Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

L'Ambassade   de   la   République   bolivarienne   du   Venezuela   en France dénonce le harcèlement intense du gouvernement des États-Unis d’Amérique contre la souveraineté du Venezuela, en totale violation des principes   les   plus   fondamentaux   du multilatéralisme et   du   droit international.

 

A   cet   égard,   l’Ambassade   de   la   République   bolivarienne   du Venezuela tient à informer que le 5 août dernier, le Président des Etats-Unis,  Donald   Trump,   a   signé un Décret   Exécutif   afin   de   bloquer complètement les avoirs appartenant à la République Bolivarienne du Venezuela. De cette façon, l'attaque contre le Venezuela, qui comprend plus de 150 mesures coercitives unilatérales au cours des trois dernières années,   est   intensifié dans   le   but   d’effectuer   un   changement   de gouvernement en fonction de leurs intérêts.

 

Ce nouveau Décret établit un blocus absolu des actifs et des intérêts sur   les  propriétés vénézuéliennes   dans   la   juridiction   étatsunienne.   Il prévoit également l'imposition de sanctions à l'encontre des personnes qui   soutiennent   le   gouvernement   vénézuélien, entraînant   également l'interdiction  de  leur  entrée sur   le  territoire  étatsunien.  Cette  nouvelle mesure empêchera tout type de transaction pour la fourniture de fonds, de biens et de services dont le Gouvernement et le secteur privé ont besoin.

 

Outre l'embargo et le blocus promus au niveau international contre le Venezuela, cette nouvelle mesure vise à restreindre davantage ses capacités commerciales, financières et économiques. Elle aura de graves répercussions  non  seulement   sur  le  gouvernement vénézuélien,   mais aussi sur le secteur  privé qui requiert des transactions commerciales.

 

Cependant, une fois de plus, ce sont les populations innocentes qui en souffriront le plus sévèrement. Cela est dû à l'imposition de restrictions plus importantes à l'accès aux services et aux biens nécessaires à leur survie.

 

L'Ambassade   de   la   République   bolivarienne   du   Venezuela   en France dénonce le fait que ce Décret est appliqué en violation flagrante du droit international. Il s'agit d'une mesure coercitive unilatérale ayant un caractère extraterritorial et ayant des effets néfastes sur la population civile. Ce type d'actions a été condamné à de nombreuses reprises au sein des Nations Unies et qualifié d'illégal, car elles ne respectent pas les principes de juridiction et violent la Convention de Genève qui interdit les sanctions collectives.

 

Les mesures imposées jusqu'à présent par   les   États-Unis d’Amérique   ont   aggravé l'accès   de   la   population   vénézuélienne   aux médicaments   et   à   la   nourriture,   ce qui   a   eu   un   impact   direct   sur l'augmentation effrénée de la mortalité.

 

Ce   nouveau   Décret  aggravera   sans   aucun   doute   la   situation   et s'inscrit dans la typologie du crime contre l'humanité selon le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

 

De même, la menace d'imposer des sanctions aux personnes qui soutiennent le gouvernement vénézuélien est également illégale, car elle contrevient au principe fondamental de la Charte des Nations Unies qui détermine l'interdiction du recours à la menace ou à l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État. Cette violation est ouvertement promue par le gouvernement des États-Unis d’Amérique   qui,   dans   son   récent   Communiqué   sur   le   Décret   pour   le Blocus des Biens du Gouvernement Vénézuélien, a souligné que « toutes les options sont sur la table », faisant allusion à l'utilisation possible de tout   mécanisme,   y   compris   la   voie   militaire,   pour   mettre   fin   au gouvernement actuel du Venezuela.

 

Les  arguments avancés par l'administration du Président Trump dans ce Décret Exécutif, en accord avec tous les Décrets précédents, soulignent la nécessité  d'imposer des mesures pour la  solution de la situation   au   Venezuela.   Néanmoins,   le   gouvernement   des   États-Unis d’Amérique n'a réussi qu'à faire intensifier la crise et engendrer la mort.

 

Le   Décret   a   été   émis   alors   que   le   gouvernement   vénézuélien   et l'opposition unissent   leurs   forces,   sous   l'égide   du   gouvernement norvégien, pour parvenir à une solution concertée. Il est toutefois très clair que l'administration   Trump  ne tient pas compte de cette option, considérant la sortie du président Maduro comme la seule issue à la crise, permettant ainsi que le régime qui lui convient prenne le pouvoir.

 

L'Ambassade   de   la   République   bolivarienne   du   Venezuela   en France attire l'attention sur la contradiction du gouvernement des États-Unis d’Amérique, qui mène cette nouvelle agression contre le Venezuela prétendument au nom de la paix et du respect des droits de l'homme, au moment que son gouvernement fait face à de multiples scandales et que son pays est accablé par la violence massive de citoyens portant des armes de guerre. Ce scénario soulève sans doute la question de leurs véritables intérêts à l'égard du Venezuela.

 

Le gouvernement bolivarien du Venezuela exprime son plus vif rejet de ce nouvel assaut du gouvernement des États-Unis d’Amérique et exprime   son   attachement   fidèle   au multilatéralisme   et   au   droit international dans la défense de sa souveraineté, de son indépendance et   du   bien-être   de   son   peuple   courageux,   qui   rejet   fermement   les agressions des intérêts impérialistes.

 

Paris, le 10 août 2019

 

Commenter cet article