Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

 

Furieux, pas désespérés !

Carolus Wimmer, secrétaire aux relations internationales du Parti communiste vénézuélien (PCV) a été reçu au siège du Parti communiste allemand (DKP). Nous publions l’interview qu’il a donnée sur la vie au Venezuela sous les attaques présentes de l’impérialisme nord-américain et sur les perspectives du mouvement bolivarien.

Traduction ML pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf » depuis l’édition du 29 mars 2019 de « Unsere Zeit » (UZ), hebdomadaire du DKP.

Unsere Zeit : Les médias dominants en Allemagne présentent un Venezuela où les gens meurent de faim et détestent Maduro. Est-ce la vérité ?

Carolus Wimmer : L’état d’esprit de la population est extrêmement critique vis-à-vis du gouvernement. Il y a un mécontentement, à prendre dans le bon sens du terme. Globalement, on peut dire : la majorité veut, sur le plan des idées, la poursuite de la politique de Chavez. Ce qui signifie une voie révolutionnaire.

UZ : Cela veut-il dire que les gens identifient une voie pour laquelle cela vaut la peine de se battre, ou bien qu’ils sont simplement désespérés devant les salaires si bas et la hausse des prix ?

CW : S’il s’agissait de désespoir, Guaido serait président. Pour le moment, ce n’est pas du désespoir, mais un fort, très fort mécontentement. La population est contre les USA et pour la politique de Chavez. Ils sont prêts à la défendre. Ce qu’il a opéré dans les forces armées, pour l’union latino-américaine, sera défendu. Que les femmes soient désormais reconnues et disposent d’un espace bien plus grand qu’avant, cela sera défendu. Que les peuples indigènes aient maintenant le droit d’être représentés au Parlement en portant leur culture, cela sera défendu. Comme aussi l’accès aux études alors qu’auparavant les familles pauvres n’avaient aucune possibilité d’envoyer leurs enfants à l’université. Tous ces acquis seront défendus.

UZ : Mais, dans le même temps, avec l’inflation et aussi la corruption, beaucoup des avancées sociales, obtenues sous Chavez, ne sont-elles pas en train d’être reprises ?   

CW : Elles sont menacées, c’est exact. Mais, bien que nous ayons un gouvernement réformiste social-démocrate, des efforts sont faits pour remédier à cette situation. Ce n’est pas le cas en Colombie ou en Argentine. Là-bas, pour certains, c’est littéralement le désespoir. Des milliers de personnes dorment dans la rue. Ce sont des exemples qui font clairement voir aux Vénézuéliens ce qui les attend en cas de changement de régime. De tout cela résulte un mélange de critique, d’insatisfaction, aussi parfois de colère, spécialement face à la corruption, et de soutien au gouvernement.

[…]

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

Commenter cet article