Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

photo d'illustration

 

Steve Maia Caniço

Les circonstances de la disparition de Steve Maia Caniço sont encore «floues», selon Edouard Philippe, qui a promis «toute la lumière» dans cette affaire. Les proches du jeune, le maire de Nantes et les médias s’inquiètent du manque de réponses.

 

Le 30 juillet, le Premier ministre Edouard Philippe a fait une déclaration dans la cour de Matignon, au côté du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, mutique, pour affirmer la «volonté de transparence totale» des autorités, qui ont rendu public un compte-rendu tiré du rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) concernant l'opération de police après laquelle a disparu Steve Maia Caniço dans la nuit du 21 juin à Nantes. Son corps avait été retrouvé le matin qui a précédé l'annonce du chef du gouvernement.

 

 

LIRE LA SUITE:

VOIR LES LIENS CI-DESSOUS:

JUSTICE POUR STEVE MAIA CANIÇO ! ...

... Retrouvé un mois après la fête de la musique dans la Loire.

 

Par Jacques COTTA

 

Après que STEVE a été retrouvé dans la Loire, des QUESTIONS incontournables, lourdes de signification politique, demeurent sans réponse.

1-Pourquoi a t’il fallu un mois pour constater l’inefficacité totale des recherches officielles puisque c’est « un pilote de navibus » qui a aperçu le corps « par hasard »? 

2-Quid des recherches officielles infructueuses? Le pouvoir a t’il voulu indiquer le peu de cas qu’il fait de la disparition d’un jeune homme après la violence policière, comme s’il s’agissait d’affirmer « il a eu ce qu’il méritait! ».

3-Apres un mois dans l’eau, « le corps était très dégradé » indique l’avocate de la famille. Quelle conséquence sur l’autopsie? Sur des coups éventuels? Sur l’impact de grenades policières?

4-Édouard Philippe disculpe la police grâce au rapport de l’IGPN, l’inspection générale de la police nationale. Mais quel crédit donner à celui et ceux qui sont à la fois juges et partie?

5-L’impartialité de l’IGPN? On veut y croire car il en va d’un pan entier de nos institutions démocratiques. Mais est-ce raisonnable? On a vu par exemple dans le domaine de la justice le procureur de Nice avouer « avoir menti sur la charge policière dont a été victime Geneviève Legay, militante GJ de 73 ans le 23 mars à Nice, pour couvrir le président de la république Emmanuel Macron» qui avait déclaré que la police n’y était pour rien.

6-« Les jeunes dans la Loire le soir de la fête de la musique, cela n’a pas de rapport avec l’action de la police qui a subi des jets de projectiles » vient de déclarer Edouard Philippe. Le premier ministre fait peu de cas des images qui montrent exactement le contraire. Grossièreté? Cynisme? Aveu de culpabilité?

7-Dans tout état démocratique le ministre de l’intérieur, responsable politique qui a médaillé les policiers auteurs de violence, devrait démissionner. Là, le voila conforté.

Ces questions font apparaitre l’état grave dans lequel se trouve notre démocratie, menacée par la volonté totalitaire d’un pouvoir qui fonctionne à coup de matraques, de gaz lacrymogène, de lanceur LBD, de grenades de désencerclement contre les Gilets jaunes comme contre les jeunes à la fête de la musique.

L’UE condamne les violences à l’étranger, à Moscou où à Hong Kong par exemple. Macron parle de régimes autoritaires. Mais les derniers évènements indiquent qu’il ne sert à rien de viser la paille dans l’oeil du voisin lorsque dans le sien se trouve une poutre.

De plus en plus nombreux dans toute la France ont questionné jusqu’à aujourd’hui:
OÙ EST STEVE?

Une exigence unanime devrait dés lors se faire jour: JUSTICE POUR STEVE! 

 

SOURCE:

 

 

UNE COÏNCIDENCE TROUBLANTE

 

Steve est mort. Je pense à ses pauvres parents qui se rongeaient les sangs entre espoir fou et désespoir asphyxiant. Ton jeune est parti faire la fête et il ne reviendra jamais. Tout l’amour que tu lui portais te reste comme un douloureux membre fantôme. Le futur que ton gamin ouvrait pour toi a fondu dans le néant en un instant comme son pauvre corps.

 

Avec le décalage horaire et le temps des vérifications je réagis plus tard que vous. Tant mieux. J’ai eu le temps d’éteindre les aveuglements de la stupeur et de la sidération. A présent je lis qu’on ne « saurait établir de coïncidence » entre la disproportion de la charge de police et la mort de Steve. Ils nous diront ensuite, je suppose, qu’on ne peut établir de lien entre sa chute dans l’eau et sa noyade, non plus. Ces mots à eux seuls disent où est rendue la parole officielle dans notre pays. Les Castaner et Belloubet, les bras ballants, toujours prêts à justifier n’importe quoi, débitent leurs grosses ficelles pour gagner du temps et miser sur les dilutions de l’été.

 

Braves gens, tenez-le-vous pour dit. Il n’y aura pas de justice rendue. Ils sont tous là pour ça. Voilà ce qu’est devenu notre pays. Un pouvoir qui ne contrôle plus la police parce qu’il l’a sollicitée pour des tâches dont il ne veut pas assumer la responsabilité politique. Une police dont les syndicats menacent les juges sans que nul n’y voit rien à redire et surtout pas la ministre concernée Nicole Belloubet. Un magistrat qui avoue avoir menti pour ne pas embarrasser le pouvoir et sa corporation qui se tait avec application. Toute cette chaine de pouvoir aveuglée, arrête, garde à vue pour un oui pour un non, vend à la presse les comptes rendus d’audition et juge à la chaine des opposants de toute sorte : syndicalistes, militants écologistes, députés opposants. Tout se tient. Le régime fait tirer sur une femme de 83 ans au quatrième étage d’un immeuble, madame Zineb Redouane, éborgne 22 personnes et en mutile six autres. Et chaque fois, les mêmes ministres pitresques, Castaner et Belloubet, se sont contentés d’afficher leur mine perpétuellement hébétée de gens qui ne contrôlent plus rien et n’assument jamais rien.

 

Telle est la France aujourd’hui. Et bien sûr les procès politiques ne sont plus loin. En septembre ce sera celui des six Insoumis choisis au hasard parmi plus de vingt-cinq présents ce jour-là qui ont eu l’audace de vouloir surveiller une perquisition menée au mépris des règles de procédure, sur un motif politique fallacieux et avec des méthodes disproportionnées d’habitude réservées à la traque du grand banditisme. Telle est la France de Macron. Mais comme a dit le policier chargé de la perquisition chez l’insoumis Manuel Bompard : « on est mieux ici qu’au Venezuela ». Police politique et justice politique n’ont pas fini de faire des Steve mourants sans qu’on puisse « établir de coïncidences » avec les brutalités dont ils ont fait l’objet. Tel est devenu ce régime Macroniste qui a ouvert le cycle des violences et de la politisation de la police et de la justice et ne sait plus reprendre une responsabilité dont il a tant voulu se dédouaner.

 

Conclusion : on peut établir une coïncidence entre la façon dont Castaner et Belloubet dirigent leur ministère et la multiplication des actes de violences policières et judiciaires dans le pays. Une coïncidence troublante compte tenu de la question qu’elle pose : est-ce encore un État de droit que la macronie ?

 

Jean-Luc Mélenchon

sur Facebook:

 

 

Commenter cet article