 1,8 % en 2018 reste au travers de la gorge des retraités, eux qui sont déjà échaudés par la hausse de la CSG et un quasi gel des pensions depuis 2013.

 

Le gouvernement en difficulté promet une revalorisation des petites retraites. Mme la ministre des  Solidarités Agnès Buzyn a même déclaré : « Le gouvernement a entendu aujourd'hui les demandes des retraités modestes ».

 

Elle a même redit qu’une ré indexation des petites pensions sur l'inflation était sur la table. Ces déclarations n’ont pas calmé la colère.  « En plus on sait ce que les promesses valent ».

 

Les retraités veulent pouvoir vivre décemment.

Ce que veulent les retraités, c’est une réelle revalorisation de toutes les pensions. Le gouvernement veut il opposer les petites pensions à l’ensemble des autres retraités. Avec 1 200 € on n’est pas un riche !

 

Il faut augmenter toutes les retraites. La retraite n’est pas une allocation que l’on donne un jour aux plus pauvres ou que l’on augmente au bon vouloir du Président. Nous refusons de voir mettre en cause le principe de nos systèmes de retraite solidaires par répartition, dans lequel le fait de cotiser donne droit à une pension et une revalorisation.

 

Pouvoir d’achat, Santé, Sécurité Sociale, Services publics, nous sommes tous confrontés aux mêmes reculs de société mis en œuvre par ce gouvernement.

 

Le 11 avril, les retraités étaient massivement dans la rue. Ils poursuivront leurs actions en portant les cartes pétitions unitaires au Président de la République à la mi-juin, en continuant de se rassembler sur les marchés et les lieux de vie, en allant à la rencontre des maires de nos cités pour proposer aux conseils municipaux des motions de soutiens.

 

Commenter cet article