Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Après la publication du rapport Delevoye, le gouvernement lance une consultation nationale en vue de sa future réforme des retraites. Pour en parler, Henri Sterdyniak, économiste, est l'invité de la Midinale.

http://www.regards.fr

 

Sur le fait que rien ne serait encore arbitré sur la réforme des retraites « Le point essentiel de la réforme, c’est de passer à un système à points, un système où la valeur du point est décidée par le gouvernement, de façon à équilibrer le système sans augmenter les taux de cotisation. Et ça, de toute évidence, ce n’est pas négociable. » « L’objectif initial, c’est de réduire le poids des retraites publiques dans le PIB. »

 

Sur la consultation nationale « Il y a un principe, celui de la démocratie sociale qui est quand même que les retraites comme le chômage sont des salaires différés et socialisés qui donnent une légitimité aux syndicats et au patronat pour les gérer. » « Ce que fait Macron, ce qu’il a fait pour l’assurance chômage, c’est d’étatiser le système, c’est-à-dire que le système sera décidé par le gouvernement et les cabinets financiers et non dans le cadre d’une négociation avec le patronat et les syndicats. » « La consultation nationale restera purement fictive. »

 

Sur l’âge effectif de départ à la retraite « Au final, on travaillera plus longtemps. » « Comme beaucoup de jeunes en moyenne commencent à cotiser à 23 ans, ça veut dire que 23+43 = 66 ans donc la plupart des gens partiront à la retraite à 66 ans. » « L’idée de la réforme préconisée par Delevoye, c’est de brutalement passer à 44 annuités et progressivement arriver à 66 ans. » « Depuis 2003, la CFDT est persuadée que la durée de cotisation, c’est mieux que l’âge. »

 

Sur la retraite par points « Dans le système actuel, un euro cotisé donne plus de droit à un bas salaire qu’à un haut salaire. » « Le fait qu’un euro cotisé doit donner les mêmes droits pour tous est contradictoire avec le principe de l’assurance sociale qui est redistributif. » « La retraite par points ne tient pas compte de l’espérance de vie selon la profession : un ouvrier à une espérance de vie plus faible qu’un cadre, de 6,5 années actuellement. » « Le risque, c’est de ne pas tenir compte de l’espérance de vie et des capacités à se maintenir dans l’emploi. » « Cette réforme a pour premier axe de ne pas augmenter le poids des retraites : ça veut dire qu’il faut baisser le niveau des retraites de chacun. Et nos classes dirigeantes sont indifférentes à la situation des classes populaires… »

 

Sur le système de retraite à points proposé par le gouvernement « Un système social bien fait, c’est un système dans lequel on dit aux gens qu’ils auront un certain taux de remplacement qui garantit que, pendant la retraite, ils auront à peu près le même niveau de vie que les personnes en activité. » « Le système [proposé par le gouvernement] est complètement incompréhensible : des points dont le prix d’achat et la valeur sont fixés par le gouvernement sans aucune garantie avec, dans le rapport Delevoye, des formulations extrêmement vagues : à aucun moment, il n’est écrit que le pouvoir d’achat des retraites suivra celui des salaires, que le taux de remplacement sera maintenu à un certain niveau ou que le prix d’achat des points suivra le salaire. » « L’objectif [de la réforme], c’est imposer aux gens de travailler plus longtemps (et tant pis pour ceux qui n’y arrivent pas, ils auront une retraite plus faible) et assurer que les retraites baisseront bien de 20 à 25% d’ici 2050. »

 

Que faut-il faire avec nos retraites ?

« Il faut accepter une certaine hausse des taux de cotisation. »

« On vit plus longtemps et certaines personnes voudront travailler plus longtemps et c’est tant mieux mais pour la masse des salariés, il faut garantir un taux de remplacement satisfaisant (85% au niveau du SMIC, 75% pour les salaires au niveau du salaire médian) et garantir que l’âge de la retraite sera satisfaisant en tenant compte de la profession. »

« Il faut dire aux jeunes : vous cotisez un peu plus mais en contrepartie, votre retraite est garantie à un niveau satisfaisant. »

« Il faut un loi organique disant que le système [de retraite] est stable et garanti. »

« Un grande partie des gens qui partent à la retraite plus tôt, ce sont des gens qui n’ont pas le choix. »

« L’objectif, ce doit être d’étendre les régimes spéciaux aux branches. »

Commenter cet article