Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Face à une situation où les suicides de cheminots augmentent considérablement ces deux dernières années, nous relayons ci-dessous une tribune parue aujourd'hui sur Médiapart qui dénonce le management agressif et la répression pratiquée par la SNCF, comme en témoigne la menace de licenciement dont est actuellement victime le syndicaliste Eric Bezou. Si celle-ci a été signée par un arc de force très large et diverse, les principaux grands médias ont pour autant refusé de la publier.

 

Face à « la trop longue et triste liste des cheminots qui ont mis fin à leurs jours », et alors que s’ouvre le procès des dirigeants de France Télécom, un collectif de citoyens, militants et responsables politiques dénoncent le management agressif pratiqué par la SNCF, notamment « contre celles et ceux qui refusent la logique de la privatisation du rail ». Depuis 2017, plus d’une cinquantaine de cheminot.e.s se sont suicidés.

 

Au moment où s’ouvre le procès France Télécom pour la vague de suicides qui a secoué l’ancienne entreprise publique entre 2007 et 2010, la direction de la SNCF pratique un management ultra-agressif à l’égard des cheminot.e.s, plus particulièrement, contre celles et ceux qui refusent la logique de la privatisation du rail et qui ont combattu la réforme ferroviaire voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement au printemps 2018.

 

Ces cheminot.e.s s’appellent Linda, Renald ou Cindy. Leur point commun ? S’opposer à la logique de marchandisation voulue par la direction. Le dernier cas en date est celui de Éric Bezou, cheminot de 52 ans et militant syndical à Paris Saint-Lazare, 27 ans d’ancienneté, et reconnu pour avoir aidé de nombreux collègues en souffrance dans l’entreprise et en dehors. Éric est un lanceur d’alerte et aujourd’hui il est menacé de radiation. Sa faute ? S’être mis à genoux devant un chef, en signe de défi, pour montrer qu’il ne comptait pas être traité comme une serpillère. L’entreprise, elle, l’accuse d’un manque de respect envers sa hiérarchie et veut le licencier pour son geste.

 

Le rail public, au service des usagers, est un bien précieux pour nous toutes et tous, plus encore si l’on a en tête la catastrophe écologique vers laquelle nous avançons inexorablement. C’est ce que défendent les cheminot.e.s et ce que ne supporte pas la direction.

 

Harcèlement, mise au placard, sanctions. On ne compte plus les attaques de la SNCF contre celles et ceux qui ne veulent pas plier. Le résultat, c’est plus de burn-out, mais également des suicides. Et à nouveau, le 6 mai, celui d’un cheminot, militant CFDT, qui s’est donné la mort en se jetant sous le RER D, en gare de Stade De France – Saint Denis.

 

C’est un suicide de plus qui vient s’ajouter à la trop longue et triste liste des cheminots qui ont mis fin à leurs jours. Depuis 2017 nous comptons plus d’une cinquantaine de cheminot.e.s qui se sont suicidés, il faut que cela s’arrête de toute urgence !

 

La SNCF ne saurait devenir un nouveau France Télécom. Le management à la France Télécom doit immédiatement cesser. Les sanctions encourues par Éric et les syndicalistes et militant.e.s de la SNCF doivent être immédiatement retirées.

 

Premiers signataires :

Arié Alimi, avocat LDH ;

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière ;

Fernande Bagou, ex-gréviste ONET-CFDT ;

Esther Benbassa, sénatrice EELV ;

Olivier Besancenot, NPA ;

Éric Beynel, porte-parole de Solidaires ;

Juan Branco, avocat ;

Ian Brossat, tête de liste PCF aux élections européennes ;

Aymeric Caron, journaliste ;

Collectif gilets jaunes de Rungis IDF ;

Eric Coquerel, député 93 LFI ;

Alexis Corbière, député 93 LFI ;

Jean-Claude Delarue,président SOS Usagers ;

Vikash Dhorasso, ancien footballeur et parrain d’OXFAM ;

Rokhaya Diallo, réalisatrice et journaliste ;

Éric Drouet, gilet jaune ;

Emma, dessinatrice ;

Fédération Sud Rail ;

Gérard Filoche ;

Raquel Garrido, avocate - Editorialiste C8TV ;

Benoît Hamon, tête de liste Génération.s aux élections européennes ;

Anasse Kazib, Sud Rail Paris Nord ;

Aude Lancelin, journaliste ;

Mathilde Larrere, historienne ;

Yvan Le Bolloch, comédien ;

Geneviève Legay, ATTAC Nice ;

Frédéric Lordon, économiste-philosophe ;

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice GRDS ;

Benoît Martin, secrétaire général UD CGT 75 ;

Xavier Mathieu, acteur, ancien salarié de Continental CGT ;

Jean-Luc Melenchon, président groupe LFI ;

Jean-Pierre Mercier, DSC CGT groupe PSA ; Danièle Obono, députée 75 LFI ;

Thomas Porcher, économiste ;

Thomas Portes, CGT Cheminot – PCF ;

Alexis Poulin, co-fondateur du Monde Moderne ;

Philippe Poutou, CGT Ford – NPA ;

Milfet Redouane, fille de Zineb Redouane ;

Assa Traoré, comité Adama ;

Audrey Vernon, comédienne ;

Michael Wamen, ex-secrétaire CGT Goodyear

 

Retrouvez tous les signataires ici.

 

SOURCE:

Commenter cet article